But the winner is …

 


Giacomo Girolamo Casanova
(1725 —1798)

 

 

L’un des plus grands séducteurs de tous les temps… Il fut tour à tour abbé, officier, érudit, écrivain, banquier, escroc, magicien, spadassin, espion, diplomate. Il est l’auteur d’une œuvre autobiographique Histoire de ma vie, rédigée en français ou il « avoue » la séduction de 122 femmes (1). Ce fut un véritable personnage historique, jouisseur, exubérant, et non une légende comme Don Juan par exemple. Il comptait parmi ses amis, le prince de Ligne qui, dans ses mémoires, en fit la désopilante description qui suit :

« Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. Il a une manière de dire les choses qui … le rend très plaisant. Il n’y a que les choses qu’il prétend savoir qu’il ne sait pas … C’est un puits de science ; mais il cite si souvent …, que c’est de quoi en dégoûter. La tournure de son esprit et ses saillies sont un extrait de sel attique. Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable. S’il a quelque chose à raconter, comme, par exemple, ses aventures, il y met une telle originalité, une naïveté, cette espèce de genre dramatique pour mettre tout en action, qu’on ne saurait trop l’admirer… . Il ne croit à rien, excepté ce qui est le moins croyable, étant superstitieux sur tout plein d’objets. Heureusement qu’il a de l’honneur et de la délicatesse, car avec sa phrase, « Je l’ai promis à Dieu », ou bien, « Dieu le veut », il n’y a pas de chose au monde qu’il ne fût capable de faire. Il aime. Il convoite tout, et, après avoir eu de tout, il sait se passer de tout. »…

Avouons que c’est tout de même d’une autre trempe que les 15 fadassons ci-dessus, fantasmes gominés de jeunes-filles acnéiques ! Pour finir, voici une des rares phrases qu’il ait écrite et qui ne soit à double sens ou en pente raide :

Qu’est-ce donc que l’amour ? Une maladie à laquelle l’homme est sujet à tout âge.

 

mo

(1) Madame, je sais bien que votre Roméo perso vous dira que ce n’est guère impressionnant et que lui… avant d’avoir la chance inespérée de vous rencontrer, nani nanère etc. etc. N’en croyez rien, et à moins que vous l’ayez ramassé sur le plateau de tournage d’un de ces films dont les dialogues sont des vocalises, laissez-moi vous assurer qu’il n’en est rien, la performance moyenne de mes congénères étant la p’tite douzaine pépère et modeste, en comptant les tartes à la famille et les romances ancillaires. Des fois, pas même, d’ailleurs !

 

 

 

 

 

Publicités