fidelite

La fidélité dans un couple est la promesse, souvent implicite, d’exclusivité sexuelle faite à la, ou au partenaire au départ d’une relation sentimentale simple ou aggravée par un lien légal comme le mariage, les fiançailles ou le PACS. Ce vœu, pieux ou non, est prononcé urbi et orbi et il en est arrivé à constituer subrepticement l’essentiel des exigences matrimoniales !

 

La monogamie est-elle naturelle ? Depuis la révolution sexuelle des années 70, la réponse devient chaque jour plus évidente : C’est non ! ‘’Ainsi que l’écrit de façon savoureuse l’écrivain et psychanalyste Adam Phillips,dés qu’il est question de monogamie, nous recherchons désespérément « des données biologiques certaines, un peu de religion étriquée qui nous inspirerait, voire des bribes de psychologie qui nous captiveraient»…’’ (1) Mais on peut préférer, à l’heure de comprendre le monde et de synthétiser deux ou trois idées éparses, cette phrase de sagesse : «La bigamie consiste à avoir une femme en trop.La monogamie aussi d’ailleurs. » (2)

 La jalousie peut-elle être définie ? Caractérisée tout au moins ? Contentons-nous, à titre de mesure prudentielle, de déguster cette dizaine de jugements, de tous pays, de toutes époques, de tous âges et de tous sexes :

«La jalousie est comme un acide qui attaque d’abord le cœur du jaloux lui-même pour atteindre ensuite celui qu’il jalouse.»(3)

 

«La jalousie engendre le Mal… La jalousie, c’est le Mal(4)

 

«L’amour fait naître la jalousie, mais la jalousie fait mourir l’amour (5)

 

« La jalousie n’est souvent qu’un inquiet besoin de tyrannie appliquée aux choses de l’amour ». (6)

 

« La dictature est la forme la plus achevée de la jalousie ». (7)

 

« La jalousie est, de toutes les maladies de l’esprit celle à qui le plus de choses servent d’aliment et le moins de choses de remède ». (8)

 

« La jalousie est un monstre qui s’engendre lui-même et naît de ses propres entrailles ».(9)

 

« La jalousie n’est qu’un sot enfant de l’orgueil, ou c’est la maladie d’un fou ».(10)

 

« Un amour qui a passé par la jalousie est comme un joli visage qui a passé par la petite vérole : il est toujours un peu grêlé ».(11)

 

« La jalousie est le plus grand de tous les maux, et celui qui fait le moins de pitié aux personnes qui le causent ». (12)

 

Hélas, de tout le vivant, l’homme est certainement le plus sujet à la faiblesse mentale qu’engendre ce triptyque infernal puisque des règnes entiers l’ignorent. Pour se forger une opinion, ceux qui en femmes et hommes sages recherchent la vérité, sont conviés à une promenade à travers ces champs minés tous autant qu’ils sont, soit, en italien : Tutti Quanti !

.

je-seme-a-tout-vent

Anémochorie Végétale 

Passons rapidement sur le règne végétal puisque là, tous les reproducteurs sans exception sèment à tous vents – ’’anémochorie’’, et ne se soucient jamais de ce qu’il advient de leur pollen et leurs ovules. Leur étude permet cependant de comprendre toutes les erreurs qui sont commises dans le règne animal : Savez-vous quel est l’appareil végétal qui permet la reproduction sexuée chez les plantes angiospermes ? La fleur ! Autrement dit l’apparence ! N’est-ce pas triste, entre nous ?  

.

manchots

Manchots se faisant des serments

Maintenant, parlons du règne animal et notons d’emblée que la monogamie y est rare. Rémy de Gourmont (1858-1915), homme de lettres français fut, comme vous le savez certainement, un ’’dissociateur’’ d’idées. L’essentiel de son œuvre est consacré à cet exercice cérébral qui prétend que l’idée de départ est nécessairement vraie, seule l’idée amalgamée étant discutable. Une de ses phrases les plus célèbres établit que :

 ’’Il n’y a d’animaux monogames que ceux qui ne font l’amour qu’une seule fois dans leur vie’’ (13) 

En vérité, on estime de 3 à 10% le nombre de mammifères n’ayant qu’un seul partenaire social – étant impliqués dans une relation équivalente à notre mariage. Mais cette monogamie-là autorise la multiplication des partenaires sexuels alors que la monogamie véritable, c’est-à-dire celle qui est assortie d’une exclusivité sexuelle, est encore plus rare, puisque estimée inférieure à 1% des espèces. Pas bêtes les bêtes ! Juste en passant, voici le top-five des pas gourmands, des tempérants, des pas curieux de la vie. L’on verra que ne montent sur ce podium que du beau monde animal, des espèces réputées pour leur intelligence, leur malice ou leurs savoirs divers :

 Des oies

Des pigeons

Des manchots

Des poissons-clowns

Des perruches

(source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Monogamie )

.

