imlil-1.jpg

Vous êtes dévoré par la passion car un coup de foudre vous a pulvérisé, les feux de l’amour vous ont carbonisé, et vous ne pouvez taire davantage votre passion. Il vous faut la déclarer…

– A Imlil ?

  1. Hôtel Le Mirage, Tanger
  2. Hôtel Les Mérinides, Fès
  3. Hôtel La Mamounia, Marrakech
  4. Casbah du Toubkal,
  5. Hôtel La Gazelle d’Or, Taroudant
imlil-3.jpg

L’objet de vos rêves est aujourd’hui une sportive. Elle connaît mieux l’enseigne ‘’Au Campeur’’ que celle de  »Praline ». Elle est plus sensible à l’odeur du petit-lait baratté dans une outre en peau de bouc qu’à celle de la confiture de rose à la fleur d’oranger. Alors ce rugueux nid d’aigle sera idéal.

Alentour, tout est bien sûr sauvage et authentique, naturel et beau, sans besoin du moindre ajout. Vous sentirez la montagne et ses mille fleurs, vous ressentirez le délicieux petit coup de froid qui pique aux heures extrêmes du jour. Vous mangerez sain, loyal et non marchand car c’est encore tellement bon marché qu’on a honte lorsqu’on paie … Ah oui, la nuit, abstenez-vous du moindre toussotement, car on l’entendrait à 33 kilomètres à la ronde !

Pendant que votre Barbarella, défiant Musset, se bottera de cuir et badinera avec l’amoud(1), la badine, mettez au frais quelque madrigal bien trempé, il pourra servir. Point n’en connaissez ? Qu’à cela ne tienne, j’ai ce qu’il faut et suis de bon conseil pour ce genre de choses. Tous mes produits ont été testés sur toutes sortes d’animaux … Pendant que je cherche, respirez donc cet air d’une qualité qui n’existe plus nulle part ailleurs…

La sauvageonne fera tout pour observer votre corps crispé de citadin stressé, évaluer votre résistance, mesurer vos forces par une marche forcée de quelques dizaines de kilomètres seulement, pendant laquelle vous n’aurez d’autre choix que de garder contenance, chanter comme un enfant, rire pour qu’elle ait l’impression de vous avoir révélé quelque chose d’important. Si les hommes, un peu primaires sur les bords – bêtes, quoi – ne pensent qu’à prendre et donner du plaisir, les femmes, elles, aiment également ‘’nourrir’’, (feed me, disent les Anglais, fidni disent les Arabes). Une femme dont vous acceptez le don est à moitié conquise.

Et là, déjà, j’annonce la leçon du quatrième cours, celui d’aujourd’hui :

Le coeur de la femme s’attache parce qu’il donne; le coeur de l’homme se détache parce qu’il reçoit.

Victor Hugo

Mais là, il faut y aller. Pas trop de finesse, elle n’aime pas perdre son temps. Attaquez ! Faites semblant d’oublier sa présence et sortez de votre besace quelque viril ‘’izli’’, poème berbère de deux vers, qui sera du meilleur effet pour la désarçonner. Réduisez la parole, mais accentuez la théâtralité, la cliente est une sensorielle. Choisissez-le immodeste, le décor permettant la mégalomanie !

Déclamez la pièce en V.O. et serrez bien les dents. Pas de bouillasse en Berbérie, vous êtes un Amghar (2), que diable ! Les consonnes occlusives vélaires doivent être bien frappées et toutes les lettres prononcées !

Nekkin t-tafuyt a mi gix amezdugh

Nekkin g wacal nettat g igenwan.

Si vous avez su y faire et que le tout est déterminé et fort à souhait, la belle s’empressera de vous demander la traduction. En voici une, mais n’hésitez pas à ’’rechercher d’autres arrangements’’ lexicaux, en cas de besoin :

Je suis le partenaire du soleil

Moi j’agis sur terre et lui dans les cieux.

Ça en jette, hein, avouez !

