nostradamus

(*)

Le vin, le jeu du hasard, les pierres dressées et les flèches divinatoires sont une abomination et une œuvre du Démon. Evitez-les … peut-être serez-vous heureux ». Le Coran, Al Ma’idah, Le Plateau Servi, Sourate V verset 90

 

Qu’on ne trouve chez toi … personne qui exerce le métier de devin, d’astrologue, d’augure, de magicien, d’enchanteur, personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou disent la bonne aventure, personne qui interroge les morts. Car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Éternel; et c’est à cause de ces abominations que l’Éternel, ton Dieu, va chasser ces nations devant toi. (La Bible, Deutéronome 18/10-15)

symbole-voyance

Le premier devin fut le premier fripon qui rencontra un imbécile Voltaire.

 Sur la terre, deux choses sont simples : raconter le passé et prédire l’avenir. Y voir clair au jour le jour est une autre entreprise. Armand Salacrou

L’avis du sage tient lieu de prédiction. Proverbe oriental.

symbole

Pour parler du futur, il faut être :

 Soit un fumiste patenté (cf. supra, Voltaire) prétendant détenir ’’un don de prédiction hors du commun’’ provenant d’une force transcendante quelconque,

 Soit un génie universel, un scientifique holiste, un analyste doué, ’’multidisciplinaire, transdisciplinaire utilisant des outils tels que les statistiques, les techniques de raisonnement, le data mining et les arbres de décision.’’

’’Au niveau méthodologique, les disciplines concernées, histoire, économie, sociologie, psychologie, physique, biologie, épistémologie, sciences de la cognition, etc., font de la futurologie une science particulièrement complexe en manque d’outils et de fondements théoriques.’’http://fr.wikipedia.org/wiki/Futurologie

predire1

 Prédire, c’est énoncer par avance. La prédiction énoncée par le fumiste doit être ignorée et celle du sage, toujours issue de science et de sapience. C’est alors de la futurologie, méta-science qui fait actuellement florès. Définition de la chose :Elle ressemble à la pitrerie de Socrate parlant de l’intérêt du mariage, mais ce n’en est pas… ’’Dans tous les cas, mariez-vous. Si vous tombez sur une bonne épouse, vous serez heureux. Si vous tombez sur une mauvaise, vous deviendrez philosophe, ce qui est excellent pour l’homme’’…

 La futurologie est la science qui étudie les différents scénarios possibles du futur. Pour ce faire, elle a recours aux sciences exactes, à la technologie, à l’économie, à la sociologie, et à l’histoire en se basant sur des modèles scientifiques. Elle en conglomère les résultats et les reconsidère dans une optique et une approche holistiques.

La futurologie exclue donc les prédictions surnaturelles, ainsi que celles concernant le court terme qui ne sont que simples spéculations et ne mettent en jeu qu’un chimérique ’’don du hasard’’, ne cherchant son explication pas même dans le tourbillon de poussière de Holbach.

 La futurologie est bien une science qui se veut la plus exacte possible et prétend également être un tableau de bord d’aide à la décision pour les dirigeants. 

 La futurologie reproche à tous les humains d’avancer vers le futur à l’aveuglette, prenant ainsi des risques inconsidérés. Or, grâce à elle on peut en partie au moins mieux comprendre demain et, pourquoi pas ? prendre les dispositions judicieuses pour mieux le préparer.

La futurologie est la science du futur, elle est aussi la science de l’avenir !

« Je préfère un futur imprévisible à un futur imposteur. » Maurice Schumann

« Je ne pense jamais au futur. Il vient bien assez tôt. » Einstein

« Le futur appartient à celui qui a la plus longue mémoire ». Nietzsche

« La futurologie consiste à prévoir des tendances fortes qui construisent l’avenir. On parle aussi de prospectives ou en anglais de « technological forecasting ». Les anglo-saxons appellent aussi les futurologues des « futurists ». En fait aujourd’hui, la futurologie s’appuie sur une série de méthodes bien définies telles que : l’extrapolation linéaire, l’analyse fonctionnelle, la simulation sur ordinateur, les Delphi, les arbres de pertinence et l’usage de scénarios. Le plus souvent, on fait une combinaison de ces différentes méthodes pour arriver à mieux étudier notamment les tendances convergentes.  » Joël de Rosnay

L’illettré du futur ne sera pas celui qui ne sait pas lire. Ce sera celui qui ne sait pas comment apprendre. Alvin Toffler

Le futur appartient à ceux qui croient à la beauté de leurs rêves. Eleanor Roosevelt

le-futur

 … La cosmologie moderne débouche sur la théorie du big bang, qui se révèle non seulement un prodigieux bond de notre savoir scientifique, mais aussi de notre capacité philosophique. la vérité nous apparaît dans une aveuglante clarté, le cosmos est le sujet par excellence, consistant en une tresse liant intimement science et philosophie ou connaissance et pensée.

