Les PP du silence

Aller   en    soi-même    et    ne    rencontrer    pendant des heures personne, c’est à cela qu’il faut parvenir. Etre seul, comme l’enfant est seul…

Rainer Maria Rilke

L’autisme est un trouble omniprésent du développement affectant les fonctions cérébrales. Il empêche l’organisation et la compréhension de l’information transmise par les sens. Il provoque un repli sur soi et peut affecter gravement les interactions sociales :

Troubles de la communication verbale et non-verbale ;
Troubles des relations sociales ;
Centres d’intérêt restreints et/ou des conduites répétitives.

BADGE

Titre

papotin

http://www.lepapotin.org/default.asp?LINK=textesParoles&ID_TOPIC=88

Le PAPOTIN, un journal pas comme les autres

Depuis plus de 15 ans, l’hôpital d’Antony (Région Parisienne) est à l’origine d’une initiative hors du commun : la fabrication d’un journal par des patients souffrant d’autisme ou d’autres troubles de la communication. Ce « journal atypique » baptisé Le Papotin offre à ses rédacteurs une fenêtre sur le monde.

Les 11 commandements
énoncés par l’équipe d’encadrement 
  1. s’adresser au public ordinaire,
  2. défendre l’accès à la culture pour tous,
  3. fuir la discrimination positive,
  4. rechercher la dignité et la reconnaissance sociale des jeunes,
  5. refuser la compassion,
  6. transmettre la parole autonome des journalistes atypiques,
  7. réaliser des interviews de personnalités connues des Papotins,
  8. découvrir les autres avec les reportages culturels et politiques,
  9. montrer les similitudes entre les humains,
  10. ne pas cacher l’insolite des uns et des autres et enfin
  11. ne pas utiliser le matériel clinique et les diagnostics.

Le Papotin est une initiative de Driss El-Kesri, rédacteur en chef du journal, et de Gilles Roland-Manuel, médecin chef de l’hôpital d’Antony. Driss El Kesri est Marocain d’origine (Meknès) , prof de lettres. Il propose une approche originale et digne de l’autisme. Par sa délicatesse, son tact et son approche respectueuse, il a rallié à la cause des ‘’Petits Princes du Silence’’ des dizaines de  personnalités aussi diverses que Jacques Chirac et PPDA que Marc Lavoine et le Docteur Assouline, que le comédien Frédéric Diefenthal et le navigateur Vincent Beauvarlet.

On en reparlera dans la seconde partie de cet article, la semaine prochaine.

Mo’ vous contera aussi une affreuse histoire, non pas pour vous faire pleurer –vous pleurerez, c’est sûr – mais pour vous ouvrir le cœur !… Pour l’heure, appréciez les paroles des petits princes du silence, drôles, profondes, toujours sincères et émouvantes bien sûr, mais parfois carrément bouleversantes …

 vitre opaque

http://miseenabyme.blog.tdg.ch/archive/2009/02/01/dossier-autisme-1.html

Autoportrait

Je suis un individu plein d’intelligence, d’imagination et de capacités. Plein d’atouts, plein d’avantages. On m’a dit que j’étais un soleil, et d’après les apparences, je suis quelqu’un de merveilleux. J’admets quand même ces atouts, mais je n’en viens pas à dire que je suis merveilleux : je ne parviens pas à exploiter ces capacités et c’est dû à mon syndrome. Conclusion : J’ai des chances et des privilèges et c’est lié à ma nature, même si c’est grâce à mon syndrome. Mais grâce à mon syndrome, j’ai gâché plein d’occasions.

Nathanaël (1) poulpe

De l’Amour

L’amour parental

Pensées :
C’est l’amour le plus maladif dont on ne se remet jamais parfaitement.
Les enfants sont les fruits de la chair. Ils viennent de soi.
C’est comme si c’était ta chair, ta peau, tes poils, tes os, ton foie : on doit les aimer comme nous-mêmes. Pas plus, pas moins !

Il ne faut pas que ça aille au sacrifice de soi, de sorte que s’il y a un choix, il serait impossible à faire !

L’amour qui lie deux individus de sexe opposé

Pensées :
En premier, le but est d’aimer

Et le reste suit.

Nathanaël(1)

L'autisme

Blues

Je perds la boule. Je perds la tête. Je pète les plombs.
C’est pas bon !
Je ne suis pas débile.
C’est mon style !
Je ne suis pas malade, juste en pleine forme enrhumée.
Je suis dans la panade. Je fais une cascade.
Je crois que le monde va s’écrouler.

Je n’ai pas envie de couler.
Je botte en touche.
Je gobe une mouche et je dessouche !
Je me sens bien dans ma peau et mal à ma peau.
J’ai envie de dormir.
Laisse-toi pâlir !

Anaïs and Co(1)

 frère de la lune

A quoi çà sert les mots

Il y a ceux qu’on oublie sur une étagère et qui prennent plein de poussière et ceux qu’on met au musée des Invalides.
Il y a ceux qu’on aime :

musique, vieille voiture, chat, souvenir,
gros ventre, cristallin, arbre à frites,
jour de mon anniversaire, sapristi.

Stéphane (1) 

affiche

 

Réforme de l’Enseignement

Ma réforme de l’enseignement, si j’étais ministre de l’Education Nationale :
– Jusqu’à 15 ans, les enfants ne feraient qu’apprendre les choses essentielles : Le français, l’orthographe, le calcul, les langues étrangères et la philo ; tout le reste, c’est pour ceux qui en ont envie.

– Je séparerais les classes : il y aurait des écoles de 6°, des écoles de 5° etc., pour éviter de mélanger les grands avec les petits, ça serait moins dangereux, moins contagieux. Les gosses de 10° sont contaminés par la violence des grands. Avant on séparait les garçons et les filles, on a mis du temps à comprendre que c’est ridicule.

– Je ferais comme Mao Tsé-toung, un petit livre rouge sur les exercices de philo à partir des petites classes : les élèves apprendraient des bons mots du style : un mort est un drame, un million de morts, une statistique…
– L’école à proprement parler commencerait le plus tard possible, vers quinze ans. Maintenant à 20 ans, ils sont au chômage. S’ils entraient en apprentissage à 15 ans, ça retarderait leur arrivée sur le marché du chômage : entre vingt et vingt-cinq ans, c’est dangereux de tourner en rond.

Carole(1)

aquarium

Le Rêve

J’ai fait un rêve
J’ai fait un bon rêve
Et après un petit rêve.
J’étais tout seul dans mon petit rêve :
Je bois mon café à la maison,
Je fais mon lit ce matin
Et le soir je me lève tout seul
Moi et mon petit rêve
Et nous partons en vacances en Suisse.

Mon rêve me plaît
Ça me plaît de rêver
Je rêve de moi
Et au matin, je ne peux pas me lever.

Aleksandar(1)

casser les murs Casser l’enfermement

La Résurrection

Je suis très tracassé par la résurrection
J’ai très peur de la vie
J’ai très peur de ma vie
J’ai très peur de la mort.
La fée des médicaments est morte.
Je voudrais retourner dans les âges que j’aime
Pour ne plus avoir peur.

François. (1)

mo’. 

(1) Petites Princesses et Petits Princes du Silence, rédactrices et rédacteurs du journal LE PAPOTIN.

Publicités