quand je s'ra grand

–                    Et toi, qu’est-ce que tu veux faire quand tu seras grand ?

Y a-t-il un seul enfant au monde qui n’ait eu à répondre un jour ou l’autre à cette question lourdingue et passablement incorrecte ?

Poursuivant ma croisade libératrice de l’homme, cette semaine je voudrais m’adresser à tous les gnares et à toutes les petites mômes de la terre pour les inciter à affirmer clairement leurs personnalités, ce qui est le gage le plus sûr de ne pas devenir de futurs ‘’Damnés de la Terre’’ embrigadés dans les escadrons de la société de consommation, astreints à défendre un ordre qu’ils n’auront jamais choisi et qu’on leur défendra toute leur vie durant de changer et parfois même de discuter simplement.

Don Quichotte

Je ne leur suggère en aucune manière de s’unir. Bien au contraire, il leur faut rester libres et indépendants et ne jamais et nulle part faire confiance qu’aux anciens élèves de l’Abbaye de Thélème dont la devise fut, chacun s’en souvient : « Fait ce que voudras » !

L’une des meilleurs façons pour échapper au contrôle et à l’embrigadement de leur « big brother » personnel, c’est de répondre de façon ésotérique et incompréhensible, de manière à préserver leur indépendance et leur liberté, dits en termes plus émouvants, leur dignité d’homme !

Travelling arrière : est-il seulement utile de dire que l’homme n’a pas été très raisonnable dans sa gestion de la planète ?

A partir de là, il est assez facile de comprendre que dans l’avenir, il va falloir porter une attention particulière à tout ce qui peut rétablir les grands équilibres naturels de cette planète. Il deviendra alors évident que les métiers de l’avenir seront inspirés par les effets de cette incurie passée.

Biodiversité

Suit donc ci-après une petite liste de suggestions de réponses qui leur permettront d’échapper aux effets négatifs et frustrants de la grégarité humaine.

En fait, il s’agit d’un « échantillonnage » des métiers d’avenir, qui, à défaut d’être exhaustif, n’en est pas moins tout à fait sérieux !

Eleveur insectes

Dans le domaine agroalimentaire, un immense avenir se dessine pour  les éleveurs. Oui, mais comme déjà expliqué dans mosalyo, sous le titre « Encore un peu de potage » http://wp.me/p62Hi-1jJ … il ne s’agira pas d’élevage bovin, ovin, caprin, porcin ou autre, élevages inconcevables dans le futur car constituant un gâchis écologique énorme, une activité très peu rentable et qui, de toute façon, devient quasiment impossible comme le montre le schéma ci-dessus. Si nous tenons réellement à nos protéines animales, il nous faut éviter les vertébrés, par nature aussi gourmands que nous en ressources de base. Que restera-t-il alors ? Et bien il nous faudra tout simplement consommer ce qui est disponible et ne risque pas de faire défaut : les insectes.

Un opérateur pionnier fournit quelques renseignements sur son activité d’Eleveur d’insectes comestibles ! « Il faut, dit-il en substance des connaissances en entomologie et en traçabilité en agroalimentaire ». Le bénéfice en termes d’écologie est grand. Imaginez !

rentabilité divers elevages

Pourquoi est-ce le succès assuré ? Compte tenu de tous les problèmes de surpopulation, d’écologie, d’encombrement, il est certain que cette activité qui permet de produite 10 tonnes de protéines carnées par an sur moins de 1000 mètres carrés, est assurément promise à un grand avenir. 

_____

 nanosciences

Les nanoparticules comme l’indique leur racine grecque, (nanos = nain) sont de tout petits objets – il en faut 2 à 3000 pour atteindre le diamètre d’un cheveu, qu’on fabrique pour leur affecter des fonctions physiques précises dans tous les domaines, parmi lesquels la médecine.

Les recherches concernant leur utilisation et le développement des technologies les utilisant s’appellent les nanotechnologies. En médecine par exemple, on développe un produit qui est injecté pour détruire des cellules cancéreuses. Il absorbe les rayons X et les délivre sous forme très concentrée et surtout infiniment mieux ciblée, ce qui augmente l’efficacité de la radiothérapie pour éliminer les cellules atteintes.

De spectaculaires premiers succès ont été obtenus et un avenir mirifique s’annonce pour ces technologies nouvelles. Les besoins en ressources humaines spécialisées vont véritablement exploser dans un tout proche avenir.   

