https://mosalyo.wordpress.com/2010/05/24/fatna-abid/

http://www.youtube.com/watch?v=oz_fK97ggwc

Bien loin des plaisanteries faciles de l’humour machiste, voici 10 phrases belles et profondes qui honorent celles et ceux qui les ont prononcées. Chacune mérite qu’on s’y attarde, qu’on y réfléchisse et qu’on y revienne. Pour ma part, pas une que je ne partage, pas une qui ne m’ait remué et fait avouer qu’elle est terriblement juste.

Bonne lecture !

1.     Etre une femme, c’est une douleur. Quand on devient jeune fille, ça fait mal. Quand on devient bien-aimée, ça fait mal. Quand on devient mère, ça fait mal. Mais le plus intolérable, c’est d’être une femme qui n’a pas connu toutes ces douleurs. Blaga Dimitrova Poétesse et romancière bulgare – 1922

2.     Appeler les femmes « le sexe faible » est une diffamation ; c’est l’injustice de l’homme envers la femme. Si la non-violence est la loi de l’humanité, l’avenir appartient aux femmes.  Qui peut faire appel au cœur des hommes avec plus d’efficacité que la femme ? Gandhi in Tous les hommes sont frères

3.     L’homme agit, la femme vit. Henry de Montherlant in Sur les femmes

4.     Qu’y a-t-il de meilleur que la sagesse ? La femme. Et qu’y a-t-il de meilleur qu’une femme bonne ? Rien. Geoffrey Chaucer

5.     On ne sait pas assez combien les femmes sont une aristocratie. Il n’y a pas de peuples chez elles. Jules Michelet

6.     Ma vie est partagée entre l’amour de la femme qui est ma mère, et celui de toutes les femmes qui ne le sont pas. Frédéric Dard

7.     Si l’amour embellit les femmes, les femmes, elles, embellissent l’amour. Anne Bernard in La chèvre d’or

8.     Ce que les séducteurs apprennent sur le tard, c’est qu’ils ont toujours été séduits, c’est que toutes les femmes qu’ils ont eues, c’était des femmes qui voulaient les avoir.

François Nourissier in Entretien avec Bernard Pivot

9.     Une femme intelligente est une femme avec laquelle on peut être aussi bête que l’on veut. Paul Valéry

10.           Par moments, dans l’humanité, une certaine sublimité de la femme apparaît ; aux heures où l’histoire devient terrible, on dirait que l’âme de la femme saisit l’occasion et veut donner l’exemple à l’âme de l’homme. Victor Hugo in Actes et Paroles

–         Et le petit mo’, qu’a-t-il donc écrit sur les femmes, durant l’année écoulée ?

–         Ben comme d’hab., des cris du cœur ! Je rappelle ci-dessous quelques unes de mes élucubrations, étant entendu que la pudeur me rend muet et m’étrangle …

Alors voici …

https://mosalyo.wordpress.com/2011/02/07/les-corps-gras

… Naïves demoiselles, de grâce, hâtez-vous de vous aimer !  Bichonnez-vous, déculpabilisez-vous totalement et ne vous privez de rien d’autre que de l’abus, du dangereux. Peu à peu, cette nouvelle discipline prendra en mains vos formes qui reviendront à leur équilibre, à leur point d’harmonie, à leur beauté réelle, non à celle de celluloïds impersonnels et fadasses…

https://mosalyo.wordpress.com/2010/10/25/la-barmaid

… Elle m’avait adopté et chéri, et c’était assez pour moi. Je ne lui posais jamais de question puisque pour moi, elle-même était une réponse à tout : Elle n’avait pas de passé, pas d’histoire et pas d’attache et ne connaissait même pas son origine, pas plus, à ce qu’il m’apparaissait, que le frisson de l’amour, ni la convulsion de la gésine. Nul bébé n’avait probablement jamais tété ces seins opulents et magnifiques alors que mille amants avaient sans doute bramé à sa fenêtre avant d’être foudroyés par l’éclair de ses lunes. Pourquoi tout cela m’était-il si évident, alors que sa biographie était, elle, une page blanche ?…

https://mosalyo.wordpress.com/2010/10/04/les-amours-estivales

… J’ai été aimé des petites filles et n’ai jamais eu grand effort à faire pour me faire des amies avec lesquelles je partageais idées, plaisirs, rires, larmes, pinçons, suçons et quelquefois … organismes microscopiques divers …

https://mosalyo.wordpress.com/2010/06/14/les-enfants-dabraham

… Cet âge est peut-être sans pitié Monsieur de La Fontaine, mais il est surtout affamé et assoiffé et il lui faut en permanence trouver pitance, que ce soit auprès de Fatima le Rasoir, d’Esther la Folle ou d’Yvette la Vilaine ! Mais grâces en soient rendues aux cieux, ‘’je’’ vivait dans une autre sphère et ne connus jamais la famine, la disette ni même le manque…

https://mosalyo.wordpress.com/2010/05/24/fatna-abid

Me tenant docilement la main au bord du trottoir, me demandant de la faire traverser, folle d’espérance et totalement confiante, elle chante simplement :

Ne andrò sola e lontana,
Come l’eco è della pia campana,
Là, fra la neve bianca;
Ne andrò, ne andrò sola e lontana!
E fra le nubi d’ôr!

(Refrain de La Wally)

È ciò che penso e ti auguro, Fatna, andrai lontano. Vado a provare ad aiutarti a farlo ! Lo prometto !

https://mosalyo.wordpress.com/2010/03/08/les-nuits-de-kabira

… Les femmes ont toujours été bonnes et loyales avec moi. Incomparablement plus que les hommes. Oh, j’en ai bien connu de sacrément tordues et déstabilisantes, mais bien sincèrement, dans leur écrasante majorité, elles m’ont aimé, chéri, gâté et chouchouté ! Je les aime sui generis et je crois qu’elles le sentent bien ! Et ce, tout au long des 365  ‘’8 Mars’’ – quel jour est-on donc, aujourd’hui ? qui constituent mon calendrier. Si j’étais candidat à une élection quelconque, je serais assuré d’emporter  51% des suffrages, tous ceux des femmes ! J’affirme ailleurs dans ce blog que pour moi, elles sont l’humain abouti et que l’homme n’en est qu’un avatar, approximatif et d’ailleurs dégénérescent…

Publicités