Ce jour, la population mondiale s’est accrue de 84.033 personnes, ce qui fait que 6 996 297 587 humains vivent maintenant sur la Planète Terre. Cette année, 2 014 056 hectares de forêt ont été détruits, pendant que le désert a gagné 4 647 401 hectares de terres arables.

La plus passionnante des lectures, le plus profond des sujets de réflexion, le plus sérieux des problèmes philosophiques est forcément évoqué dans ce compteur mondial : http://www.worldometers.info/fr/.

Ceci étant, l’être humain peut survivre quelques temps encore en adoptant une pensée et un comportement profilés par l’atavisme, ce qui conduira sans nul doute possible à l’extinction de la race ; il peut également, comme il l’a toujours fait jusqu’à présent, tenter de trouver des solutions, des moyens et des méthodes pour résoudre ses problèmes et même poursuivre sa sempiternelle marotte – divinité : le ’’progrès’’. Il ne lui faudra alors, comme à l’accoutumée, exclure aucune option possible, et il pourra trouver des petits arrangements – comme il sait si bien le faire – entre la biologie et l’eugénisme, la science et l’inconscience, la religion et la politique, la philosophie et la démagogie, la démocratie et la démagogie, la complaisance et le crime, l’exploitation et la destruction.

C’est d’ailleurs ce que l’on peut voir actuellement de par le monde : la montée d’un cynisme jamais égalé et l’activation d’urnes votives abritées dans des cathédrales, de ’’grands machins’’ internationaux, des organisations, des cours, des comités et autres tribunaux parés de tous les attributs moraux et légaux, mais à la dévotion des puissants bien évidemment.

Mais la vie est plus forte et comme nous disions la semaine dernière … ’’de jeunes dégourdi(e)s font danser les puissants comme des marionnettes, en tapotant sur des claviers, du bout de leurs doigts, barricadés derrières des protections juridiques étanches’’. Insolente et magnifique jeunesse…

Alors comme promis, ’’Fillette’’ de Li Po et ’’Petit Prince’’ de Saint-Ex, voici quelques éléments de l’équipement social et matériel nécessaire pour une bonne balade dans le monde du Futur ! Nous avons déjà vu que celui-ci sera régenté, selon Jacques Attali,  par trois forces nomades qui pourront s’opposer violemment: le marché, la démocratie et la foi. Pour surfer entre ces formes de nomadisme, il faudra être équipé d’outils permettant justement l’esquive et le déplacement :

Il n’y a d’homme plus complet que celui qui a beaucoup voyagé, qui a changé vingt fois la forme de sa pensée et de sa vie.

Alphonse de Lamartine, poète français, 1790-1869
Voyage en Orient

Carte de crédit : chacun des petits rectangles de plastique, dont l’ensemble constitue un jeu de société de consommation, aussi appelé ’’jeu de cash-cash’’.

Albert Brie, sociologue canadien né en 1925
Le Mot du silencieux

Ces ‘’bonnes cartes de crédit nouvelle génération’’ ne sont pas de simples cartes à puce, mais de petits appareils électroniques dont l’écran affiche des informations importantes telles que le solde actuel, les achats récents et les reçus de ces achats. Elles sont équipées de lecteurs de reconnaissance d’empreinte digitale pour vous assurer que vous seul(e) pourrez avoir accès à ces informations confidentielles…

Au départ, beaucoup d’intellectuels – majoritairement européens, pensaient qu’Internet allait sonner le glas de la société. Cette erreur persiste encore à nos jours. C’est évidemment faux. Internet a littéralement centuplé les facilités de nouer des relations, professionnelles et personnelles. On y pense par réflexe pour une infinité de choses, de la consultation d’un horaire à la recherche d’un partenaire de vie, d’une opportunité d’affaires à la recherche d’une recette de cuisine. Selon ses détracteurs, les pratiquants d’Internet, les Internautes, vivraient dans une ’’réalité virtuelle’’, souvent en se mettant en marge de leur environnement réel, couple, famille, amis, et même en s’éloignant de son propre corps.

Antonio A. Casilli, socio-anthropologue des usages numériques a publié il y a moins d’un an un ouvrage intitulé ’’Les liaisons numériques : Vers une nouvelle sociabilité ?’’ ou il regrette que beaucoup continuent à penser le Web comme un espace qui transcende notre réalité. Pour lui, c’est une erreur d’évaluation lourde de conséquences théoriques et politiques. Car les pratiques informatiques relèvent bien souvent du détournement : les usagers domestiquent les ordinateurs et s’en emparent pour explorer de nouveaux possibles, personnels ou collectifs…

Si cette reconfiguration de notre être en société ne va pas sans risques, elle est aussi porteuse de surprises : sous le regard du sociologue, le Web invente des modalités neuves et fécondes du lien social.

