Albert Einstein a marché à 3 ou 4 années ; il a parlé à 7 ans avant d’aller trainailler plutôt piteusement à l’école. Il avait même des difficultés pour retenir son adresse. Ceci ne l’empêcha nullement de comprendre très tôt que la lumière se déplace à la fois comme une vague et comme un flux de particules appelées quantas, parce qu’elle le devait … Il réfuta aussi la théorie de l’éther comme concept de base de la physique. Il en arriva ainsi à découvrir que la lumière avait une masse, et que l’espace et le temps étaient simplement de l’espace-temps, et que l’univers devait ressembler à une reliure.

Einstein émigra aux Etats-Unis en 1933 et chacun de ses bons mots a été enregistré, tout comme chacune de ses excentricités et bizarreries, comme le fait de ne quasiment jamais porter de chaussettes. Tout cela contribua à créer la légende d’Einstein, tout court, personnage qui fit souvent oublier Einstein le physicien.

Ses étourderies n’étaient pas toujours aussi innocentes… En réalité il a été un mari pas très attentionné avec ses deux épouses et un père distant. Son image, langue tirée, cheveux en bataille, un quotient intellectuel de … 160, a fait de lui la parfaite illustration du scientifique aux airs un peu fous.

Sa vie scolaire avait pourtant mal commencé : le jeune prodige quitte l’école prématurément et échoue au concours d’entrée de l’Ecole Polytechnique. Si rien ne laisse alors présager l’étendue de ses capacités, le surdoué s’avère doté d’un cerveau hors du commun. Ses découvertes – la Théorie de la Relativité générale, le célèbre E=mc2, la physique quantique, la cosmologie… – bouleversent à jamais la science. Dès 1905, ses premières publications font l’effet d’une bombe. L’accueil réservé à ses études est pourtant mitigé. On lui reproche l’idée selon laquelle l’expérience constitue la seule source de connaissance réelle. Qu’importe l’opinion de certains physiciens, sa renommée est mondiale dès 1919. Engagé socialement et politiquement, il est contraint de partir pour les États-Unis quand l’idéologie nazie se répand en Allemagne (il est Juif). Pacifiste, il ne cesse alors de militer pour la fin de la Seconde Guerre mondiale tout en poursuivant ses recherches.

Dans les citations qui suivent, on décèlera bien sûr son intelligence, mais aussi son humanisme et son humour :

Intelligence

’’L’imagination est plus importante que le savoir.’’

’’Nous aurons le destin que nous aurons mérité.’’

’’Les grands esprits ont toujours rencontré une opposition farouche des esprits médiocres.’’

Humanisme

’’Celui qui ne peut plus éprouver ni étonnement ni surprise, est pour ainsi dire mort : ses yeux sont éteints.’’

’’Celui qui ressent sa propre vie et celle des autres comme dénuées de sens est fondamentalement malheureux, puisqu’il n’a aucune raison de vivre.’’

’’C’est la personne humaine, libre et créatrice qui façonne le beau et le sublime, alors que les masses restent entraînées dans une ronde infernale d’imbécillité et d’abrutissement.’’

’’L’enseignement devrait être ainsi : celui qui le reçoit le recueille comme un don inestimable mais jamais comme une contrainte pénible.’’

Humour

’’La théorie, c’est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. Ici, nous avons réuni théorie et pratique : Rien ne fonctionne… et personne ne sait pourquoi !’’

’’Ceux qui aiment marcher en rangs sur une musique : ce ne peut être que par erreur qu’ils ont reçu un cerveau, une moelle épinière leur suffirait amplement.’’

’’Je ne dors pas longtemps, mais je dors vite.’’

’’La valeur morale ne peut pas être remplacée par la valeur intelligence et j’ajouterai : Dieu merci !’’

Voici quelques anecdotes qui illustrent parfaitement le personnage :

Otto Neugebauer, l’anthropologue des mathématiques, a raconté une anecdote sur Einstein enfant qui semble authentique et caractérise bien le physicien : Comme il avait un retard certain dans la parole qui préoccupait grandement ses parents, un soir, à table, il rompit le silence pour déclarer : ’’La soupe est trop chaude’’. Ses parents étaient fous de joie et lui demandèrent pourquoi il s’était tu si longtemps. Ce à quoi il aurait répondu, imperturbable : ’’Et bien jusque-là, tout était en ordre…

____

 Lorsqu’il arriva en grandes pompes à la prestigieuse Université de Princeton, on lui demanda ce dont il avait besoin pour être commodément installé pour travailler. Il répondit : ’’Un bureau, quelques blocs pour écrire, un crayon et une immense corbeille à papiers capable de contenir mes innombrables erreurs.’’

