Indignés

Les Chypriotes auraient-ils osé suivre l’exhortation du vénérable Stéphane Hessel – disparu récemment qui, à plus de 90 ans, scandalisant tout ce que le monde compte de vieux croûtons rabougris et de salopards majuscules, avait créé l’espérance à travers ce monde en invitant les gens révoltés par les abus d’un modèle de civilisation en décrépitude à s’indigner ? A la suite de cet appel, des millions de citoyens de toutes parts se sont organisés pour manifester leur désaccord à propos de la gestion actuelle du monde, et ce, souvent sans trop respecter les finasseries des « démocraties » policées et quelque peu dépassées.

Le Printemps Arabe, les Indignés, Los Indignados, Democracia real, Ya ! Juventud sin Futuro, Anonymous, Les Indignés, ATTAC, No les Votes, Geraçào a rasca, Génération Y, Génération 600 €, Occupy Wall Street, et une infinité d’autres mouvements décidèrent de manifester et d’afficher clairement leur objectif de changer ce monde pour un autre, plus humain, plus empreint de justice et de bien-être social véritable .

Tous ces mouvements sont l’œuvre, pour la plupart spontanée, de simples « citoyens du monde ». Mais bien sûr, souvent, leurs gouvernements s’employèrent, là à tenter de les faire taire par la répression, plus loin en lâchant un peu de lest, ailleurs en démissionnant, mais toujours en évitant que les caciques de l’ordre international tant décrié, ne se fâchent contre eux et ne commencent alors à leur adresser des blâmes, des menaces, dont la moindre consiste à leur imposer des conditions de financement international lourdes de conséquence pour les populations. Ces dernières, comme d’habitude, sont prises en otages et invitées à se sacrifier età se taire.

J’ai déjà eu l’occasion de rapporter – pour les avoir vécues – les conditions clownesques dans lesquelles des montants mirifiques ont été donnés de force à des pays dans lesquels j’ai travaillé, ce qui me faisait dire à l’époque, il y a vingt ans, que lesdits pays n’arriveraient jamais à rembourser de telles montants. Je ne m’étais pas trompé et je n’ai aucun mérite à cela, tellement énorme et absurde était cette grosse ficelle qui consistait à créer la dépendance éternelle par le prêt abusif.

Aujourd’hui, après l’Islande, l’Irlande, le Portugal et la Grèce – l’Espagne et l’Italie étant déjà dans la Pompe à Phynances du Roi Ubu, mais protégés par leurs tailles, c’est au tour de la pacifique et merveilleuse île de Chypre de se débattre avec les affres du surendettement et de l’asphyxie financière.

Que s’est-il passé pour que ce petit pays en arrivât là ?

L’économie chypriote est très dépendante de celle de son voisin, la Grèce. Ce voisin, on le sait, a traversé une crise dramatique et a dû se plier aux injonctions habituelles de tous les grands prêteurs en pareil cas pour consentir une aide, là en l’occurrence, l’Union Européenne :

–      Augmentation des impôts
–      Révision à la baisse des prestations sociales
–      Restructuration du système bancaire
–      Etc.

Dans le cadre de la restructuration du système bancaire grec, tous les créanciers ont dû y aller de leur écot, notamment en abandonnant une partie de leurs créances mais si les sommes abandonnées ne prêtaient pas à conséquence pour les autres créanciers, pour Chypre, l’ardoise fut très lourde, voire insupportable :  

« … le ministre des finances chypriote… a déclaré que le pays avait « payé un prix très lourd » dans l’effacement de 107 milliards d’euros de la dette de la Grèce Chypre a perdu 4,2 milliards d’euros, ce qui représente 24 % de son PIB, les banques chypriotes détenant des quantités importantes d’obligations souveraines grecques. « Ce n’est pas juste de devoir supporter ça », a-t-il ajouté. « C’était un problème européen (…). Je crois que nous aurions dû partager ces pertes équitablement Chypre représentant 0,2 % de l’économie de la zone euro, le pays aurait dû perdre seulement 200 millions d’euros, soit « une somme insignifiante », a souligné le ministre’’ » Le Monde.fr 06.07.2012

Donc Chypre menace ruine à cause de la faillite de son principal partenaire, la Grèce.

« Selon les dernières estimations des analystes, Chypre a besoin de 17,5 milliards d’euros d’argent frais, dont 10 pour ses banques. Un montant faible dans l’absolu, mais qui représente près de 100% de son PIB … La zone €uro peut se permettre d’accorder une telle aide. Le problème, c’est que la République de Chypre risque de ne jamais être en mesure de la rembourser. »

La principale originalité de l’économie chypriote y est le poids de la Russie!

