mots couleurs et sons

Correspondances

La Nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles;
L’homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l’observent avec des regards familiers.
 
Comme de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.
 
II est des parfums frais comme des chairs d’enfants,
Doux comme les hautbois, verts comme les prairies,
Et d’autres, corrompus, riches et triomphants,
 
Ayant l’expansion des choses infinies,
Comme l’ambre, le musc, le benjoin et l’encens,
Qui chantent les transports de l’esprit et des sens.

Charles Baudelaire

Je suis amoureux de la Planète Terre

Que n’ai-je été géographe ? Moi, petite termite des sciences humaines, il m’a fallu étudier la philosophie, l’histoire, la sociologie, la littérature et le latin, avant de comprendre que si la science des rois est bien l’histoire, la science des dieux, c’est la géographie !

Le grand Bertrand Russel a dit cela bien mieux :

’’Le divorce entre l’histoire et la géographie est dû au divorce entre l’espace et le temps.’’

Science exacte ? Heureux qui la connaît assez pour pouvoir l’affirmer !

Mais comment la connaître, sinon en l’apprenant et surtout en la comprenant ?

Daniel Pennac homme de lettres et fabuleux éducateur – né à Casablanca- conseille plus prosaïquement à tous les ’’allumés de le terre’’ qui se sentiraient investis de missions géopolitiques diverses :

’’Ne cherchez pas à écrire l’Histoire, contentez-vous de rendre ses droits à la Géographie.’’

Un autre ’’prof’’ de génie vient à la rescousse et nous propose cet ouvrage :

les 100 mots de la geo

On y apprend, comme en classe, les notions de base :

’’La terre

Si l’on se fie à l’étymologie, la Terre, GAÏA, GE,  est l’objet d’étude de la géographie. Sa structure et ses mouvements sont étudiés par des disciplines connexes que le géographe ne peut totalement ignorer pour prétendre connaître et comprendre sa surface…

Le monde

Le monde est l’objet d’étude effectif de la géographie, dans deux acceptions distinctes :

  • faire “ le tour du monde ”, c’est faire un tour de la planète… On visite alors les espaces peuplés, les pays qui le composent. Le monde, ce n’est pas la planète elle-même, mais, à sa surface, l’ensemble des lieux que les hommes habitent ;…
  • le “ monde entier ”, c’est l’humanité entière. Ce monde se compose de multiples sociétés … et s’organise dans des espaces interdépendants d’échelles distinctes, c’est pourquoi son analyse géographique est nécessairement multi scalaire…

L’écoumène

 “ Écoumène ” … c’est l’ensemble de l’espace habité, fréquenté, et donc finalement transformé, voire construit par les hommes. C’est “ le monde ” dans la première acception proposée du terme …

 Le territoire

Un territoire est un espace approprié, limité et géré par un groupe humain. L’ensemble de l’écoumène est partagé en territoires, qui constituent ainsi un maillage au sein de l’espace géographique…

Dunlop JérômeLes 100 mots de la géographie, P.U.F. « Que sais-je ? », 2009, p. 5-8.  URL : www.cairn.info/les-100-mots-de-la-geographie–9782130566236-page-5.htm.’’

Mais mon propos ne portera pas sur ces froides notions académiques.

Géographie amoureuse du monde

Je voudrais commencer par constater que les géographes sont, dans leur écrasante majorité, des gens optimistes car ils relativisent tout le contingent humain, dont ils moquent la  »mélodramatisation » en la réévaluant à l’aune de leur science : Écoutons l’une d’eux – Sylvie Brunel, géographe et prof à la Sorbonne– dans une magnifique confidence qui lui a servi de préface-présentation de son ouvrage dont photo de couverture ci-dessus :

’’Pour comprendre comment l’homme occupe la terre, j’ai choisi de devenir géographe. Partout les civilisations laissent des empreintes. La géographie permet de les décrypter. La géographie nous montre que l’homme n’a pas dit son dernier mot sur la terre. Au contraire, il n’a eu de cesse que d’humaniser la planète pour pouvoir résister à une nature hostile.