____

 Un jour une jeune-fille de 15 ans lui écrivit pour lui demander son aide pour résoudre son exercice de mathématiques. Il lui envoya une page pleine de diagrammes accompagnée de ce mot : ’’Ne te désole pas de tes difficultés en maths, je t’assure que les miennes sont bien plus grandes.’’

____

 L’Eglise de Riverside à Manhattan avait décidé d’ériger les statues des 8 plus grands scientifiques ayant jamais vécu sur terre. Einstein était inclus dans la liste. Interrogé sur son sentiment d’être ainsi honoré, il répondit : ’’ A partir de maintenant, et pour le reste de ma vie, je dois faire très attention pour ne pas provoquer de scandale.’’

____

Dans une allocution à la Sorbonne dans les années 30, Einstein déclara : ’’ Si ma Théorie de la Relativité se vérifie, l’Allemagne va me proclamer Allemand et la France va dire que je suis un citoyen du monde. Mais si ma théorie s’avère inexacte, la France ne va pas se priver de dire que l’Allemagne rappelle que je suis Juif…’’

____

Einstein alla visiter un kibboutz (ferme collective en Israël) en 1921. Il posa d’innombrables questions à la jeune fille de 22 ans qui lui servait de guide. Une de ces questions fut :

–          Quel est le rapport entre les hommes et les femmes ?

Pensant qu’il croyait, comme d’innombrables visiteurs que les femmes étaient mises en commun dans cette communauté sociale, elle bredouilla, très embarrassée :

–          ‘’Mais, Professeur, chaque homme ici a une femme et une seule !…’’

Les yeux du savant brillèrent de malice et, prenant la main de la jeune fille, lui dit :

–          Ne soyez pas choquée par ma question, par ’’relation’’ nous, les physiciens, nous entendons quelque chose de beaucoup plus simple : Combien y a-t-il d’hommes et combien y a-t-il de femmes dans cette communauté ?

____

Une autre fois, invité dans une réunion de la haute société, Einstein se vit demander par l’hôtesse d’expliquer à l’assistance sa Théorie de la Relativité. Il répondit en toute simplicité :

–          Madame, une fois je marchais dans la campagne par une chaude journée  avec un ami aveugle, et lui confiai que j’avais envie d’un verre de lait.

–          Du lait me demanda mon ami ? Boire je sais ce que c’est mais le lait, qu’est-ce ?

–          Un liquide blanc répondis-je.

L’ami aveugle demanda alors :

–            Liquide, je sais ce que c’est, mais blanc, qu’est-ce donc ?

–            La couleur des plumes du cygne, répondis-je. Le cygne est un oiseau avec un cou recourbé.

–            Cou, je sais ce que c’est, mais recourbé, qu’est-ce donc ?

Et là, j’avoue avoir perdu patience, lui pris le bras, l’allongeai, lui dit que son bras était alors droit et après l’avoir plié, que son bras était alors recourbé…

–            Ah répondit mon ami ! maintenant je sais ce que c’est que le lait !

____

 Un jour, un de ses élèves se présenta à lui et lui fit remarquer que les problèmes posés à l’examen de fin d’année étaient les mêmes que ceux de l’année précédente. Et Einstein de répondre :

–            Je le sais très bien, mais cette année les réponses sont différentes.

____

Einstein a déclaré que selon lui, sa seconde grande idée après la Théorie de la Relativité, est celle qu’il avait eu de mettre son œuf à cuire dans la marmite de soupe pour n’avoir pas un ustensile de plus à laver…

____

Un jour, un de ses collègues lui demanda son numéro de téléphone. Einstein prit l’annuaire et se mit à chercher. Le collègue s’en amusa et lui demanda s’il ne connaissait pas son numéro de téléphone. Einstein lui répondit, surpris :

–          Pourquoi voulez-vous que j’encombre ma mémoire avec quelque chose qu’on trouve si facilement dans un livre ?

