la chanson de demain

’’…Demain, demain, demain commence aujourd’hui
Ça va trop vite, ça va trop loin
Demain, demain, ce sera pire, je te dis
Ça sent la fuite, ça sent la fin.’’

zazie

Ainsi chantait Zazie…

Tous les grands problèmes qui hantent les hommes d’aujourd’hui composent la chanson de demain. Cette chanson comporte principalement douze couplets. Cette semaine, nous présentons les six premiers, qui sont tous relatifs à l’état physique de la Terre :

1ère partie : les problèmes physiques
6 couplets.

1. SURPOPULATION

surpopulation

’’Si fondamentaux sont les problèmes de population qu’ils prennent de terribles revanches sur ceux qui les ignorent.’’
Alfred Sauvy

’’Aujourd’hui, nous sommes 7,6 milliards d’êtres humains sur Terre – dernière révision des Nations unies, dans son rapport de juin 2017. Selon les dernières projections, nous serons 9,5 milliards d’ici 2050. On peut expliquer ces prévisions par l’explosion démographique des pays émergents et l’allongement de la durée de vie dans les pays développés.

https://www.futura-sciences.com/planete/questions-reponses/terre-surpopulation-mondiale-sont-consequences-possibles-4163/

2. PENURIE D’EAU

Pénurie d'eau

’’A l’échelle cosmique, l’eau est plus rare que l’or.’’
Hubert Reeves

L’eau est la ressource la plus précieuse sur Terre : la surpopulation mondiale pourrait entraîner des conflits généralisés liés à cet élément. Des heurts existent déjà, puisque l’eau est l’une principales causes des tensions au Proche-Orient.

Indice de pauvreté en eau

accès à l'eau potable

Un conflit mondial pour l’eau aurait donc des conséquences désastreuses. À l’heure actuelle, 80 pays manquent d’eau et une personne sur cinq n’a pas accès à l’eau potable. Pour pallier cette pénurie, des solutions comme la désalinisation de l’eau de mer existent, mais elles demeurent très coûteuses.

Ibidem…

3. FAIM

’’Bientôt ils auront dévoré le monde. Alors ils connaîtront la faim’’
Henri Dreysse

Actuellement, les pays les plus développés possèdent assez de ressources pour nourrir l’ensemble des habitants de la planète. Pourtant, tous les individus de la planète ne mangent pas à leur faim, les denrées alimentaires étant inégalement distribuées. L’une des conséquences de la surpopulation mondiale serait d’aggraver ces inégalités, provoquant des famines.

Ibidem…

4. POLLUTION

La pollution de la planète n’est pas directement liée à la surpopulation mondiale. Les pays les plus développés sont ceux qui polluent le plus, mais aussi ceux qui ont les taux de natalité les plus faibles. Un Américain pollue ainsi 91 fois plus qu’un habitant du Bangladesh.

Toutefois, si la croissance des pays émergents poursuit son ascension et si les pays développés ne restreignent pas la pollution qu’ils engendrent, alors, la surpopulation mondiale aura une conséquence désastreuse sur l’environnement de notre planète.’’

Ibidem…

5. EPUISEMENT DE LA PLANETE

’’Le monde a suffisamment pour les besoins de chacun,
mais pas assez pour la cupidité de tous.’’
Gandhi

L’empreinte écologique entend mesurer la pression que l’homme exerce sur la planète en comparant sa consommation à l’offre en ressources naturelles renouvelables.

La consommation humaine, la demande, est calculée sous la forme de la somme des surfaces terrestres et aquatiques biologiquement productives qui sont nécessaire à la production des ressources consommées et à l’assimilation des déchets produits par cette consommation.

L’offre correspond, par conséquent, à la capacité des écosystèmes de fournir ces ressources dans la limite de leur capacité de régénération. Une telle comptabilité est rendue possible par le fait que les flux de ressources et de déchets peuvent être mesurés, et que la plupart de ces flux peuvent être associés aux surfaces biologiquement productives nécessaires pour les maintenir. Et, afin de pouvoir comparer directement l’empreinte écologique de l’Humanité et la bio capacité de la planète, ainsi que pour permettre d’additionner les surfaces entre elles, la méthode a recours à une unité de mesure commune : les hectares globaux.

Les différents types de surface ont, en effet, des bios productivités variables ; un hectare de terre arable, par exemple, produira en une année plus de biomasse qu’un hectare de pâturage…

http://www.natpro.be/divers/natureprogresetleparideladecroissance/3empreinteecologiqueetsoutenabilite.html

6. POLLUTION DES MERS

A- ’’La pollution des mers est causée par la présence dans l’océan et les fleuves de grandes quantités de produits toxiques, physiques ou chimiques rejetés dans l’environnement par les activités humaines. Cette pollution arrive dans le milieu marin par le ruissellement et les cours d’eau ou est amené par les vents et les pluies. Il peut provenir de produits et d’objets volontairement ou accidentellement rejetés à la mer. Cela fait des dégâts au niveau de la faune et la flore marine, mais aussi au niveau des plages.’’

B- ’’La surpêche est un problème mondial ayant plusieurs graves répercussions sociales, économiques et environnementales. Chaque jour, des milliards de personnes sur la planète dépendent du poisson et des fruits de mer comme source directe d’alimentation et moyen de subsistance. Aujourd’hui, plus que jamais auparavant, nos océans subissent des pressions afin de répondre aux besoins des populations grandissantes dans les pays en développement et à une consommation de plus en plus importante de poisson et de fruits de mer dans les pays développés.

Les progrès apportés à l’équipement et aux méthodes de pêche ainsi que l’augmentation de la taille des navires ont rendu possible la capture d’un nombre encore plus élevé de poissons à une distance plus grande du port d’attache dans le cadre des activités de pêche commerciale. Cet accès met une pression accrue sur les stocks de poissons et a également des répercussions sur la capacité à vivre de la pêche des exploitants des pêches à plus petite échelle. La pêche illicite, non déclarée et non réglementée est aussi un important facteur du déclin des stocks de poissons et de la destruction de l’habitat marin.

Au cours des dernières années, les conséquences mondiales de la surpêche ont été scrutées à la loupe par des scientifiques, des économistes et des décideurs, et cet important travail se poursuit. Alors qu’il reste beaucoup à apprendre sur les conséquences à long terme de la surpêche, il existe suffisamment de preuves pour appuyer l’adoption d’une approche de précaution et pour s’assurer que les écosystèmes en entier, et non uniquement les stocks de poissons, sont pris en considération dans le cadre de la gestion des pêches.

La surpêche désigne :
– Un taux ou un niveau de pêche qui n’est pas durable, c’est à dire qui nuit au rétablissement d’un stock de poissons.’’

a. http://blog.univ-angers.fr/pollutiondelamer/?page_id=10
b. http://www.dfo-mpo.gc.ca/international/isu-global-fra.htm

… Suite et fin, la semaine prochaine…

mo’

 

Publicités