Changing the world

Demain ne sera pas comme hier.

Il sera nouveau et il dépendra de nous.

Il est moins à découvrir qu’à inventer. (1)

Larry Page & Sergey Brin

un Américain et un Russe repensent le savoir

Leur phénoménale réussite est un beau pied-de-nez à l’idéologie

Larry Page est un informaticien américain né en 1973 à Ann Arbor dans le Michigan

Sergey Brin est un informaticien russe est né en 1973 à Moscou dans une famille juive qui émigre en 1979 aux Etats-Unis.

Les deux jeunes gens se rencontrent à la Leland Stanford Junior University, plus connue sous le nom d’Université Stanford, l’une des plus prestigieuses du monde. Parmi les enseignants et chercheurs, on compte actuellement … 18 prix Nobel. Tous deux y ont péparé un PhD … qu’ils n’ont jamais achevé d’ailleurs, certainement trop occupés par leur invention. Et quelle est cette invention ?

…tout simplement …

C’est-à-dire rien moins que :

Une entreprise dont le nom est insipré du nom commun gogol (2) signifiant 10 élevé à la puissance 100, c’est-à-dire 10100 , soit :

10 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000.

Par l’adoption de ce mot-nombre, les créateurs ont voulu traduire la puissance formidable de leur invention ;(coucou Raymond Queneau : Allez assister à la moins triste des leçons de maths ! …

http://nbaillargeon.blogspot.com/2008/04/larithmtique-avec-raymond-queneau.html)

Un livre magnifique de 8 millards de pages Web et d’un milliard d’images vous obéissant au doigt et à l’œil, partout ou vous le désirez ;

Une entreprise qui selon ses propres termes, s’est donné la très noble mission « d’organiser l’information à l’échelle mondiale et de la rendre universellement accessible et utile » ;

Une entreprise qualifiée et reconnue comme ‘’leader mondial de l’économie du futur’’ ;

Une entreprise qui pèse aujourd’hui plus de 200 millards de $ ;

Une entreprise qui a fait des 2 amis, ses créateurs, les 5èmes fortunes (ex-aequo) de la Planète ;

Une entreprise à très forte culture dont la devise est : Do’nt be evil ; (3)

Une entreprise qui s’étend à d’autres rameaux du savoir, de l’information, de la culture et du divertissement : Outre le moteur de recherche, Google c’est 100 autres réalisations et projets basés sur le même concept.

Larry et Sergei ont créé là, l’archétype de la force prodigieuse des Etats-Unis d’Amérique qui est sans doute cette appétence pour l’amélioration et le progrès systémiques pendant que nous, et pas que nous, bien sûr, avons peur de perdre notre âme en bougeant et sanctifions le figement, niant ainsi tous les ressorts et intérêts de la vie. Or,

Loin de vieillir, l’humanité devient progressivement de plus en plus jeune. (4)

Mais ce qui est admirable, c’est que les deux jeunes gens ont mis leurs vies personnelles en cohérence avec leur théorie. Le sérieux dans la conduite de leurs affaires, le refus du vedettariat et la protection de la vie privée, leur façon de s’habiller et leur vie quotidienne, tout en eux montre le génie de la simplicité et le sens du fondamental, bref, le terrain idéal pour l’expression de l’intelligence humaine. Voici un exemple de cette cohérence de la pensée et de l’action :

Pour diriger leur entreprise, au lieu de s’entourer des meilleurs conseillers du monde, qui leur auraient permis de rester seuls figures de proue du beau navire, ils ont eu l’intelligence d’engager … un patron, qu’ils vont débaucher chez un éditeur de logiciels. Cet expert chevronné répond parfaitement aux besoins de la jeune entreprise à croissance phénoménale, dotée d’une culture des plus originales. Pour décliner le concept, ils réunissent une ‘’dream team’’ sur la base d’un critère très simple : No cheeseparing, only the best. Period !

Eric Schmidt

PDG et Président du comité de direction

Vinton G. Cerf Vice-président et « Chief Internet Evangelist »

I tried for Archduke, but it didn’t work

Vinton G. Cerf est « Chief Internet Evangelist » de Google. Pourquoi ce titre saugrenu et humoristique ? Parce qu’il est l’un des deux pères fondateurs d’Internet et inventeur du protocole TCP/IP et qu’il est chargé de l’identification des nouvelles technologies ainsi que des nouvelles applications sur Internet et sur d’autres plates-formes pour la société. Il est payé une fortune pour rêver et penser le futur. Il est le futurible de Google. Un peu comme sur les bâteaux de pêche espagnols, il y a un vieux marin dont le seul rôle est de décrypter les vents et conseiller. On l’appelle  »El Pesca » (Le Pêche).

‘’What I really like about Eric, Larry, Sergey and the whole Google family is its collective and eminent practicality and seemingly boundless creativity. In fact, my recent interactions with many of Google’s senior staff have simply underscored my admiration for the extraordinary talent at Google that has been assembled ‘’…

Regardez la diversité des races, des couleurs, des origines, des cultures et des confessions, admirez ce mélange aux mille ingrédients qui ont donné les saveurs les plus rares. Alors bien sincèrement, je doute quant à moi de la viabilité de toute option ethnocentriste du développement et n’y vois que bataille d’arrière garde, fertile en discordes et ressentiment.