En 1931 Charlie Chaplin invita Albert Einstein, qui visitait Hollywood, à une projection privée de son dernier film, Les Lumières de la Ville. Sur leur passage, la foule les saluait et les applaudissait. Et Chaplin de se tourner vers Einstein et de lui dire :

« Les gens vous applaudissent parce qu’aucun d’entre eux ne vous comprend et ils m’applaudissent à moi parce que tous me comprennent.’’

CHARLIE CHAPLIN

Charles Spencer Chaplin passe son enfance dans une troupe de théâtre. En 1912, il s’installe aux États-Unis et travaille pour la compagnie cinématographique. Il ne lui faudra pas plus de cinq années pour s’imposer. Il aura réalisé et joué dans plus de soixante-dix courts et moyens métrages, où il célèbre le personnage de Charlot, clochard frondeur et généreux. En 1921, il réalise son premier long métrage ‘The Kid’, une œuvre bouleversante, régulièrement citée dans les 10 meilleurs films de tous les temps. Ses œuvres dénoncent les injustices de la société américaine. Avec le cinéma parlant, Chaplin enterre Charlot et s’attaque aux plus sombres pulsions de l’époque : ’’Le Dictateur’’ (en 1940 !), qui est toujours considéré comme la critique cinématographique la plus intelligente produite contre le fascisme. En 1952, il réalise son dernier chef-d’ œuvre, le tragique ’’Limelight’’. Entre-temps, ses sympathies communistes inquiètent la CIA, qui le force à un exil européen. Il réalisera deux derniers films avant de s’éteindre, célébré comme un génie du cinéma.

Très curieusement, l’expression orale ne semble pas être le terrain de prédilection de Charles Chaplin. Elle est chez lui assez terne, moralisatrice dans son ensemble. Mais il est vrai que lorsqu’en jaillit une étincelle, c’est un véritable bonheur. En voici quelques-unes, couronnées par la magistrale déclaration d’humour finale qui donne sa dimension humaniste et philosophique à cette tournure d’esprit particulière :

’’Ce n’est pas la réalité qui compte dans un film, mais ce que l’imagination peut en faire’’… Limelight

’’La connaissance de l’homme est à la base de tout succès.’’… Mon secret

’’On peut toujours se baisser pour ne rien ramasser.’’ … Ma vie ’’L’humour renforce notre instinct de survie et sauvegarde notre santé d’esprit.’’ Ibidem …

’’La poésie est une lettre d’amour adressée au monde.’’ Ibidem …

’’Tous les enfants ont du génie, le tout est de le faire apparaître.’’ Ibidem …

’’La foi est l’élément précurseur de toutes nos idées : c’est un prolongement de l’esprit.’’ Ibidem …

’’Celui qui a des ennuis ne peut pas les prendre perpétuellement au sérieux.’’ Ibidem …

’’Les invités sont comme les gâteaux : si on les garde trop longtemps, ils rancissent et deviennent immangeables.’’  Ibidem …

’’Le derrière, là se trouve le siège de la dignité !’’ Ibidem …

’’L’action est musique.’’ Ibidem …

’’Quand un monde de déceptions et d’ennuis s’abat sur vous, si l’on ne s’abandonne pas au désespoir, on se tourne soit vers la philosophie soit vers l’humour.’’ Ibidem …

‘’Art martial’’ comme le dit le génial humoriste Fellag, ‘’colère maquillée’’ comme le prétend Stephen King ou ‘’politesse du désespoir’’ comme l’affirme Georges Duhamel ? Chacun choisira mais dans le cas d’espèce, personnellement, je pencherai plutôt du côté de Tristan Bernard qui affirme, lui, que ‘’L’humour provient d’un excès de sérieux.’’ Peut-il en être autrement de la part de ces deux monstres sacrés qui ont si fortement imprégné mon siècle, le 20ème ?

mo’

Sources :

http://www.evene.fr/celebre/biographie/albert-einstein-307.php
http://www.evene.fr/citations/charlie-chaplin?page=7
http://oaks.nvg.org/sa5ra17.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Charlie_Chaplin
http://fr.wikipedia.org/wiki/Albert_Einstein
Images : Internet.
Publicités