Diogène le Cynique
Sinope, Grèce, philosophie

 

 Capital : 1  vieux tonneau, 1  lampe & … du génie

Voici sa biographie en flash :

Diogène est le fils d’un banquier de Sinope. Suite à une accusation de fabrication de fausse monnaie, son père est jeté en prison et lui, doit fuir à Athènes. Il y vit dans la plus grande misère, ne subsistant guère que d’aumônes. Il devient le plus célèbre disciple … de l’école cynique. Plusieurs anecdotes témoignent de son mépris des richesses et des conventions sociales. Selon la tradition :


Diogène jetant son écuelle

  • Il vit dans un tonneau, vêtu d’un manteau grossier, allant pieds nus et mendiant sa pitance ;
  • Il abandonne son écuelle devenue à ses yeux inutile, après avoir vu un enfant buvant à la fontaine avec ses mains ;
  • Lorsqu’il est interrogé sur la manière d’éviter la tentation de la chair, Diogène répond en se masturbant ‘’Ah si on pouvait faire disparaître la faim en se frottant le ventre !’’ ;
  • Il n’hésite pas à mendier auprès des statues afin de « s’habituer au refus »
  • On l’aurait également vu parcourir les rues d’Athènes en plein jour, une lanterne à la main, déclarant à ceux qui lui demandaient ce qu’il faisait« Je cherche un homme »…


Ote-toi de mon soleil

À la fin de sa vie, il voyage sur un bateau quand celui-ci est pris par des pirates. Mis en vente comme esclave à Corinthe, il déclare au marchand qu’il sait gouverner les hommes, et qu’il faut donc le vendre à quelqu’un qui cherche un maître. Il est acheté par un riche Corinthien qui admire son indépendance d’esprit, et lui rend la liberté. C’est à Corinthe que se situe sa fameuse rencontre avec Alexandre le Grand. Le conquérant, debout devant lui, lui ayant demandé ce qu’il désirait, Diogène répond : « Ôte-toi un peu de mon soleil !». 

Il meurt probablement de vieillesse à Corinthe… Il avait ordonné qu’on jetât son corps à la rue mais ses amis lui firent des funérailles magnifiques.

 

Au delà de la légende, l’œuvre

 C’’est en partie à cause de leurs traits scandaleux, que les écrits de Diogène sont tombès dans un oubli quasi total. En effet il s’y attaque à de nombreuses valeurs du monde grec, en prônant entre autres l’anthropophagie, la liberté sexuelle totale, l’indifférence à la sépulture, l’égalité entre hommes et femmes, la négation du sacré, la remise en cause de la cité et de ses lois, la suppression des armes et de la monnaie. Il considérait l’amour commeune absurdité … Certains stoïciens, pourtant proches du courant cynique de Diogène, semblent avoir préféré dissimuler et oublier cet héritage par trop «embarrassant».

 

mo’

Commentaire : Je crois bien avoir rencontré quelques Diogène dans ma vie, de ces êtres étranges qui ne possèdent rien et ont l’insolence de ne s’en porter que mieux.

 

 

 

 

 

 

Publicités