daphnie-3Daphnia magna,

Animalia, Arthropoda, Crustacea, Branchiopoda, Phyllopoda,

Diplostraca, Cladocera, Anomopoda, Daphniidae.

Voilà ! Comme promis, fin du suspens. C’est elle, Daphnie, la pu-puce ! Oh, vous pouvez bien rire, vous moquer de ses rondeurs et de la taille de ses membres postérieurs ! Mais regardez ces bras tendus, comme pour un gros câlin, regardez l’acuité de son œil unique ! Sachez qu’elle a un cœur énorme, qu’elle porte sur le dos comme d’autre une croix. Ajoutez à cela tout ce que vous ne voyez pas et que nous allons vous dire :

Petit crustacé d’eau douce de quelques millimètres dont le corps est recouvert d’une carapace bivalve, la daphnie a le malheur de constituer une source d’alimentation pour de nombreux poissons. Elle est couramment appelée puce d’eau du fait de sa nage saccadée. Rares sont celles et ceux qui n’en ont jamais vues fuser ou rétro-fuser à la surface des eaux calmes, à une vitesse vertigineuse.

Qu’est-ce qui vaut à cette puce l’honneur de l’évocation en ce prestigieux temple de la culture, dans un article qui parle d’amour et d’amours ? – C’est précisément sa conception de l’amour et de la reproduction qui nous semble fournir des pistes de recherche aux humains pour rafraîchir leurs habitudes, changer leurs pratiques, leur esthétique et leur éthique et, ce qui nous obsède ici, proposer de nouvelles formes de relations mâles-femelles, hommes – femmes.

Nos auteurs de référence, Stéphanie Bonvicini et Jacques Attali ne s’y sont point trompés, puisqu’elle a été flashée par leur radar de contrôle de la bizarrerie en ce bas monde. Voici quelques détails sur les étranges mœurs des daphnies :

Leur originalité réside dans leur mode de reproduction qui s’effectue principalement par parthénogenèse : les femelles – qui sont les seules à survivre pendant la belle saison, les mâles étant tous naturellement morts – engendrent à partir d’ovules non fécondés, c’est-à-dire sans la prestation de mâles, d’autres daphnies, toutes femelles. Quelle gifle pour l’orgueil mâle ! Les générations parthénogénétiques – sans apparition de mâles – se succèdent tant que les conditions du milieu restent favorables.

Mais ce n’est pas fini, le plus drôle est à venir : Lorsque les conditions deviennent défavorables – manque de nourriture, pollution chimique, densité excessive, assèchement de la pièce d’eau ou elles évoluent, désoxygénation sévère de celle-ci, abaissement de la température, etc. – des mâles apparaissent alors comme par enchantement ! Ils sont immédiatement mis au turf, les Messieurs, comme les scombridés (famille de poissons comprenant notamment les maquereaux) mettent à la tâche leurs gagneuses, séduites ou abandonnées, ou volées, ou qui aiment çà ! La proportion des mâles est toujours très faible – moins de 5 % de la population totale (imaginez combien d’inutiles parmi vous, camarades !  Il y a alors accouplement et les femelles fécondées portent cette fois un ou deux œufs que l’on nomme œufs de durée ou ’’éphippies’’.

Résumons donc : Tant que tout va bien, la daphnie assure seule sa descendance, et elle est équipée pour le faire. Ce n’est que lorsqu’elle n’y parvient pas parce que l’environnement devient trop hostile qu’elle souhaite le mâle que la nature lui procure alors, probablement aussitôt après l’énoncé de quelque secrète formule magique.

Pour cette intelligence de la vie et des choses, pour le brio de cette convivialité, pour la solution définitive apportée à la guerre des sexes, nous la nommons ’’créature la plus intelligente du vivant’’. Pour peu qu’elle soit adepte de la réincarnation qui applique au vivant l’implacable Loi de Lavoisier ’’Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme’’, (en fait, cette phrase n’a jamais été prononcée par Lavoisier mais bien avant, exactement 24 siècles auparavant) par Anaxagore de Clazomènes, elle se moquera comme d’une guigne du fait de constituer un plat de choix pour les poissons, puisque sachant que chacun de ses atomes va tournoyer dans l’univers pour donner naissance à d’autres vies. Salut Démocrite ! Ne riez pas, nous nous permettons de vous rappeler que nous, les humains prétentieux, sommes le mets – même pas favori puisqu’aucun sondage de satisfaction n’a jamais été effectué auprès des consommateurs – des vers, animaux un peu plus modestes que les poissons et moins beaux aussi !

