Amoureux dévoré par la passion, un coup de foudre vous a pulvérisé, carbonisé : vous n’en pouvez plus ; il vous faut réagir, déclarer votre amour, le clamer et faire que l’on y réponde !

Vous n’êtes pas trop loin de Tanger ?

Alors une seule adresse

  1. Le Mirage, Tanger
  2. Palais Jamaï, Fès
  3. La Mamounia, Marrakech
  4. Casbah du Toubkal, Imlil
  5. La Gazelle d’Or, Taroudant
mirage.jpg
Le Mirage

Le Mirage , si bien nommé … Le bon goût, tout simplement. Aucune agression, tout y est simple et évident. L’un des plus beaux hôtels du Maroc pour beaucoup. Sur la table du salon de la suite, traîne un livre laissé par l’épouse d’un grand de ce monde et le voisin de contrebas est un grand chef d’état. Qu’est-ce donc que ce fameux Mirage ? Quelques pierres blanches éparpillées comme des dés de hasard sur un tapis de verdure, jetées sur une plage immense, au point d’attouchement de Notre Mer et de notre océan …

Si vous décidiez d’y sertir un doux aveu, de grâce, que ce soit pour qui le mérite… De toute façon, ici, la barre est si haute que le désastre est garanti pour les amateurs de fleurs en plastique, de dorures et de kitch car de luxe visible, il n’y en a aucun.

La mer est le champ de toutes les hardiesses et incite à plonger. Ici, l’on peut être grand sans être grandiloquent. Supposons donc que l’objet de votre amour soit une Dame avec une immense majuscule, qui aurait acceptévotre invitation aux bains de mer, quelle que soit la saison. Imaginons … Vous arriverez en ces lieux de mythologie – puisque vous serez voisin des Grottes d’Hercule – et devrez emprunter au fils de Zeus et de la mortelle Alcmène sa force et son charisme de héros. Soyez aussi imaginatif et une fois les impedimenta rangés, le tour du propriétaire fait, les ablutions réparatrices accomplies, épiant le coucher du soleil, vous sortirez sur le balcon ou vous vous repaîtrerez du grandiose spectacle de l’eau infinie. La Sublime finira par vous rejoindre, bien sûr, puis, après échange d’informations pratiques, vous tirerez de l’aile vers les éthers assombris pour dire, inspiré, la voix grave et le ton cérémonieux, les yeux perdus dans l’espace sidéral, cette phrase vertigineuse de Claude Aveline :

L’humanité masculine se répartit en deux groupes : sable ou falaise.
La femme est toujours l’océan
.
Claude Aveline

Si vous avez compris ce vertige, revendiquez-vous sable, affirmez-vous falaise, expliquez bien que la falaise n’est souvent qu’une concrétion de sable, implorez la résurrection par l’onde, implorez la vie et le bonheur privilégié des gens qui habitent ce que Victor Hugo appelait joliment l’  »ouverture de toutes parts » Servez-vous de vos mains pour brosser des gestes amples et un rien protecteurs : Reculez pour embrasser la Dame et la Mer dans un même plan, lancez-vous alors dans un soliloque résolument troublé, comme ignorant sa présence! Récitez, avec conviction sous peine de ridicule :

‘’A des hommes gratifiés d’un sursis par sa dédaigneuse miséricorde, la mer immortelle confère en sa justice le privilège totale d’une agitation souhaitée. Dans l’infinie sagesse de sa grâce il ne leur est point accordé le loisir de méditer sur l’âpre et complexe saveur de l’existence. Ils doivent sans trêve justifier leur vie ‘’…

Tel un interprète de grande musique, à la fin de votre déclamation, vous ne direz mot et ne ferez geste pendant une longue minute, sans même la regarder, comme pour revenir simplement au monde des humains. Puis, redressant la tête, vous la fixerez en affirmant d’un air entendu et souriant qu’elle aura reconnu ‘’Le nègre du Narcisse’’ de l’immense Joseph Conrad. Ne posez pas de questions et ne jouez pas aux devinettes, vous seriez un mufle ! Vous ferez tout cela pendant que vous avancerez vers son visage une main de sculpteur inspiré et, sans jamais la toucher, – Ô malheureux, surtout pas de  »jeux de mains, jeux de vilain » à ce niveau-là – en suivrez les contours dans l’air, lui faisant ainsi, le plus pudiquement possible, un ’’clin de tendresse’’.

Vous l’aurez ainsi invitée à l’initiative de la caresse … Puis, attendez intelligemment ! Non pas comme un animal attend une récompense, mais simplement pour adresser un hommage non pas indifférent, mais noblement désintéressé.

S’il vous fallait retenir un principe de cette première leçon, ce pourrait être :  » Le grand séducteur est celui qui pousse l’autre à l’initiative et en aucune manière le goujat qui s’attribue l’autorité de la prendre ! ».

De plus …

N’oubliez pas, c’est une reine. Vous proposez, elle dispose !

mo’

Publicités