Pourtant, on ne cesse de nous dire que tout va mal, que la terre est à l’agonie et que nous en portons la responsabilité. Les peurs montent. Jouer les prophètes de malheur est devenu une rente de situation.  Je ne suis pas d’accord ; c’est la façon dont l’homme habite la terre qui l’a rendue agréable à vivre. Nous n’avons jamais aussi bien vécu, en dépit de notre nombre et de tous les problèmes que nous devons affronter chaque jour. Pour construire des solutions durables, il faut changer de regard. Ne pas accabler, mais proposer. Ce livre se veut une flânerie à travers la planète. Plutôt que d’appeler les civilisations au repentir et à l’expiation, mieux vaut mobiliser l’intelligence, la mémoire et le vivre ensemble. Les solutions, nous les avons, nous savons comment mieux habiter le monde.

Cette petite géographie amoureuse décrypte, à travers des lieux emblématiques tels que la Camargue, l’île de Pâques, le Nordeste du Brésil et bien d’autres encore, comment se fait aujourd’hui l’usage du monde.’’

Quant à moi, je voudrais plutôt vous proposer de m’accompagner dans la recherche de la relation entre le beau ’’géographique’’ et le bonheur humain.

Il faudra tout d’abord me pardonner d’avoir été un temps tenté par la ’’géographie sacrée’’, autre nom de la géomancie, vous savez, cette divination basée sur l’observation du sol. De cette théorie irrationnelle revenue en force à la faveur du New-Age, j’avais été séduit par quelques principes habilement exprimés par l’écrivain Marko Pogačnik, spécialiste de la matière :

  • ’’ Travaillons au renouvellement de notre sensibilité !

Le fait que notre perception dépende exclusivement de nos cinq sens a réduit la sensibilité de l’homme moderne à un seul plan de perception. Chacun doit travailler au renouvellement des qualités naturelles de la capacité de perception humaine qui est par essence pluridimensionnelle.

  • Intégrons la logique de fer de la conscience rationnelle !

Il nous faut … rendre hommage aux qualités de la conscience logique et les intégrer dans une langue universelle, dans laquelle tous les plans et toutes les dimensions de la vie puissent communiquer entre eux librement.

  • Écoute la voix de ton âme !

Sur le plan de l’âme, les hommes sont unis à tous les autres êtres et toutes les dimensions de l’univers vivant. Écoute la voix silencieuse de ta propre âme, écoute ses formes d’expression subtiles, tu entreras alors en résonance avec l’Âme de la Terre, l’essence de chaque être vivant et le Soi universel …’’

Et c’est seulement maintenant que je puis vous proposer mon cours de géographie.

  • Le titre ?
  • Géographie !…
  • Le plan du cours ?
  • Nous allons suivre le soleil pendant 24 heures, de son lever au Japon, jusqu’à son coucher aux USA.

Juste le temps de préciser que les incroyables photographies de ces incroyables paysages sont garanties exemptes de la moindre retouche. Ce que vous voyez-là est la réalité absolue…

Chaque photo est suivie de quelques mots d’un enfant du lieu concerné et d’une musique de ce même lieu…

 

JAPON 

Hitsujiyama Park

fuji yama

 »S’il ne te reste que deux sous dans la poche, avec le premier, achète un pain et avec le second, une fleur. »

 Proverbe japonais

« Spring Sea » Shakuhachi & Guzheng

JAPON

Les jardins Kawachi Fuji

jardins fuji

 »Une courte recherche d’un abri avant une giboulée … Croyez moi ce n’est pas autre chose, LA VIE. »

Iio Sogi

CHINE

Lac des Cinq Fleurs

5 fleurs Chine

 »Se vaincre soi-même, rendre à son cœur l’honnêteté qu’il tenait de la nature, voilà la vertu parfaite… Il dépend de chacun d’être parfaitement vertueux. »

Confucius

璇璣

INDE

Parc National, La Vallée des Fleurs

Inde

Nous ne devrions pas croire aux traditions parce qu’elles ont été transmises depuis l’antiquité, ni croire sur la simple injonction de nos maîtres ou instructeurs, mais nous pouvons mettre en pratique une doctrine ou une affirmation lorsque la juste compréhension que nous en avons et notre expérience intime les confirment. Soyez vous-même, brandissez votre propre flambeau, et soyez votre propre refuge …

Bouddha

Kaushiki Chakrabarty, Soumik Datta & Vijay Ghate

TURQUIE

Pamukkale, les terrasses de travertin

Turquie

Ce pays est le nôtre

Ce pays qui ressemble à la tête d’une jument
Venue au grand galop de l’Asie lointaine
Pour se tremper dans la Méditerranée,
ce pays est le nôtre.
 