Alors nous pensons qu’il faut prévoir que dans un certain temps, l’idéologie daphnienne va conquérir le vivant et la modeste puce d’eau va devenir une superstar de la vie sur terre !

de-bruijn

Victor, Bianca et Mirjam

Le laboratoire hollandais

ou

la liberté chevillée à l’âme

S’il est un coin du monde ou le mot ‘’liberté individuelle’’ a un sens, c’est bien la Hollande. Le territoire de ce pays de moins de 17 millions d’habitants, à été gagné en partie sur la mer, c’est à dire contre personne. La tolérance sans limite qui y règne date du 16ème siècle, lorsque le commerce imposait aux Pays-Bas de se montrer tolérants envers les coutumes de peuples qu’il visitait ou qui lui rendaient visite. Autre preuve de l’intelligence hollandaise : on ne peut acheter la terre ou de la terre, on l’occupe et on la restitue et la Conservation Foncière est un temple de l’écologie et pas une bourse aux tripatouillages louches ! Magnifique !…

Ce culte de la liberté est inconditionnel et l’esprit batave ne s’emberlificote guère de circonlocutions tarabiscotées pour cacher les inavouables penchants humains. Certaines dames veulent montrer leurs charmes pour les vendre sans attraper une bronchopneumonie double ? Simplement comme on montre un produit ? – Voici les fameuses  »filles dans les vitrines » d’Amsterdam. Certains homosexuels veulent vivre ouvertement ensemble et se marier ? – C’est leur problème, qu’ils le fassent, un  »contrat civil » sanctionnera leur union et défendra leurs droits humains. Terrassés par la souffrance, certains  »préfèrent la mort » à la vie ? – Aucun problème, une assistance médicale leur est apportée pour le faire. Les  »paradis artificiels » paraissent à d’autres se situer derrière des écrans de fumée de cannabis ? – Fumez braves gens, mais regroupez-vous en des endroits désignés pour ne pas asphyxier les autres. L’avortement vous parait préférable à l’enfantement ? – Soit, si c’est fait dans des règles sanitaires admissibles, cela vous regarde. Et vous, Monsieur qui vous sentez femme, ne pouvant avoir d’enfant, vous voulez en adopter un ? Pas de problème, pas plus que pour vous Madame, qui partagez votre vie avec une autre dame !

Ces dispositions uniques au monde ont été prises sans affrontements passionnels, sans attentats, sans guerre de religion ou plutôt de religieux, simplement à l’issue de discussions et d’expérimentations, dans la paix civile. Ces gens-là ont-ils conscience de braver et ridiculiser la morale qui prévaut quasi partout ailleurs dans le monde ? Et bien la réponse est surprenante : ils ne se posent même pas la question.

Il est évident que Descartes, le père de la pensée occidentale moderne, qui détrôna Aristote, choisit de se fixer sur cette terre plate et pourtant si jolie pour jouir d’une liberté compatible avec l’incertitude et le risque du chercheur, à l’heure ou Galilée, malgré l’amitié du Pape Urbain VIII, se voyait condamné pour les irréfutables résultats de ses travaux scientifiques ! Oui, scientifiques et philosophes de toute l’Europe ont toujours trouvé refuge et accueil en Hollande alors que dans le reste de l’Europe, on en était encore à brûler les livres dérangeants et que sévissait la version européenne et primeur du maccarthysme : l’inquisition !

La rigueur de la pensée, condition sine qua non pour l’avancée de la science, ne fait pas de concessions aux approximations et bidouillages de la pensée humaine.

Et bien, c’est là, sur cette terre – laboratoire de la pensée occidentale, que le 23 Septembre 2005, Monsieur Victor de Bruijn, 46 ans, de Roosendaal, a convolé en justes noces avec Bianca, 31 ans et Mirjam, 35 ans, infligeant à la morale occidentale un camouflet cinglant en fournissant à titre d’explication, cette irréfutable raison :

« J’aime Bianca et Mirjam, je les ai donc épousées les deux ».

Enfin une déclaration d’amour crédible ! Alors, amis incrédules, quid de la monogamie et de sa poussive morale ? Quid de la fidélité et sa chétive hypocrisie ? Quid de vos frileuses jalousies ? Et quid de l’attirance maladive et congénitale pour la  »propriété » ?

S’il y a quelqu’un dans l’assistance qui voit un quelconque empêchement à cette alliance, qu’il parle maintenant ou qu’il se taise à jamais !

co’ & mo’

P.S : est-ce un hasard ou de l’humour germanique si  Félix Mendelssohn est le compositeur de la ‘’Marche Nuptiale’’ et de la ’’Marche Funèbre’’ les plus connues ? Écoutez et dites franchement si vous faites la différence ?…

Marche nuptiale :

http://www.deezer.com/#music/result/all/marche%20nuptiale%20mendelssohn

Marche funèbre :

http://www.deezer.com/#music/result/all/marche%20fun%C3%A8bre%20mendelssohn

Publicités