ils-lont-fait

(Les Noirs) … étaient environ 600 000 en 1776 lors de la déclaration d’Indépendance qui allait en faire sept ans plus tard les Etats-Unis d’Amérique. Le tabac, puis le riz et le coton étaient à l’origine de l’importation grandissante des esclaves venus d’Afrique. Indépendants en 1783, dotés depuis 1787 d’une constitution démocratique affirmant bien haut l’égalité et la liberté des hommes, les Etats-Unis n’aboliront pourtant l’esclavage qu’en 1865…


Cette abolition s’est réalisée au terme d’une guerre civile atroce, la guerre de Sécession, qui a fait près d’un million de morts, ruiné le Sud et marqué jusqu’à nos jours la mentalité des Américains. Le nombre des Noirs, quasiment tous esclaves, était alors de l’ordre de 45 millions. Comment cette grande démocratie a-t-elle pu tolérer l’esclavage aussi longtemps ? C’est le paradoxe central de l’histoire américaine.


(L)’abolition de l’esclavage a fait naître la  » question noire « . En effet, au terme du conflit, les Etats-Unis ont échoué ou n’ont pas cherché à faire des anciens esclaves des citoyens à part entière, alors qu’ils assimilaient en même temps des millions d’immigrants. (Présentation de l’ouvrage de Claude Fohlen paru en avril 1998 aux Editions Perrin, intitulé ‘’Histoire de l’esclavage aux Etats-Unis’’.)

 

Barack Obama a réalisé ce qui était impensable dans l’Amérique de George Washington, d’Abraham Lincoln, ou même dans celle, plus jeune, de John F. Kennedy ou de George W. Bush. Après 232 ans d’histoire, les États-Unis ont élu leur premier président noir.

 

Martin Luther King avait un rêve, celui de voir ses enfants jugés en fonction de leur caractère et non de la couleur de leur peau. Barack Obama, lui, vient de réaliser celui de millions d’Afro-Américains, qui espèrent ainsi s’affranchir d’un passé jalonné d’injustices pour regarder vers l’avenir. Sophie-Hélène Lebeuf, journaliste, Radio-Canada.

 

Si on croit vraiment au péché originel, on pourrait dire que ce n’est pas tout à fait un baptême qui efface le péché, mais ça va dans cette direction. — Harry Zolberg, politologue

Barack Obama est le premier Noir à remporter la Convention d’un parti majeur américain, puis à accéder à la présidence des Etats-Unis d’Amérique. Sa victoire est évidemment celle de toute une nation, de plusieurs nations, d’un progrès des esprits, à moins que ce ne soit celui de l’esprit humain, dans son ensemble. Que de chemin parcouru par la vigoureuse Amérique !

 

Le point de départ

 

dr-stratz

5 acteurs de la longue marche

marcus-garvey1

du-bois

walter-rodney3malcolm-x2

martin-luther-king1

 

5 actrices du triomphe

condoleeza-rice

 

oprah-winfrey1

maya-angelou1

jessie-norman1

crystle-stewart

… et puis …

bobama

mo’

Publicités