 L’homme, interloqué de n’être pas le centre de tout, décide de chercher à mieux comprendre sa place dans cet ordre. Il passe des nuits à contempler le ciel avec passion, à travers des lentilles de plus en plus puissantes, à partir des monts les plus hauts, à la faveur des éthers les plus subtiles. Dans cette réflexion, il fait feu de tout bois : histoire, épistémologie,  mythologie, légende, religion et croyances diverses. Enfin, il acquiert les moyens d’aller y voir de plus près.  

 Le 4 octobre 1957, l’URSS place en orbite le premier satellite artificiel, baptisé spoutnik, ouvrant ainsi l’ère de la conquête spatiale. On commença par dévoyer les buts de cette conquête qui, de scientifique devient rapidement politique et d’odyssée devient rodomontade lamentable.

 Taisons pudiquement le bénéfice net de l’aventure pour n’avoir pas à conclure un demi-siècle après que cette activité a surtout généré une pollution gigantesque jusque dans l’espace. L’homme par ses pratiques inconséquentes comme à l’accoutumée, a jonché le seuil de sa planète, d’un halo de dizaines de millions de déchets spatiaux dont chacun, si petit soit-il, est un objet contondant qui, propulsé à la vitesse de 30.000 kilomètres / heure, est capable de transpercer toute matière. Dans peu de temps, sortir de cette couronne de détritus s’apparentera au jeu de la roulette russe.

 Plaisanterie ? Hélas non, en voici la preuve, d’une brûlante actualité : Hier, jeudi 12 mars 2009, deux satellites commerciaux – l’un américain, l’autre russe – ont été détruits dans une collision à 800 km au-dessus de la Sibérie, produisant deux importants nuages de débris. L’engin russe, en orbite depuis 1993, était déjà hors d’usage, mais le satellite américain, lancé en 1997, était encore opérationnel.

 En fait, ce qui peut inquiéter dans un tel accident, c’est l’ampleur orbitale des dégâts. Autrement dit, la quantité et la taille des débits générés, qui vont graviter autour de la Terre, et donc être des obstacles potentiels pour les autres engins spatiaux. Les réponses à ces questions ne seront pas connues avant plusieurs semaines et il faut s’attendre à ce que cette ‘’première fois’’, soit hélas suivie d’autres fois, jusqu’à ce que ce genre d’accidents devienne aussi courant que sur terre, accepté par tous comme ‘’la part du feu’’ !

 Le hic, c’est que mal se comporter chez soi, ce n’est ni glorieux ni bien intelligent, mais le faire en public, c’est ajouter à cela la malhonnêteté …

 Il est hors de doute que les réponses scientifiques concernant notre avenir, notre futur, celui de notre espèce, celui de notre monde et celui de l’Univers tout entier, se situent dans le cosmos, au sein de tout ce qui EST, astres morts, planètes, soleils, étoiles, corps en formation, naines blanches, supernovae, hypernovae, sursauts-gamma etc. mus en tous sens par des énergies inconnues, provenant de trous noirs, de mondes invisibles et imperceptibles, de réalités parallèles en respect, croyons-nous à cette heure, de la partition imposée par la physique quantique.

On susurre çà et là des hypothèses incroyables, allant de la téléportation à la guérison du cancer par télépathie ! On explore, on débride l’imagination et l’on cherche, car tout le monde est maintenant convaincu que seuls ont tort ceux qui refusent de chercher, surtout ceux qui ont peur de trouver ! Nous avons tous raison, mais nul n’a raison seul !

Pour pouvoir simplement rester dans la course de cette passionnante aventure, dans la course de l’aventure dans le sens le plus large et le plus noble, encore faudrait-il ne pas brûler nos atouts, en commençant par ne pas polluer notre pallier, de manière à ne pas bloquer notre porte et la refermer sur nous-mêmes.

 

mo’ 

 

Post-scriptum : J’ai confirmation d’une gentille lectrice que nous recevrons pour la semaine prochaine un article clin d’œil sur l’urbanisme du futur. Un autre lecteur assidu parlera de la partie marine de notre avenir. Seriez-vous inspiré(e)(s) ? Rappelez-vous le but de tout cela : piquer la curiosité des lecteurs et les envoyer en bibliothèque …

Nota : Nostradamus (Nostradamus = Nous donnons notre savoir)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Nostradamus

Nostra (latin) = pluriel neutre de ’’noster’’, notre = Ce qui nous appartient,

Damus (latin) = 1er personne du pluriel du verbe  »dare » à l’indicatif présent = Nous donnons

 

 

 

 

Publicités