_____

 sureté nucléaire

La domestication de l’énergie nucléaire par l’homme est une de ses plus grandes prouesses technologiques. Dans ses déclinaisons pacifiques, cette énergie est la solution la plus attrayante pour pallier l’épuisement des énergies fossiles. Hélas, elle est loin d’être sans risque et des catastrophes aux effets incommensurables viennent nous le rappeler de temps à autre : Three Miles Island en 1979, Tchernobyl en 1986 et Fukushima en 2011 en sont quelques exemples.

Pendant longtemps encore, cependant, cette énergie nucléaire continuera à être exploitée et certains pays développés, comme la France, estiment ne pas pouvoir s’en passer.

Les enjeux sont énormes et les besoins en ressources humaines qualifiées en la matière sont aussi importants : de la conception de réacteurs plus surs à la gestion des déchets nucléaires, les emplois dans le domaine deviendront peu à peu aussi nombreux que ceux offerts aujourd’hui par l’exploitation des énergies fossiles.

_____

développement durable

« Un état est dit « durable » si « les composantes de l’écosystème et leurs fonctions sont préservées pour les générations présentes et futures. Les « “composantes de l’écosystème” incluent, outre les êtres humains et leur environnement physique, les plantes et les animaux. Pour les êtres humains, le concept sous-entend un équilibre dans la satisfaction des besoins essentiels : conditions économiques, environnementales, sociales et culturelles d’existence au sein d’une société. »

La mise en œuvre d’une démarche de développement durable dans une organisation est un processus complexe, qui en engage toutes les fonctions et la coordination des actions est précisément le travail spécialisé du « manager en développement ».

Entre la nécessité de respecter les innombrables réglementations découlant des engagements internationaux de tous les pays du monde, la pression des consommateurs, les exigences induites par d’autres besoins humains, la tâche est immense et le besoin en ressources humaines ultra formées énorme.

_____

ecoconcepteur

Dans le souci de préserver la planète et pour les mêmes raisons que précédemment évoquées, la préservation de la nature a quitté le domaine des vœux pieux pour rejoindre celui de l’opérationnel. Avant de « produire », l’homme est maintenant obligé de calculer l’impact qu’aura le produit sur l’environnement.

Il faut évidemment que cet impact soit le plus léger possible et même qu’il soit nul grâce au recyclage.

Cette activité de création demande de sérieuses compétences dans une grande variété de domaines mais les détenteurs de ce savoir-faire nouveau seront bien sûr extrêmement sollicités et seront assurés de trouver du travail partout et toujours.

ecoconception

architecte systeme

On ne le voit que trop. Notre quotidien est de plus en plus lié à l’informatique et il n’est même pas envisageable que la progression puisse diminuer, bien au contraire. En fait, la communication des humains entre eux et des humains avec leurs diverses institutions est tellement abondante qu’un recours à la machine est nécessaire.

L’architecte systèmes et réseaux, l’homme de l’art en la matière,  est indispensable au bon fonctionnement d’une telle société. Il conçoit, adapte et dimensionne les éléments du réseau de télécommunications d’une entreprise,  d’un opérateur, d’une communauté, en fonction des exigences de service. En clair, il fait communiquer les machines entre elles et permet le dialogue entre les machines et les hommes.

L’analogie avec son homologue bâtisseur ne s’arrête pas là : Il doit lui aussi savoir traduire en termes simples les contraintes techniques et financières qu’impliquent les demandes de ses interlocuteurs.

Ce métier connaîtra probablement une très forte valorisation et suscitera à juste titre bien des vocations.

_____

Changeons maintenant complètement de domaine. Laissons-là les métiers « techniques » et voyons voir les nouveautés dans l’humain et le social.

_____

Scénariste

Non, tout notre futur ne sera pas technique et scientifique, tant s’en faut. La société de l’image qui remplace peu à peu la société de l’écrit  continuera à se développer. Beaucoup disent même que l’avenir appartient à ceux qui savent raconter des histoires. Oh, certes pas « A la Recherche du Temps perdu » ou « La légende des Siècles », mais les histoires racontées par les « séries », « feuilletons » et autres « telenovelas », « moussalsalates », sous-culture à même d’attirer le plus grand nombre possible de spectateurs, souvent sans en exiger le moindre niveau culturel…

Mais attention, contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce n’est guère aisé et cette sous-littérature s’apprend dans des écoles très sérieuses et fait appel à des dons difficilement soupçonnables au regard de la soupe finale ! Il s’agit de l’imagination et de l’art de l’effet théâtral, quand bien même ils s’illustrent au mépris de la vraisemblance, du bon goût et de l’intelligence. Le but avéré est de  »faire de l’audience » pour propulser le média diffuseur parmi les candidats aux gros budgets publicitaires.

