titre billie holyday

NOTA 

Pour une écoute confortable, laissez  charger  les  vidéos

Dans la première moitié du siècle dernier, régnaient sur le chant du jazz deux monstres sacrés.

Ella

Ella Fitzgerald : Summertime

http://www.youtube.com/watch?v=1j6avX7ebkM&feature=PlayList&p=D4CB9CB69F236E94&index=1

La définitive, sublimissime et capiteuse Ella Fitzgerald que je vous offre ci-dessus dans l’une des versions les plus abouties du mythique Summertime.

Sarah Vaughan

Sarah Vaughan: Summertime 

http://www.youtube.com/watch?v=mmofX0rE6CQ

Elle était talonnée par ‘’Sassy’’, l’impétueuse et magnifique Sarah Vaughan que voici dans le même Summertime qu’elle interpréta des milliers de fois mais probablement jamais aussi bien.

Les deux grandes dames ont des voix de légende couvrant précisément 3 octaves et demie, ce qui fait d’elles de véritables rossignols.

Oum Kalthoum

Oum Kalthoum : Biridak Ya Khaliki 

http://www.musicme.com/#/Oum-Kalsoum/albums/Les-Plus-Grands-Titres-5413356373028.html

(écoutez 30 secondes de ‘’Biridak ya Khaliki’’ = (Avec ta permission, Ô mon Créateur)

 

Leur cousine orientale, la ‘’quatrième pyramide d’Egypte’’,  Oum Kalthoum possédait une voix qui, ‘’poussée à sa plus haute incandescence, diffusait 14 000 vibrations par seconde’’. Elle règne en Impératrice et sans partage jusqu’à présent sur la chanson arabe.

La Callas

Maria Callas : Ave Maria de Gounod

http://www.youtube.com/watch?v=r-q3L8FJ6tc&feature=related

Maria Callas, avait dit d’elle (Oum Kalthoum) après une écoute de quelques secondes : Incomparable ! La petite fille grecque, si malheureuse dans son enfance, mit quant à elle, à ses genoux tout le monde de la grande musique avec sa voix de ‘’soprano lyrique’’ ou de ‘’colorature’’, au registre et au timbre si particulier. Écoutez-la dans l’Ave Maria de Gounod. A couper le souffle …

Composé de ces voix de divas, de ces voix d’anges, de ces voix phénoménales, ce ‘’quartet’’ des dieux, se partagea le monde d’un bout à l’autre, durant tout le XXème siècle.

Bessie Smith

Bessie Smith: After you’ve gone

http://www.youtube.com/watch?v=VCDOr6au_H8&feature=related

Les deux premières furent inspirées par une devancière qui fit faire au chant américain, la transition entre les champs et la ville. Une voix merveilleuse, rustique, fortes et pleine de nostalgie, celle de Bessie Smith.

Mais laquelle des chanteuses américaines de la première moitié du XXème siècle peut-elle dire qu’elle ne fut pas influencée par celle qu’on nommait déjà en 1920 : l’Impératrice du Blues ? Aucune !

billie 1

Summertime : Billie Holyday

http://www.youtube.com/watch?v=n4PSju9HYwU&feature=PlayList&p=D4CB9CB69F236E94&index=0&playnext=1

Ecoutez cette voix crue et semblant sortir d’on ne sait ou … C’est celle de Billie Holiday ! Du jute grossier comparé à la percale smithienne, à la soie fitzgéraldienne et au satin vaughanien ! Quel est donc l’organe qui émet de tels sons ? La voix couvre difficilement une octave et l’on peut toujours y chercher la couleur. Il n’y en a pas, car c’est une voix ’’enrouée’’, grise, triste à pleurer. Et pourtant !…

Mais qui est cette Billie Holiday ? Rien de bien original, une jeune noire américaine victime de tous les malheurs du monde. Ses ‘’humanités’’ lui sont enseignées par une série d’aventures et de faits en parfaite harmonie avec ses états d’âmes :

Son arrière grand-mère meurt une nuit alors qu’elle dormait dans ses bras Elle y gagne une prostration de plusieurs semaines et un traumatisme pour la vie.

A dix ans, elle est violée par un voisin pendant que sa mère est au ‘’travail’’, c’est-à-dire sur le trottoir.  Elle en dit dans son  autobiographie:
« Lady Sings the Blues », B.HOLIDAY, W.DUFTY 1992-Parenthèses

’’C’est la pire des choses qui puisse arriver à une femme et ça m’est arrivé quand j’avais dix ans’’.