 

Attention, ne doutez pas un instant que dés qu’elle a accepté votre généreuse invitation, elle s’est précipitée sur tous les guides de la Région et a appris ainsi autant de choses que vous sur les fiers cavaliers de l’Atlas, la chevalerie berbère, le sens de la Fantasia (ce mot-concept n’a aucun sens au Maroc, c’est une création coloniale. Autre chose, tant qu’on y est : Vous connaissez Fantasia Barrino ? C’est une panthère noire à ne pas rencontrer seul la nuit si vous n’êtes pas de niveau … Ecoutez-la : http://fr.youtube.com/watch?v=-WWtGpEqpV4 ). Bon, revenons à nos moutons : Une femme qui apprend ne fait pas semblant, çà, vous le savez aussi ! Alors, abandonnez ce terrain miné de la culture de type et niveau  »jeu télévisuel » et fuyez vers des espaces moins attendus. Ne perdez surtout pas la parole, cela vous serait fatal.

Proposez tout de go, en scrutant le féérique spectacle de la montagne à l’horizon tout proche, cette élégante dédicace de l’alpiniste Walter Bonatti :

‘’A mes montagnes, reconnaissant, infiniment, pour le bien-être intérieur que ma jeunesse a retiré de leur sévère école ‘’.

Et là, tartinez-vous illico-presto un CV quelque peu romancé, disons, de montagnard aguerri, type Maurice Herzog, qui a connu plus d’avens qu’il n’a eu de veine, de glapissements de chacals que de chants de rossignol et d’écorchures que de caresses. Fabriquez-vous des aventures pleines de bras plâtrés et d’anecdotes que vous parsèmerez de pensées puissantes, genre :

’’Le vent de la montagne est l’haleine des dieux’’,

ou encore, vous rappelant – en homme très cultivé que vous êtes – que la langue berbère est une langue-mère (3) qui a participé à la formation d’innombrables langues dont le grec, vous touillerez cette salade mythologique à la fière allure :

’’Je vois en cette montagne qui nous fixe, les épaules de Titan, condamné par Zeus à supporter les cieux jusqu’à la fin des temps’’.

Et dites bien que le gel pour vous est un ennemi mortel et non une crème capillaire … Ne laissez surtout pas retomber la tension dramatique, sinon, vous êtes chocolat (4) , c’est à dire en bon français, que vous serez frustré de la chose que vous attendiez !

Et lorsqu’enfin vous saisirez le moindre signe d’horripilation (5), vous devrez comprendre qu’elle sera en cours de flexion et que, lassée par ses oripeaux d’amazone, elle n’aspirera alors qu’à une chose : être femme.

mo’

(1) Amoud : bâton en arabe …

(2) Amghar : homme en tamazight

(3) De nombreux vocables de base berbère (existent) dans des langues aussi diverses que les langues grecques, sémitiques et latines. Ainsi, sans citer des mots aussi répandus que: «ma»: mère – ou «mouTe » : mort , nous trouvons des vocables comme: 1-semme ce mot signifie en langue berbère le nom. Nous le trouvons avec le même sens dans la langue grecque sous le mot « semma » (qui a donné le mot sémantique en français) et, sous le vocable de «A-semmou » ou « achemou », dans les langues sémitiques. Louya : ce mot signifie en berbère paroles, discours. Il se retrouve avec le même sens dans le mot grec « logos » et dans le terme arabe « lougha ». A-seguemme signifie en berbère le nombre, ou partie de…, ou fraction de… Ce mot se retrouve, dans la langue latine, sous le vocable « segma », signifiant segment et, en langue arabe, sous le mot « mesegueme » qui veut dire ‘ordonné’. pour en savoir plus : http://www.amazighworld.org/history/ancienthistory/

origine_peuple_berbere/page4.php

(4) Être chocolat = Être attrapé, dupé, déçu n’est pas la meilleure situation, il vaut mieux Faire le chocolat= Faire le naïf, le crédule (cf. Supplément au dictionnaire de la langue verte d’A. Delvau, 1889).

(5) Horripilation : littéralement, érection des poils – chair de poule – que l’on observe dans le frisson causé par le froid, l’émotion, le plaisir. Alors je vous conseille de réfléchir à deux fois avant de dire à quelqu’un que vous haïssez, qu’il vous horripile…

 

Publicités