Et pour revenir à Google, sachez que le Maroc n’est pas oublié dans la recette de la ‘’potion magique’’. Il est dignement représenté par ce jeune homme bien né, affublé d’une épouvantable modestie (impossible de trouver une photo correcte de lui) et réclamé de toutes parts dans le monde :

Othmane Laraki

l’occasion de frotter et limer notre cervelle contre celle d’autrui. (5)

En matière de savoir, à quoi riment les frontières à l’heure du GPS et d’Internet ? A quoi rime la censure à l’heure de la communication satellitaire et du portable ? A quoi rime le protectionnisme à l’heure de ce que Mahdi Elmandjra a appelé, il y a 20 ans déjà …

L’ « immatérialisation » du matériel et la « matérialisation » de l’immatériel … …L’immatérialisation de l’économie … (6)

Mahdi Elmandjra

http://www.elmandjra.org/

L’ancien sous-Directeur général de l’UNESCO pour les Sciences Sociales, les Sciences Humaines et la Culture, a beaucoup donné au progrès de ses identités plurielles. Il passe sa vie à apprendre et enseigner, réfléchir et écrire sur ses thèmes de l’Islam, la liberté, la culture, le développement. Ce turbulent jeune-homme de 75 printemps parle de tout cela avec une ferveur communicative. Allez donc sur son site, prendre un bain de jouvence. Notre professeur d’enthousiasme aurait fort bien pu dire la phrase de cet homme dont les mânes l’ont d’ailleurs couronné :

Cest le rôle essentiel du professeur d‘éveiller la joie de travailler et de connaître. (7)

Maintenant, si vous le voulez bien, je vous invite à faire une autre visite, plus exactement à passer quelques instants dans le Googleplex (8) ou siège social de Google, à Mountain View, en Califormie. Inutile que je fasse ici de la compilation qui serait forcément orientée. Allez plutôt à la source :

http://www.journaldunet.com/reportages/06/0609-googleplex/1.shtml

Allez y traîner un peu pour tout savoir sur le cadre, le recrutement, le traitement, le travail, l’ambiance, les conditions et le salaire chez Google.

Un siège social totalement respectueux de l’environnement et ou

l’un des salons les plus appréciés a été baptisé : Marrakesh…

‘’Ces gens là’’ ont tout appris et tout compris, n’est-ce pas le sentiment que l’on a en ressortant de cette visite ? Et pourtant

Depuis plusieurs mois, Google semble avoir perdu une partie de son pouvoir d’attraction. Des responsables hauts placés dans la hiérarchie, sans en être pour autant au sommet, ont en effet quitté la société. Signe de son déclin (la baisse du cours de l’action et donc de la valeur des stock options depuis novembre dernier a sans doute joué un rôle dans ces démissions) ou normalisation ? (in Le Journal du Net du 04.04.08)

Où vont-ils ces salariés insolents qui osent quitter Google ? Ils vont … vers les réseaux sociaux, Facebook and so on, c’est-à-dire vers la tendance. Entrés chez Google en tant que petits génies et ‘’happy (very) few’’, ils se voient peu à peu noyés dans des équipes de plus en plus larges et ne le supportent pas. La lettre d’adieux – ou d’explications – de l’un d’eux, Justin Rosenstein, est révélatrice. Vous la trouverez in extenso sur le site ci-après , mais en voici les extraits les plus révélateurs :http://paul.kedrosky.com/archives/2007/06/15/facebook_really.html

‘’… I haven’t already overwhelmed with my enthusiasm: Facebook really is That company.

Which company? That one. That company that shows up once in a very long while — the Google of yesterday, the Microsoft of long ago. That company where large numbers of stunningly-brilliant people congregate and feed off each other’s genius. That company that’s doing with 60 engineers what teams of 600 can’t pull off. That company that’s on the cusp of Changing The World, that’s still small enough where each employee has a huge impact on the organization…’’

Comme dit la ritournelle …

Que sera sera

Whatever will be will be

The future’s not ours to see

Que sera sera

Futuribles distingués,

Vous auxquels fut insufflée l’inextinguible soif du savoir,

Bel esprit qui conseillez les chefs d’états,

Enfant de ce Pays qui y revenez en laissant derrière vous un Eldorado,

Pourfendeuse de l’ignorance et de la fracture du nouveau savoir,

Belle marraine qui sentez si bien les vibrations de notre futur,

Savants amis qui faites moirer l’ondoyante diversité de l’Homme,

Ames nobles qui voulez partager,

Que vos noms soient inscrits au frontispice d’un temple du savoir ou non,

Je vous prête ma plume

Pour nous écrire un mot …

mo’

(1) Gaston Berger (Phénoménologie du temps et prospective)

(2) La version anglaise de ce nom (« googol ») a été introduite en 1938 par le mathématicien américain Edward Kasner dans son livre Mathematics and the Imagination et aurait été inventée par son neveu de 9 ans Milton Sirotta à qui Kasner aurait demandé d’inventer un mot pour désigner ce nombre.

(3) Ne soyons pas mauvais !

(4) Gaston Berger (Phénoménologie du temps et prospective)

(5) Montaigne, Les essais.

(6) http://science-islam.net/article.php3?id_article=418〈=fr&Shell=&Open=&Command=

(7) Albert Einstein (in Comment je vois le monde)

(8) http://fr.wikipedia.org/wiki/Gogolplex

Publicités