«La Russie détient  25% des dépôts bancaires. Les fonds proviendraient de la vente de pétrole ou de minerais. 10% de la Bank of Cyprus sont, par ailleurs, détenus par des Russes. Les investissements russes dans le pays s’élevaient ainsi à 78,2 milliards de dollars en 2011, soit un tiers des investissements. De nombreux fonds d’investissement russes se font domicilier à Chypre pour profiter des avantages fiscaux qui leur sont accordés sur l’île. 1.400 demandes d’enregistrement ont été déposées par des sociétés russes qui souhaitent s’implanter ou développer leurs activités à Chypre au seul mois de janvier 2012. Ces fonds, devenus chypriotes, investissent ensuite en Russie. Chypre est, de la sorte, considérée, comme le premier investisseur en Russie (68,9 milliards de dollars au cours des trois premiers mois de 2012). L’enregistrement à Chypre permet également à ces sociétés d’origine russe d’accéder plus aisément aux bourses européennes»

in  « Chypre : bombe à retardement financière? » http://geopolis.francetvinfo.fr/chypre-la-crise-qui-fait-peur-a-leurope-12189

Tiens donc ! Cela commence à être intéressant ! Serait-ce dire que par-dessus la tête des Chypriotes qui n’y peuvent mais, se joue une partie de laquelle ils sont exclus ? Et pourquoi donc ?

Laissons les froides chroniques de la presse économique et expliquons les malheurs de l’Ile du Cuivre Chypre – par la poésie et la légende, assurément plus vraies que l’Histoire !

castration d'ouranos

Pour la fabuleuse mythologie grecque, Ouranos, le Ciel, et Gaïa, la Terre, furent les premiers parents de la création. Les Titans furent leurs enfants et les dieux leurs petits-enfants. Les Titans étaient d’une taille et d’une force incroyable. Il y avait parmi eux des cyclopes et des monstres à cent mains. Affolé par la monstruosité de sa progéniture, Ouranos décida d’empêcher son épouse de donner naissance à de nouveaux  monstres en « occupant » perpétuellement son ventre. L’épouse, pas du tout d’accord pour « avorter » et pour contrarier la naissance de sa progéniture, fit appel à ses enfants pour l’aider à repousser les ardeurs perpétuelles de leur insatiable père. L’un d’eux, Cronos, le Temps, accepta la mission et émascula son père, avant de prendre sa place. Les « attributs » paternels supprimés tombèrent en mer ou la céleste semence s’en échappa et continua à procréer.

Le mont Pentadactylos

L’un des Titans arriva sur l’Ile du Cuivre, Kupros, le nom de Chypre en grec. Il se saisit du sommet de la montagne qui surplombe la cité de Paphos et l’arracha en y laissant les traces de ses cinq doigts, créant ainsi la suite de monts dénommée depuis Pentadactylos. (ou « cinq doigts »)

Petra tou Roumiou

Il jeta à la mer les morceaux arrachés à la montagne, lesquels donnèrent le « Rocher du Grec » ou « Petra tou Romiou ». L’immense bouillonnement d’eau provoqué par la chute de ces rochers gronda et se mua en écume blanche. Et c’est dans ce décor démiurgique qu’arriva Aphrodite, Cythérée, Cypris – ou Vénus chez les Romains, éblouissante beauté, née à Cythère.

Venus Botticelli

Selon les versions, elle arriva là, debout sur un coquillage, belle comme la lumière et revêtue de sa seule longue chevelure d’or, image qui inspira son fameux tableau au peintre italien Sandro Botticelli, 1444-1510. Selon une autre version, celle représentée par le peintre « pompier » français Alexandre Cabanel 1823-1889, elle arriva sur ce rivage, portée par une vague, au sommet de l’écume. Dans tous les cas, elle fut poussée vers le rivage par le souffle bienveillant de Zéphyr, l’un des quatre vents principaux, le plus doux d’entre eux.

Vénus Cabanel

Depuis, ce site, d’une rare beauté, est l’un des plus visités de l’Île.