cro-magnon

Jeune couple Cro-Magnon

Trop mimis

Et pour les humains, qu’en est-il ? Je vais probablement soulager bien des consciences, absoudre bien des fautes, repriser bien des accrocs et coups de canif portés aux contrats, morganatiques ou non, et autres actes adulaires. Je vais alléger des coulpes. Je pense qu’il est de mon devoir de le faire malgré les risques encourus pour épargner à mes frères humains qui partagent mon biotope ce dont moi j’ai si souventes fois souffert : la calomnie en la matière, et ce que j’exècre le plus ici-bas et qui est à mes yeux un sentiment immonde et un avilissement humain extrême : la jalousie. J’ai dû, pour extirper de ma vie cette restriction de liberté, cet enfermement, cet infâme commerce de la propriété humaine, lui couper les racines qu’elle prétend ressortir de la fidélité alors qu’elle en est carrément antinomique !

La fidélité comptable et exigée, voire imposée, n’est en fait qu’une convention sociale, basée comme la plupart des conventions sociales, sur un intérêt exclusivement économique. Tout se passe comme si notre ancêtre, Mémé Cro-Magnon, avait tenu à Pépé Cro-Magnon, son fiancé, à peu près ce langage, à l’heure fatidique ou, titillé par ses hormones et appuyé à la paroi de sa grotte périgourdine, une marguerite à la bouche,  il lui avait fait des avances directes. Elle lui a surement dit en langue borborygme :   

’’Eh, beau brun, si tu veux que je copule avec toi –  que je forme un couple avec toi – dans le but de te donner du plaisir et une postérité, je t‘informe que moi, j’exige avant un contrat de mariage synallagmatique et rien d’autre, ou ce sera pour toi l’abstinence – tintin, si tu préfères ! Alors voici mon exigence de base : Tu n’essaimeras point ta semence alentour car, si à la rigueur peu me chaut – du verbe chaloir qui signifie importer – que tu fasses des galipettes avec qui bon te semble, par contre je n’admettrais point que tes pécunes, tes silex, tes défenses de mammouth, tes jarres de viande d’aurochs salée, tes fourrures de bison et ta collection de peintures rupestres soient partagées entre d’autres que les membres de ma progéniture. En bon français, je veux bien jouer à papa-maman avec toi, mais ton fric, mon pote, ben il doit revenir à mes gnares et pas à ceux de toutes ces grosses vaches pas propres que tu honores à tes heures gymniques ou qu’en tout cas, tu reluques sans cesse !’’ 

Et ce gros bêta … ben il a dit ’’oui’’ ! En toute mauvaise foi d’ailleurs, sachant pertinemment au fond de lui que c’était nul comme idée, triste et ennuyeux à mourir comme programme, sans avenir et lourd de conséquences funestes pour la pauvre engeance réaliste qu’il mit ainsi en délicatesse avec l’autre, ad vitam aeternam ! De là viennent en effet tous les drames et les océans de pleurs, de crises d’hystérie, de ’’je retourne chez ma mère’’, de ’’je prends la bagnole et toi les gosses’’, de divorces divers et de vengeances froides, tièdes et chaudes qui ont agrémenté l’histoire de toute l’humanité sous les noms génériques de monogamie, fidélité, jalousie et tutti quanti 

Ayant obtenu ce qu’elle voulait, notre perfide aïeule accéda à la requête de son playboy et lui minauda pendant qu’il l’allongeait par terre : ’’Grand fou, qu’est-ce que tu fais là ? mais elle l’a laissé faire, les filles c’était déja comme çà ». La tirant par les cheveux, il la hala jusque derrière un taillis pour lui mettre les doigts des petits petons en bouquets de violettes !  

Et depuis cet odieux chantage à la luxure, le monde est divisé en deux camps farouchement opposés l’un à l’autre, quoique commensaux et concubins – c’est-à-dire mangeant et dormant ensemble : Les Cools-Raouls qui ne renient pas leur animalité, leurs instincts et leur nature, et les Pisse-Vinaigre qui ont érigé la luxure en péché capital, la nommant également ’’impureté’’ et la définissant comme ’’une affection déréglée pour les plaisirs de la chair’’. Ces derniers se bandent les yeux, le cœur et le corps pour s’empêcher de désirer, de ressentir, de jouir et ils psalmodient, toute leur vie durant, des promesses de monotonie en récompense de leur monogamie !… La monotonie c’est un seul ton, la monogamie c’est un seul conjoint, le monocle c’est la lunette d’un seul œil, (l’autre, on le nie) et le mono, ben c’est un seul en latin et un singe … en espagnol… 

Les fautifs originels étant ainsi identifiés et stigmatisés, qu’en fut-il des déclinaisons postérieures ? Heureusement mon Dieu, tous les humains ne se laissèrent pas corrompre par cette ’’morale capitaliste, contrôlante et judéo-chrétienne de la relation.’’ (14) Mes glorieux ancêtres à moi, par exemple ne comprennent pas, à ce jour, que l’on pût énoncer de telles inepties ! Alors quel est le but véritable de cette normalisation castratrice et réductrice ? Que dit à ce propos la Faculté ? Ceci par exemple :  ’’Cette promesse (de fidélité) définit, par rapport à l’autre personne, des droits analogues à ceux qu’on aurait sur un objet … nous appartenant plutôt qu’un lien librement consenti et renouvelé entre partenaires autonomes.’’ (15)