Poignets en sang, dents serrées, pieds nus,
Une terre semblable à un tapis de soie,
cet enfer, ce paradis est le nôtre.
 
Que les portes se ferment qui sont celles des autres,
Qu’elles se ferment à jamais,
Que les hommes cessent d’être les esclaves des hommes,
cet appel est le nôtre.
 
Vivre comme un arbre, seul et libre,
Vivre en frères comme les arbres d’une forêt,
cette attente est la nôtre.

Nazim Hikmet

Fazil Say

NAMIBIE

Namaqualand

Namibie 1

Namibie 2

 »Les égarés en voient de toutes les couleurs ».

Proverbe Andonga de Namibie

2 chants M’bira, Ndingo des Bushmen de Namibie

COLOMBIE

La Rivière Caño Cristales

Colombie 1

Colombie 2

« Les choses ont une vie bien à elles, clamait le gitan, avec un accent guttural; il faut réveiller leur âme, toute la question est là.»

 Gabriel Garcia Marquez

Cent ans de solitude

Rama de Tamaindo

CANADA

Alberta

Canada

Le chant de jubilation

Je suis une plume dans le ciel lumineux
Je suis le cheval bleu qui galope dans la plaine
Je suis le poisson qui virevolte et miroite dans l’eau
Je suis l’ombre qui suit l’enfant
Je suis la luminosité́ de l’après-midi, l’éclat des prairies
Je suis l’aigle qui joue avec le vent
Je suis un bouquet de perles étincelantes
Je suis la plus lointaine étoile
Je suis le grondement de la pluie
Je suis le scintillement sur la neige croutée
Je suis la large trainée de la lune sur le lac
Je suis une flamme de quatre couleurs
Je suis un cerf qui s’éloigne au crépuscule
Je suis un champ de sumac et la pomme blanche
Je suis un vol d’oies dans le ciel d’hiver
Je suis la faim d’un jeune loup
Je suis totalement le rêve de ces choses.
Voyez-vous, je suis vivant, je suis vivant

Tsoai-Talee

Rodney RONQUILLO

 USA

Vermont, Automne

USA 1

La grandeur, l’étonnante mélancolie de ce tableau, ne sauraient s’exprimer dans les langues humaines ; les plus belles nuits en Europe ne peuvent en donner une idée. En vain dans nos champs cultivés, l’imagination cherche à s’étendre ; elle rencontre de toutes parts les habitations des hommes : mais dans ces pays déserts, l’âme se plaît à s’enfoncer dans un Océan de forêts, à errer aux bords des lacs immenses, à planer sur le gouffre des cataractes, et pour ainsi dire à se trouver seule devant Dieu.

Chateaubriand

Le génie du Christianisme

 

Ray Charles

U.S.A.

Wyoming, Grand Prismatic Hot Spring

USA 2

Croire qu’en dehors de nous le monde et la matière sont inanimés est une erreur de perception. Nous sommes tellement repliés sur nous-mêmes, tellement enfermés dans nos habitudes que nous ne savons plus voir. L’univers entier est tissé d’esprits qui peuvent agir, reliés les uns aux autres par un phénomène de résonance cosmique. C’est nous qui nous croyons isolés, séparés. L’univers ne se sent pas séparé. IL EST.

Livre de sagesse amérindienne

Chant amérindien Lakota

– Mon message ?

– La compréhension du monde est dans l’harmonie des correspondances et une fois encore donc, la poésie est un bon moyen de percevoir et comprendre ce monde …

mo’

 

NOTA : un grand merci aux divers blogueurs qui ont procédé à la compilation des photos…

Publicités