Le jeûne du mois de Ramadan constitue la quatrième des cinq bases fondamentales sur lesquelles l’Islam est édifié. L’obligation de jeûner a été instaurée pour les musulmans, dans la seconde année de l’Hégire, par la révélation de ce verset du Coran:

‘’Ô vous qui croyez, le jeûne vous est prescrit comme il l’a été à ceux qui vous ont précédé, ainsi atteindrez-vous la piété.’’ Le Coran,  Chapitre 2, Verset 183

 

La période du jeûne prescrit est le mois de ‘’Ramadan’’, dénommé ‘’Natik’’ dans l’Arabie antéislamique. C’est durant ce mois-là, certaine Nuit du Destin, لَيْلَةِ الْقَدْرِ qui est ‘’meilleure que mille mois’’, que débuta la Révélation du Coran faite au Prophète Mohammed.

 

 

Le jeûne n’est pas exclusif aux Musulmans, tant s’en faut. De tous temps, il a été pratiqué pour des raisons religieuses, par les Chrétiens, les Juifs, les Confucianistes, les Hindous, les Taoïstes, les Jaïnistes,  les Amérindiens,  les indigènes du Mexique et les Incas du Pérou.  Certaines nations antiques, – les Assyriens et les Babyloniens, par exemple – jeûnaient elles aussi pour faire pénitence.

 

 

Le vocable ‘’Ramadan’’ vient du verbe arabe ‘’ramida’’ qui signifie “être brûlant” en parlant du jour ou du soleil. ‘’ramada’’ signifie lui “coup de chaleur”, ‘’ardeur’’ en son sens premier. Un ‘’hadith’’ – propos du Prophète Mohamed – retenu comme authentique conseille : ‘’Ne dites pas Ramadan, car Ramadan est l’un des noms de Dieu le Très Haut.’’ L’expression recommandée est donc ‘’Shahr Ramadan’’, soit le ‘’Mois de Ramadan’’. C’est ce qui explique que l’on dit souvent  »Notre Seigneur Ramadan ».

 

Le Buisson Ardent

 

Le Buisson Ardent est, dans la tradition biblique, la révélation du Dieu du monothéisme à Moïse :

 

‘’L’ange de Yahweh lui apparut en flamme de feu, du milieu du buisson. Et Moïse vit, et voici, le buisson était tout en feu, et le buisson ne se consumait pas.’’

La Bible, Livre de l’Exode Chapitre 3

Le jeûne du Mois de Ramadan, s’il n’est pas le seul possible en Islam, est du moins le seul obligatoire. Le musulman doit donc consacrer à Dieu un mois sur douze dans l’année.

 

Le jeûne perpétuel est interdit mais il existe d’autres jeûnes facultatifs qui sont principalement :

 

  •        le jeûne de Achoura, 10ème jour du Mois de Mouharram ;
  •        le jeûne de Daoud, David, un jour sur deux
  •        le jeûne de Chaabane, mois précédent le Mois de Ramadan ;
  •        le jeûne de Chawwal, mois succédant au Mois de Ramadan
  •        le jeûne du lundi & du jeudi, habitude du Prophète ;
  •        le jeûne des jours de pleine lune, chaque mois…

 

Au plan physique, en Islam, le jeune consiste à s’abstenir de manger, de boire, de fumer et d’avoir des relations sexuelles du lever au coucher du soleil.

 

Au plan mental, il s’agit de vivre durant ce mois en piété, en prière, en méditation et en charité. La mise à profit de la nuit pour la méditation et la prière est recommandée. 

 

Le temps le plus fort du Mois de Ramadan est la Nuit du Destin, Laylat Al Kadr, du 26ème au 27ème  jour. Cette nuit-là, on célèbre le début de la révélation du Coran qui a consisté en l’ordre de Dieu, transmis au Prophète Mohammed par l’Ange Gabriel :

 

Lis au nom de ton Seigneur qui créa,

Qui créa l’Homme d’une adhérence

Lis ! , ton Seigneur étant le Très Généreux

Qui enseigna par le calame

Et enseigna à l’Homme ce qu’il ignorait.

Le Coran Chapitre 96, Versets 1 à 5

 

L’acception du jeûne dans l’Islam résulte d’un ensemble d’éléments :

 

  • L’ordre divin, indiscutable et clair ;
  • Divers avantages spirituels comme l’endurance, la volonté, l’autodiscipline, l’introspection et la piété ;
  • Divers avantages sociaux comme l’union, le partage, la justice et l’égalité, la charité, la bonté et la vertu ;
  • Divers avantages sanitaires comme le nettoyage de l’ensemble de l’appareil digestif et soulagement de l’embonpoint

 

Le jeûne du Mois de Ramadan se termine par l’Aïd Al Fitr, Fête de la Rupture du Jeûne, fête communautaire intense durant laquelle les gens échangent des vœux.