Et pas de ricanements s’il vous plait ! Il vous en cuirait si vous osiez critiquer la permission que d’aucuns, ici bas, ont de prendre plusieurs épouses ! Car cela me permettrait de vous frotter le nez dans votre … ignorance et de vous rappeler, sinon de vous apprendre, que …  

’’L’Islam est la première et la seule religion qui restreigne la polygamie (ni Moïse ni Jésus n’ont limité le nombre des épouses) ; de plus, la femme musulmane peut exiger comme clause et condition du contrat de mariage que son mari restera monogame, condition aussi valable que n’importe quelle autre condition d’un contrat légal…’’ (4)

Avouez que vous en restez comme deux ronds de flan ! Et pourtant c’est l’absolue vérité, sérieuse et tout ! Alors que cessent à jamais ces lazzis et quolibets ridicules circulant depuis des siècles à ce sujet, tous motivés par la jalousie, l’ignorance et la mauvaise foi,ou, a minima, le besoin de fantasmes de pacotille à propos d’un Orient fabuleux de sofas, de brocards, d’esclaves et d’ors, décors des rêves les plus cheap de retour à notre nature polygame.

 Alors foin d’anti ’’nous’’ primaire et revenons à un peu plus de réalisme et un peu moins d’hypocrisie.Pour conclure cette ‘’mise en bouche’’ qui se perpétuera autant que vous le déciderez, j’appelle à la barre, coquetterie suprême, non point un docte savant de chez  »nous », mais à nouveau notre fringant psychologue Jean Garneau qui livre ci-dessous le fin fond de sa pensée, le mot de la fin sur la question de la fidélité :

Parce qu’il contredit directement la réalité, cet engagement d’exclusivité est voué à l’échec et les statistiques* à ce sujet le confirment sans équivoque. L’adultère n’est pas un phénomène rare ; il touche directement au moins 70% des couples. Si on ajoute les cas où la tentation d’infidélité est repoussée pour des raisons religieuses ou socio-économiques, on arrive sans doute à une proportion bien proche de 100%. La question se pose naturellement : pourquoi persistons-nous à faire des promesses tellement peu réalistes qu’elles ne sont pratiquement jamais respectées ? 

* Concernant la France…


mo’

 
 
 (1)     Franck Cézilly,

       http://www.u-bourgogne.fr/BIOGEOSCIENCE/cv/cezilly/ 

       in ‘’Le Paradoxe de l’hippocampe’’ une histoire naturelle de la monogamie,

       Buchet Chastel, 2006

(2)     Henri Louis Mencken, écrivain américain, 1880-1950,

      http://www.wikiberal.org/wiki/index.php?title=Henri_Louis_Mencken   

(3)     Ostad Elahi, Philosophe iranien, 1895-1974

http://www.ostadelahi.com/french/ 

inMaximes de guidance

(4)     Agatha Christie, romancière anglaise, 1890-1976

http://fr.wikipedia.org/wiki/Agatha_Christie

in Le mystérieux Mr Quinn 

(5)     Christine de Suède, Reine et femme de lettres suédoise, 1626-1689,

in Les Maximes

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Christine_de_Su%C3%A8de

(6)     Marcel Proust, Romancier français, 1871-1922 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Marcel_Proust

in La prisonnière

(7)     Curzio Malaparte, homme de lettre Italie, 1898-1957
in  Technique du coup d’Etat

http://fr.wikipedia.org/wiki/Curzio_Malaparte

(8)                Montaigne, philosophe français, 1533-1592
http://fr.wikipedia.org/wiki/Montaigne

Extrait des Essais

(9)     William Shakespeare, Dramaturge anglais, 1564-1616

http://fr.wikipedia.org/wiki/Shakespeare 

Extrait de Othello    

(10)  Beaumarchais Pierre Augustin Caron, Dramaturge français, 1732-1799

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre-Augustin_Caron_de_Beaumarchais

(11)  Paul Bourget, écrivain français, 1852-1935

http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Bourget

(12)  La Rochefoucauld, écrivain et moraliste français, 1613-1680

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_de_La_Rochefoucauld

in Maximes

(13)  Rémy de Gourmont,

       http://fr.wikipedia.org/wiki/Remy_de_Gourmont

in Physique de l’amour, 1903

(14)  Jean Garneau, psychologue,

      in  » http://www.redpsy.com/infopsy/fidelite.html

      Magazine électronique, Volume 9, No 6: Juin 2005

(15)  Ibidem,

(16)  Muhammad Hamidullah, théologien musulman, 1908-2002

http://fr.wikipedia.org/wiki/Muhammad_Hamidullah

 avec la collaboration de M. Leturmy

in Introduction à la traduction et au commentaire de ’’Le Saint Coran’’,

Amana Publications, 1989.

Publicités