Alchimie de la douleur

L’un t’éclaire avec son ardeur,
L’autre en toi met son deuil, Nature !
Ce qui dit à l’un : Sépulture !
Dit à l’autre : Vie et splendeur !

Hermès inconnu qui m’assistes
Et qui toujours m’intimidas,
Tu me rends l’égal de Midas,
Le plus triste des alchimistes ;

Par toi je change l’or en fer
Et le paradis en enfer ;
Dans le suaire des nuages

Je découvre un cadavre cher,
Et sur les célestes rivages
Je bâtis de grands sarcophages.

Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal

http://www.youtube.com/watch?v=4phwUzKZw_8

La seule liberté que nous concède la vie, c’est de choisir nos remords.

Jean Rostand

http://www.youtube.com/watch?v=Bvd1PBwGI4M&feature=related

Malheur à ceux qui se croient des sages et s’estiment très malins.

Isaïe, Ancien Testament

http://www.youtube.com/watch?v=gjndTXyk3mw&feature=related

Quelle connerie, la guerre

Jacques Prévert, Barbara

http://www.youtube.com/watch?v=Poci9xywHC8

La civilisation est-elle distincte de la barbarie ou bien en est-elle un stade avancé ?

Herman Melville, Israël Potter

http://www.youtube.com/watch?v=TeOhPR_0x8E

Entre exil et exil, le poème est boussole du cadavre qui rentre au pays.

Chawki Abdelamir, Lieux sans terre

Gens de mon pays

 

É meu e vosso este fado

Destino que nos amarra
Por mais que seja negado
Às cordas de uma guitarra
Sempre que se ouve o gemido
De uma guitarra a cantar
Fica-se logo perdido
Com vontade de chorar
Ó gente da minha terra
Agora é que eu percebi
Esta tristeza que trago
Foi de vós que recebi
E pareceria ternura
Se eu me deixasse embalar
Era maior a amargura
Menos triste o meu cantar
Ó gente da minha terra
Agora é que eu percebi
Esta tristeza que trago
Foi de vós que recebi

(SOLO)

Ó gente da minha terra
Agora é que eu percebi
Esta tristeza que trago
Foi de vós que recebi

http://www.youtube.com/watch?v=V3iE9orPC4A

Allah fait ce qu’il veut ; il n’est pas obligé d’accéder à toutes les prières des pauvres humains. Les mânes font ce qu’ils veulent ; ils ne sont pas obligés d’accéder à toutes les chiaderies des prieurs.

Ahmadou Kourouma, Allah n’est pas obligé 

http://www.youtube.com/watch?v=dSfc662vXZU&feature=related

Au train où vont les choses, bientôt la seule liberté qui nous sera tout à fait indispensable sera la liberté de réclamer.

Marcel Jullian, Courte supplique au roi

http://www.youtube.com/watch?v=zUFy5zsj0Wo&feature=related

On ne guérit d’une souffrance qu’à condition de l’éprouver pleinement.

Marcel Proust, Albertine disparue

http://www.deezer.com/fr/music/yves-montand/les-feuilles-mortes-462315#music/yves-montand/les-feuilles-mortes-462315

 (Position N°9)

En définitive, les victimes des guerres sont mortes pour rien. Seulement, elles sont mortes pour nous.

Georges Clemenceau, Discours de paix

http://www.youtube.com/watch?v=AIGj3CZ3uPQ

« Ce qui t’a été donné te sera repris » : ta vie entière sera rythmée par le deuil.

 Amélie Nothomb Métaphysique des tubes

Annabel Lee

Edgar Allan Poe

Traduction de Stéphane Mallarmé

Il y a mainte et mainte année, dans un royaume près de la mer, vivait une jeune fille,
Que vous pouvez connaître par son nom d’Annabel Lee,
Et cette jeune fille ne vivait avec aucune autre pensée que d’aimer et d’être aimée de moi.
J’étais un enfant, et elle était un enfant, dans ce royaume près de la mer ;
Mais nous nous aimions d’un amour qui était plus que de l’amour, moi et mon Annabel Lee ;
D’un amour que les séraphins ailés des Cieux convoitaient à elle et à moi.
Et ce fut la raison qu’il y a longtemps,
Un vent souffla d’un nuage, glaçant ma belle Annabel Lee ;
De sorte que ses proches de haute lignée vinrent et me l’enlevèrent,
Pour l’enfermer dans un sépulcre, en ce royaume près de la mer.
Les anges, pas à moitié si heureux aux cieux, vinrent, nous enviant, elle et moi. Oui !
Ce fut la raison (comme tous les hommes le savent dans ce royaume près de la mer)
Pourquoi le vent sortit du nuage la nuit,
Glaçant et tuant mon Annabel Lee.
Car la lune jamais ne rayonne sans m’apporter des songes de la belle Annabel Lee ;
Et les étoiles jamais ne se lèvent que je ne sente les yeux brillants de la belle Annabel Lee ;
Et ainsi, toute l’heure de nuit, je repose à côté de ma chérie, ma vie et mon épouse,
Dans ce sépulcre près de la mer, dans sa tombe près de la bruyante mer.
Mais, pour notre amour, il était plus fort de tout un monde que l’amour de ceux plus âgés nous ;
De plusieurs de tout un monde plus sages que nous,
Et ni les anges là-haut dans les cieux,
Ni les démons sous la mer, ne peuvent jamais disjoindre mon âme de l’âme de la très belle Annabel Lee.

Publicités