C’est un phénomène classique que la déchéance des études s’accompagne de l’inflation des diplômes et des titres.  

 Jean-François Revel, journaliste, académicien, 1924-2006
in La Cabale des dévots

« Le diplôme de référence dans le monde, c’est le doctorat américain, le PHd, pas les ingénieurs, formation sur laquelle s’appuyaient beaucoup les entreprises françaises. Or, nous sommes dans une économie de la connaissance; la compétition s’opère sur la capacité des entreprises à développer leur innovation et leur recherche … Ceux qui ont l’expertise pour travailler dans ce domaine, ce sont les docteurs y compris en sciences humaines et sociales. Le saut qualitatif sur le plan cognitif entre un master et un doctorat est incommensurable ».

http://www.lemonde.fr/orientation-scolaire/article/2011/03/30/faut-il-faire-un-doctorat_1500263_1473696.html

Quelques paroles d’experts :

Pour comprendre un pays, il faut passer par sa langue.

Noreen O’Shea, enseignante

En Chine, on ne négocie pas en anglais.

Jean Paul Robbe, homme d’affaire

Le premier instrument du génie d’un peuple c’est sa langue’’.

Stendhal

 Qui apprend une nouvelle langue acquiert une nouvelle âme.

Juan Ramón Jiménez, Primeras Prosas

  Chaque langue dit le monde à sa façon. Chacune édifie des mondes et des antimondes à sa manière. Le polyglotte est un homme plus libre.

Rudolf Steiner, philosophe autrichien

Le son harmonieux est un des outils de communication les plus forts et les plus complets, en même temps qu’il permet de se parler à soi-même. Le son est perçu avant l’image, on s’en souvient comme on se souvient des émotions qu’il provoque en nous ou sur les autres. Une belle voix et/ou une belle musique sont des instruments de séduction à nulles autres pareilles. Outre la formation mathématique qu’elle dispense, la musique semble exprimer mieux que tout autre moyen la totalité de la pensée et de la sensation : le shabda-yoga, la psalmodie judéo-chrétienne et le dhikr musulman, en sont des illustrations vocales.

Sans la musique, la vie serait une erreur

Nietzsche Le Crépuscule des idoles    

La musique est peut-être l’exemple unique de ce qu’aurait pu être – s’il n’y avait pas eu l’invention du langage, la formation des mots, l’analyse des idées – la communication des âmes.  

Marcel Proust La Prisonnière

La musique seule a une place dans le monde actuel, précisément parce qu’elle ne prétend pas dire des choses déterminées.  

Mikhaïl Bakounine, écrivain et sociologue russe, 1814-1876

– Le sport consiste à déléguer au corps quelques-unes des vertus les plus fortes de l’âme…

– Le sport est l’espéranto des races.

 Jean Giraudoux, Le Sport

Le rassemblement des citoyens dans des organisations mouvements, associations, syndicats est une condition nécessaire au fonctionnement de toute société civilisée bien structurée.

Vaclav Havel, Dramaturge et homme d’État tchèque, Méditations d’été

 Beaucoup d’entre nous mourront ainsi sans jamais être nés à leur humanité, ayant confiné leurs systèmes associatifs à l’innovation marchande, en couvrant de mots la nudité simpliste de leur inconscient dominateur.

Henri Laborit, 1914-1995, médecin, éthologue, philosophe

Pour inventer le Futur, il faudra y vivre et le vivre, équipé de quelques outils, certains disponibles comme ceux ci-dessus, d’autres à identifier, à imaginer, à fabriquer. Ce qui est en train de changer et dont on sent déjà les premiers frémissements, retiens bien cela, jeunesse, c’est que les  grandes entreprises ‘’modernes’’ se mettent à embaucher des littéraires, des sociologues, des historiens, des philosophes et des artistes qui sont affectés aux tâches de création. L’étroite vue du technicien prenant en charge la création a montré ses limites pendant que nous payons de notre sueur et de nos larmes les désastres de la toute puissance des financiers qui nous ont menés allégrement au chaos.

La création sans laquelle aucune avancée n’est possible, qu’il s’agisse de produits, d’idées ou d’œuvres d’art, a été un temps embourbée dans  les méandres de la Recherche et du Développement, du Benchmarking,  des processus conventionnels et du confort intellectuel.

Alors pour redonner de ’’l’avenir au futur’’, ce futur qui est déjà aujourd’hui, il faut avant tout réinviter l’imaginaire au laboratoire de la création dont il prend subrepticement la responsabilité pour les siècles à venir.

 mo’

Publicités