Sans que je le disse, tout le monde a compris que je considère comme très positif le déroulement des choses au Maroc. J’ai applaudi le 20 Février, j’ai été stupéfait par le 09 Mars, j’ai été fâché et parfois indigné par les prises de positions d’étrangers ou d’exilés, j’ai été déçu par les rengaines défaitistes de certains, mais au bout du compte, je suis rassuré par les résultats de la consultation populaire du 1er Juillet.

L’électorat marocain

32.000.000 d’habitants parmi lesquels
13.100.000 d’électeurs inscrits sur les listes électorales, dont

  • 30%  ont moins de 35 ans
  • 54,8% sont des hommes
  • 45,2% sont des femmes,
  • 44,4% sont ruraux
  • 55,6% sont urbains.

La nouvelle Loi Fondamentale ou Constitution

La Commission de rédaction de la constitution a achevé ses travaux et remis au Roi le texte proposé. Après l’avoir entériné, il l’a, à son tour présenté au Peuple et soumis à son vote. En voici le texte en langue française :

http://www.bladi.net/IMG/pdf/Constitution-maroc-2011.pdf

Les Marocaines et les Marocains ont voté à une écrasante majorité pour le «oui» sur ce projet de révision constitutionnelle. Selon le ministère de l’Intérieur les résultats quasi définitifs sont les suivants :

  • Nombre des votants : 9.228.020, soit un taux 72,65 %, dont :
o        en faveur du projet de nouvelle constitution 98,49 %
o        bulletins nuls (76.917), 0,83 %
o        contre le projet 1,51%

Les urnes ont parlé et la clarté de leur verdict, 72% de participants dont 98% en faveur du oui, a donné à ce texte-là le pouvoir que lui confèrent les règles universelles de la démocratie : Le pouvoir suprême. Il faut être conscient qu’à compter du 1er Juillet 2011, le Royaume du Maroc est régi non par la sagesse et le droit, mais par ce texte adopté ce jour même en tant que constitution.

Ce texte devient donc la source des traités internationaux ratifiés par le Maroc et également la source des lois dont l’ensemble constitue le droit,  le terme ’’loi’’ englobant en l’occurrence tous les textes émanant du pouvoir législatif et a fortiori réglementaire.

Ce texte sera invoqué pour défendre et pour attaquer, pour proclamer et pour réclamer. S’il réussit sa mission, il deviendra le référentiel laïc de notre vie sociale. Il faut pareillement accepter que les malins y trouvent les failles ou ’’anfractuosités’’ où habiller des oripeaux de la légitimité d’immorales actions. Mais quel qu’en soit le motif,  il ne faudra en aucune manière, sous aucun prétexte, jamais oublier le rappel de l’ancien président du Conseil Constitutionnel de France, Pierre Mazeaud, rappel qui sonne comme un implacable ’’impératif catégorique’’: ’’le respect de la constitution est non un risque mais un devoir’’.

J’ai relu avec plaisir ce très court document de 2008 du juriste Dominique Rousseau, une réflexion sur les rapports entre ’’Constitutionnalisme et Démocratie’’.

http://www.laviedesidees.fr/IMG/pdf/20080919_drousseau.pdf

Et bien voilà, il ne reste donc qu’à … procéder … pour donner une substance véritable à notre quête de développement. Un texte, si sage soit-il, ne permet jamais par lui-même d’atteindre un objectif. Il peut seulement ne pas l’entraver et c’est déjà énorme. Au-delà, il faut d’abord redéfinir les fondamentaux du Peuple concerné. Ceux du Maroc ont, je pense, été largement et unanimement plébiscités à la faveur de cette crise. Ce sont ceux qui empêcheraient qu’aucun Marocain ne se sente plus jamais abandonné au bord du chemin vers le développement et la conscience absolue que tout est fait pour cela. Il s’agit pour nous, même au prix de révisions déchirantes – et plus jamais d’expédients démagogiques, de revoir de fond en comble nos politiques concernant chacun des éléments du trépied de la morale sociale :

–         L’éducation
–         La santé publique
–         La justice

Parallèlement, faisons que notre société reprenne de la hauteur, je jure qu’elle était descendue bien bas. Pour y parvenir :

–         Que disparaisse à tout jamais l’immonde affairisme, particulièrement dans les sphères du pouvoir,
–         Que disparaisse à tout jamais la démagogie sous toutes ses formes,
–         Que soit honnie et punie toute manœuvre, directe ou élément de stratégie, tendant à stigmatiser la différence de qui que ce soit,
–         Que les honneurs et le mérite soient réservés à ceux qui dédient leur pensée et leur action aux autres,  
–         Que la science, la culture et l’art deviennent les champs d’expression privilégiés de notre génie,
–         Que soit appuyée et aidée toute action dont le but est de rapprocher les uns des autres, les habitants de ce Pays,
–         Que soient pareillement et de toute urgence réhabilités le civisme et la morale.

10 idées très simples, de bon sens, une litanie vieille de 60 ans au moins …

Est-ce trop demander ? Est-ce utopique ?

Cette semaine encore, pour conclure, j’appelle à témoin mon excellent ami Mark Twain, critique social mordant et fin connaisseur de cet animal politique qu’est l’homme :

’’L’homme raisonnable s’adapte au monde; l’homme déraisonnable persiste à vouloir adapter le monde à lui-même.

C’est pourquoi le progrès ne peut venir que de ce dernier.’’

mo’

PS : COUREZ A CETTE ADRESSE POUR ECOUTER ENFIN FATNA ABID
 »LE ROSSIGNOL DU MAROC »
QUI A RECEMMENT CHANTE A MARRAKECH A  L’OCCASION DE CAFTAN 2011
http://www.youtube.com/watch?v=Ewq5PTprOuc       

(à partir de la minute 4’30 »)

 

 

 

Publicités