Avant de poursuivre, offrons-nous le plaisir rare de lire Homère « dans le texte ». Il s’agit de l’un des Hymnes de l’Iliade à la gloire d’Aphrodite que le grand poète nomma « La radieuse déesse dorée » :

Le souffle du vent d’ouest l’a portée
De l’écume jaillissante et par-dessus la mer profonde
Jusqu’à Chypre, son île, aux rivages frangés de vagues.
Et les Heures*, couronnées d’or,
L’ont accueillie avec joie.
Elles l’ont vêtue d’une robe immortelle…
Et l’ont présentée aux dieux,
Et tous furent émerveillés à la vue de Cythérée
Aux cheveux ceints de violettes

 * Les heures étaient des divinités escortant d’autres divinités.

 Mais là où l’on voit bien que la mythologie engendre la réalité et en éclaire le sens, c’est ce qui suit :

Aphrodite de par son nom-même (aphros signifie écume) est née de l’écume de la mer ensemencée par son père, Ouranos, le Ciel. A quelques encablures de « Petra tou Romiou », crique ou l’a poussée Zéphyr, ont été découverts au début des années 2000 … des gisements gaziers énormes. Quelque humoriste du cercle très fermé des grands pétroliers les a baptisés … Aphrodite !  

Carte gaz Chypre

« Chypre, en pleine tourmente financière, possède une arme non négligeable pour sortir de la crise : ses ressources en gaz naturel offshore contenues dans une réserve connue sous le nom d’Aphrodite, du nom de la déesse antique que la mythologie faisait vivre sur l’île… Chypre dont les banques sont en perdition, serait posée sur une énorme bulle de gaz située au sud de l’île, sous les eaux transparentes de la Méditerranée, (bulle qui pourrait) rapporter jusqu’à 600 milliards d’euros…

En ces temps de raréfaction de l’énergie fossile, cela attire bien évidemment l’intérêt direct de tous les pays :

–      Israël
–      Liban
–      Turquie
–      Royaume Uni

Et bien évidemment des grands arbitres du monde :

–      Usa
–      Russie
–      UE

Pour mieux comprendre, rappelons d’abord la situation géopolitique et stratégique très particulière de Chypre :

Chypre coupée en 2

La république de Chypre a obtenu son indépendance du Royaume Uni le 16 août 1960 … garantie par un traité qui réunit ce dernier, la Turquie et la Grèce. Le Royaume Uni conserve à ce jour deux bases souveraines dans le Sud et l’Est de l’île où sont stationnés près de 4 200 soldats britanniques.

En 1974, des officiers grecs acquis aux colonels alors à la tête du pays lancent une tentative de coup d’État qui provoquent l’intervention militaire de la Turquie qui occupe le Nord de l’île et impose la partition du pays. En 1975, se met en place l’« État fédéré turc de Chypre » qui n’est reconnu que par la Turquie elle-même. En 1983, cet état devient la « République turque de Chypre du Nord ». Ce sont donc 3 pays qui gèrent l’Ile dont l’indépendance réelle est plus une illusion qu’une réalité.

Situation Chypre

Sa situation géographique exceptionnelle, au cœur du Moyen-Orient, en fait la borne de démarcation de l’Europe et de l’Asie.

On peut se documenter abondamment sur la question et les analyses du sujet foisonnent sur Internet. A cette heure, se considèrent comme partie directement concernées

  1. Chypre
  2. Turquie
  3. Grèce
  4. Liban
  5. Israël
  6. USA
  7. Russie
  8. Union Européenne
  9. Royaume Uni
  10. France

10 « chevaliers fervents » qui n’ont d’yeux que pour la belle déesse de l’amour et son énorme bulle de gaz, avec plus ou moins de tact, avec plus ou moins d’arguments …

Lorsqu’on pense au montant « ridicule » de la dette chypriote, que n’importe quel oligarque russe d’une certaine importance, n’importe quelle compagnie pétrolière, n’importe quel « fonds » de l’UE pourrait payer en un seul chèque, on ne peut s’empêcher d’avoir un sourire désabusé face à l’agitation diplomatique de ces tout derniers jours. Rire en considérant les essais d’achat de la neutralité des uns par les autres, des excuses tardives, des promesses de dédommagements des conséquences de faits de guerre. Pleurer au spectacle du sacrifice d’un pays voisin au nom des poncifs les plus ringards. S’amuser à reconstituer le casting de ce hold-up au scénario devenu classique.

On peut aussi décider de ne pas désespérer des hommes, Chypriotes en l’occurrence, après ce pied de nez fait à l’Eurogroupe auquel les descendants de la « RADIEUSE DEESSE DOREE » ont ainsi répondu à la mise en demeure qui leur a été adressée :

Indignés !

mo’

Publicités