Elle intègre un couvent ou elle est battue et humiliée à longueur de journée et de nuit. Puis elle en est retirée pour suivre sa mère dans sa lutte pour la vie, contre la misère extrême. C’est là qu’elle fait la connaissance pratique des quatre points cardinaux de toute sa vie :

La prostitution – L’alcool – La drogue –  Le jazz

billie 2

Fine and mellow: Billie Holiday

Elle n’eut jamais qu’un seul ami : un autre monstre sacré du jazz : le saxophoniste Lester YOUNG, considéré comme le meilleur saxophoniste de tous les temps. Un véritable amour nait entre eux, totalement platonique et qui jamais ne sera démenti. Pour lui, elle était Lady Day, Madame Le Jour, et pour elle, il était Prez, Président. Ceci n’empêche que TOUS les grands musiciens qui l’ont croisée ont bien vu en elle un être vivant d’une espèce à part, débordant les normes, éclatant l’intelligence de la musique et du cœur, avec pour armes, une vie – blessure, un vice incurable, la drogue et une voix d’oiseau blessé. Dans la vidéo ci-dessus, on peut juger de leur entente parfaite, de leur tendresse réciproque et de leur complicité … De plus, ils sont entourés du plus incroyable  groupe de jazzmen qui se puisse concevoir : Ben Webster, Gerry Mulligan, Roy Eldridge, Coleman Hawkins etc … chacun de ces noms désignént réellement un monde à lui seul ! Un très grand Moment de jazz !

billie 3

All of me: Billie Holiday

http://www.youtube.com/watch?v=ujdbwEHkv1I&feature=related

billie 4

If you were mine: Billie Holiday

http://www.youtube.com/watch?v=pE929BM2PKc

billie 5

I am a fool to want you: Billie Holiday

http://www.youtube.com/watch?v=pE929BM2PKc

billie6

My man: Billie Holiday

http://www.youtube.com/results?search_query=my+man+billie+holiday&search_type=&aq=f

 billie7

The man I love: Billie Holiday

http://www.youtube.com/watch?v=uzJMTSaAl8g&feature=PlayList&p=EAB56C2EE5CCBFDE&playnext=1&playnext_from=PL&index=21

billie8

I am a travelling light: Billie Holiday

 http://www.youtube.com/watch?v=-dX0pdsLVb0&feature=related

billie9

Gloomy Sunday. Billie Holiday

 http://www.youtube.com/watch?v=48cTUnUtzx4

billie 10

You go to my head: Billie Holiday

 http://www.youtube.com/watch?v=LGNc1yLGPug&feature=related

billie11

Aint no bodys business : Billie Holiday

http://www.youtube.com/watch?v=KBtN8h85F-I&feature=related

billie12

Strange fruit : Billie Holiday

http://www.youtube.com/watch?v=1rWXE8a0w04&feature=related

Protest song d’une violence inouïe, la plus poignante de toutes les chansons de Lady Day, devenue l’hymne de tous les militants abolitionnistes pour dénoncer la barbarie des racistes dans les Etats-Unis de la ségrégation. On ne peut imaginer discours plus poignant que cette interprétation de Lady Day pour stigmatiser l’horreur des lynchages et des pendaisons. Chaque fois qu’elle la chantait, elle déchainait dans la salle une émotion paroxystique.

Ce poème est régulièrement étudié dans les lycées et collèges américains depuis lors.

Etrange Fruit

(Strange fruit)

Les arbres du Sud portent un étrange fruit,
Du sang sur les feuilles, du sang aux racines,
Un corps noir se balançant dans la brise du Sud,
Etrange fruit pendant aux peupliers.

Scène pastorale du « vaillant Sud »,
Les yeux exorbités et la bouche tordue,
Parfum du magnolia doux et frais,
Puis la soudaine odeur de chair brûlée.

Fruit à déchiqueter pour les corbeaux,
Pour la pluie à récolter, pour le vent à assécher,
Pour le soleil à mûrir, pour les arbres à perdre,
Etrange et amère récolte.

Post Scriptum

Qui est donc l’auteur de ce ‘’ Etrange Fruit’’ ? Billie Holiday qui le prétendit dans son autobiographie ? Non ! C’est un certain Abel Meeropol, un enseignant juif d’origine russe vivant dans le Bronx et membre du Parti communiste des USA. Après avoir vu des photos de lynchage il écrivit le poème Bitter Fruit qu’il publia sous le pseudonyme de Lewis Allan dans le magazine New York Teacher et le journal communiste New Masses. Un peu plus tard, il mit le poème en musique. La chanson fut interprétée pour la première fois par l’épouse de l’auteur avant que Billie accepte de la chanter.  On peut penser au ‘’Verger du Roi Louis’’

http://pagesperso-orange.fr/brassens/OEUVRES/CHANSONS/verger.html

de Théodore de Banville, et surtout à l’immortelle ‘’Ballade  des Pendus’’

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ballade_des_pendus

de François Villon.

 mo’

Nota  Meeropol a adopté les enfants des époux Rosenberg, ces autres communistes condamnés à mort et exécutés en 1953, pour espionnage au profit de l’URSS. Ils ne furent pas pendus mais ‘’assis’’ sur la chaise électrique.

Généralités : http://fr.wikipedia.org/wiki/Billie_Holiday

Une discographie magnifique : http://www.billieholiday.be/

Un hommage :http://www.youtube.com/watch?v=1rWXE8a0w04&feature=related

Une autobiographie:   « Lady Sings the Blues », B.HOLIDAY, W.DUFTY 1992-Parenthèses

Publicités