 

Telles sont, en deux mots, les données principales du jeûne du Mois de Ramadan.

 

Bien sûr, L’islam, dernière arrivée des trois grandes religions abrahamiques n’a pas inventé le jeûne rituel.

 

En ce qui concerne la Chrétienté, pour la Bible, le jeûne est une manifestation de tristesse et de repentir consécutifs à des péchés commis ou un signe de deuil en temps d’affliction. Certains mystiques chrétiens jeûnaient quand ils avaient besoin d’une orientation divine ou qu’ils devaient exécuter un ordre de Dieu. La pureté et l’extase alors nécessaires ne pouvaient être atteintes que  par le jeûne.

 

Mais ni Jésus-Christ ni ses apôtres n’ont jamais ordonné aux Chrétiens un quelconque jeûne, même si les Écritures ne l’interdisent pas. En fait, Jésus Christ, par son sacrifice a fait la propitiation de tous les péchés de tous les membres de sa communauté, c’est-à-dire qu’il a intercédé en leur faveur auprès de Dieu. Il a jeûné quant à lui quarante jours et quarante nuits comme avant lui Moise et Elie. Cette purification, propitiation, est un peu le ‘’prix’’ de l’aide divine reçue.

 

Mais attention, le jeûne est différent du carême qui est une obligation de frugalité, un temps pendant lequel, se remémorant les 40 jours de la tentation du Christ il est fait obligation aux Chrétiens de manger maigre et de supprimer de leur alimentation les viandes et graisses animales. Ainsi, le Carême est un premier temps qui est une mise en condition pour essayer d’être plus vrai, face à Dieu, face aux autres et face à soi-même.

 

L’Eglise propose – sans rien imposer – à chaque Chrétien de prendre des temps de jeûne pour la prière et pour le partage.

 

Dans le judaïsme, le jeûne peut être

 

  •        un outil de repentir
  •        une marque de deuil
  •        un vœu d’abstinence

 

Le jeûne consiste en interdictions bien claires :

 

  •        Interdiction de se laver
  •        Interdiction de se parfumer ou d’utiliser un cosmétique
  •        Interdiction de se chausser de semelles de cuir
  •        Interdiction d’avoir une intimité conjugale

 

La religion juive recommande les jeûnes suivants :

 

  •        Yom Kippour ou Jour du Grand Pardon.  24 heures ;
  •        Tisha BeAv : Jeûne de deuil en ce jour le plus triste dans l’histoire juive ;
  •        17 Tammouz : Jeûne de commémoration de plusieurs malheurs d’Israël ;
  •        Jeûne de Guedaliah : Jeûne de commémoration de la destruction du 1er Temple ;
  •        Jeûne des Premiers Nés : tous les premiers-nés jeûnent pour conjurer le sort de la 10ème plaie d’Israël les concernant (Exode 12:29-36)
  •        Jeûne d’Esther : Jeûne de commémoration d’une prière des Juifs de Perse à Dieu pour les avoir épargnés des autorités de ce royaume.

 

L’acception du jeûne dans le Judaïsme est assez différente de celle de l’Islam ou la notion de deuil et la mortification n’existent pas.

 

Bouddha, d’origine princière, pratiqua tout d’abord dans sa vie l’excès sensuel, puis, après son illumination, l’austérité et l’ascétisme dont il abandonna les pratiques après avoir frôlé la mort. Il conçut alors et annonça sa fameuse ‘’voie moyenne’’ approche de la vie à mi-chemin entre matérialisme et autodestruction.   

 

Parmi les moyens traditionnels de purification ascétiques ou dhutangas qu’il préconisa dans ses sutras, – terme qui désigne une analyse, un ouvrage, un traité, comme dans le cas du Kāmasūtra, ou Kāma signifie désir et/ou amour charnel – ceux concernant l’alimentation sont, entre autres de :

 

  1. Manger une seule fois par jour
  2. Refuser toute autre nourriture

 

L’originalité de la voie bouddhique est la grande liberté laissée au disciple. Les duthangas ne sont jamais des ordres, mais plutôt des orientations, qu’il est recommandé de ne pas suivre aveuglément, par sottise, manque de discernement ou stupidité.

 

nota

bene

Et en Islam, peut-on ne pas observer le jeûne de Ramadan?   

 »Quiconque d’entre vous est malade ou en voyage, qu’il jeûne un nombre égal d’autres jours. Mais pour ceux qui ne pourraient le supporter, existe une compensation : nourrir un pauvre. Et si quelqu’un fait plus de son propre gré, c’est pour lui; mais il est mieux pour vous de jeûner; si vous saviez ! » Le Coran, Chapitre 2, Verset 184

 

http://www.urml-reunion.net/infos_temp_2007/20070926_ramadan.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Je%C3%BBne

http://www.buddhachannel.tv/portail/spip.php?article302

 

mo’

Publicités