_____

art-thérapeute

« L’art-thérapie est une méthode de soin qui consiste à créer les conditions favorables au dépassement des difficultés personnelles par le biais d’une stimulation des capacités créatrices. Elle ne permet en aucun cas de poser un diagnostic et sa pratique n’est possible que sur indication médicale dans le cadre d’une prise en charge globale de la personne.

Elle ne prétend pas non plus traiter une pathologie mais permet d’aider à mobiliser les forces positives chez une personne en souffrance. Elle n’autorise aucune interprétation et respecte en premier lieu la liberté d’expression du sujet.

Elle ne peut pas du tout se substituer à un traitement chimio thérapeutique ou psychothérapeutique mais elle est conçue pour procurer une forme de soulagement des tensions internes, effet particulièrement positif en cas de difficultés personnelles. »

Jean-Pierre Royol, psychologue clinicien est art-thérapeute.

Dans un monde ou le « mythe du progrès » et le « mythe du déclin » cohabitent systématiquement, l’harmonie de l’être est agitée par quelques hiatus qui provoquent des dysfonctionnements dont les manifestations sont des troubles psychologiques plus ou moins graves. Ajoutons à ces « âmes en panne » celles qui sont troublées par la sénescence et l’on comprendra que les besoins en traitement d’adaptation pour retrouver l’harmonie perdue sont incalculables.

Il se trouve que l’art, pratiqué à bon escient et sous contrôle de thérapeutes spécialisés, permet d’aider le retour à ladite harmonie. Par ailleurs, la connotation « médecine douce » fait alors accepter le traitement.

Lorsqu’on sait que selon l’OMS, Organisation Mondiale de la Santé, 340 millions de personnes dans le monde sont dépressives et qu’entre 10 et 20 millions d’êtres humains tentent de se donner la mort chaque année, on imagine facilement que le besoin en art-thérapeutes est gigantesque et croîtra dans l’avenir.

_____

assoc patients

Cette activité nouvelle est née à la fin du XXème siècle, au moment du déferlement de l’épidémie de sida. Elle consiste à regrouper les personnes atteintes d’une même maladie, pour les faire agir sur les dispositifs sociaux, institutionnels, politiques et matériels de santé publique expérimentée sous diverses formes, notamment en résistance à celle que les dits dispositifs impriment sur leur vécu social, émotionnel, voire communautaire.

Beaucoup de grands laboratoires suscitent ces regroupements et les financent même. Avec quelques 3 à 4 millions d’adhérents, les associations de patients jouent un rôle majeur auprès des professionnels de santé, notamment dans l’information, la prise en charge de la maladie et la défense des intérêts des patients auprès des autres parties prenantes.

Le responsable d’association de patients est l’animateur de ces associations dont il inspire les stratégies, prépare les programmes et coordonne les actions.

Cette activité est devenue un métier à part entière et compte tenu de l’amélioration constante du niveau de vie et du vieillissement des populations, les spécialistes seront de plus en plus recherchés.

_____

auxiliaire

L’allongement de la durée de vie de la population et la désintégration de la famille, associés aux politiques privilégiant le maintien à domicile des personnes dépendantes ont donné le jour à un nouveau métier : l’auxiliaire de vie. L’horreur de l’appellation pousse a conclure mathématiquement que l’énergie de deux vies est mise au service d’une personne ! Au quotidien, l’auxiliaire de vie accompagne les personnes âgées ou handicapées dans tous les gestes de la vie de tous les jours : toilette, déplacements, repas, et quelques tâches ménagères. La mission est d’aider les personnes dans la gestion du quotidien ce qui implique des horaires de nuit, de week-end et de fêtes.

On est loin de la philosophie des pachydermes ou des Inuits qui, un certain état atteint, s’isolent pour … mourir en paix … Progrès humain gigantesque ou constat d’échec lamentable d’une civilisation de l’égoïsme qui se donne bonne conscience ? A chacun de se faire un avis …

 Qui s'occupe des PI

Ces dix « nouveaux métiers » représentent assez bien l’évolution de la société des hommes. S’ils concernent grosso modo bien davantage les pays développés, chacun a pu vérifier qu’ailleurs, il n’en est guère autrement à mesure que le niveau de vie augmente car bien évidemment, les mêmes causes produisent les mêmes effets.

 mo’

Sources :

Divers articles de l’encyclopédie Wikipedia

http://socio-logos.revues.org/2346

http://www.psychanalyse.lu/articles/BernatInventionDepression.htm

http://www.psycho-ressources.com/jp-royol.html

http://www.gsk.fr/gsk/entreprise_engage/association_patient.html

http://www.mangeons-des-insectes.com/espace-pro

http://travail-emploi.gouv.fr/espace_jeunes/metiers.html

Publicités