AGIR

Après avoir savouré les ’’Délices de Capoue’’ à Naples et à Mutters, nous voici revenus à notre triste réalité, celle qui nous a donné à connaître, hier, de la perte en mer d’une embarcation pleine de 700 êtres humains,  »des riens du tout, fils de personne, propriétaires de rien, ne parlant aucune langue et seulement un dialecte, sans religion, seulement des superstitions, sans art, juste de l’artisanat, sans culture, juste un folklore. Ces pauvres hères ne sont pas des êtres humains, seulement des ressources humaines, ils n’ont pas de visage, seulement des bras, ils n’ont pas de nom, ils ne font pas partie de l’histoire ».

Ils ont été chassés de leurs pays par la misère – souvent provoquée par ceux-là même auxquels ils demandent aujourd’hui l’hospitalité et l’aumône. Les populations de ces généreux pays donateurs poussent des cris d’orfraies indignés, se déclarant envahis, perturbés, parasités, menacés dans leurs droits et leurs hilarantes et néanmoins sacrosaintes démocraties …

Ils sont pourtant coupables de toutes les dérives de l’humanité car, figurez-vous, ils n’ont aucun doute, titres de propriété à l’appui, que la Planète leur appartient, de natura rerum et de jure, au mépris des autres humains, des autres animaux et des végétaux pour ne parler que de l’évidence.

Et pendant ce temps-là …

’’Le vaisseau spatial Terre, continue à toute vitesse sa course dans un processus à trois visages : mondialisation, occidentalisation, développement.

Tout est désormais interdépendant, mais tout est en même temps séparé. L’unification techno-économique du globe s’accompagne de conflits ethniques, religieux, politiques, de convulsions économiques, de la dégradation de la biosphère, de la crise des civilisations traditionnelles mais aussi de la modernité. Une multiplicité de crises sont ainsi enchevêtrées dans la grande crise de l’humanité, qui n’arrive pas à devenir l’humanité.

Où nous conduit la voie suivie ?

Vers un progrès ininterrompu ? Nous ne pouvons plus le croire. La mort de la pieuvre totalitaire a réveillé la pieuvre des fanatismes religieux et stimulé celle du capitalisme financier. Elles enserrent de plus en plus le monde de leurs tentacules. La diminution de la pauvreté se fait non seulement dans un accroissement de bien-être matériel, mais également dans un énorme accroissement de misère. Allons-nous vers des catastrophes en chaîne ? C’est ce qui paraît probable si nous ne parvenons pas à changer de voie.

Edgar Morin pose les jalons d’une « Voie » salutaire qui pourrait se dessiner par la conjonction de myriades de voies réformatrices et nous conduire à une métamorphose plus étonnante encore que celle qui a engendré les sociétés historiques à partir des sociétés archaïques de chasseurs-cueilleurs.’’

4ème de couverture de l’ouvrage La Voie pour l’avenir de l’humanité, Edgar Morin, Fayard.

Stéphane Hessel & Edgar Morin – Les matins de France Culture – Marc Voinchet

Tout ce qui précède est constitué de véhémentes opinions qui, pour sages et justes qu’elles soient, n’en sont pas moins empreintes de subjectivité et donc, par définition, sujettes à caution.

Et que servirait de prêcher dans le désert de l’indifférence parmi ceux qui, à la seconde phrase, vous demanderont avec agacement de cesser vos théoriques jérémiades ? Ils vous rétorqueront, la bouche en cul-de-poule comme tous les gens qui ‘’savent’’, que vos assertions sont démenties par de ’’récentes études’’ qui affirment le contraire…

Voyons voir ce qu’ils répondront à ce qui suit et qui n’est constitué que de faits, bruts de décoffrage, sans interprétations ni commentaires !

France Télévisions (1er groupe audiovisuel du service public français) & Premières Lignes Télévision (agence de presse qui produit des documentaires de grande qualité, exigeants, des investigations, des grand-reportages et des magazines.) ont créé ensemble une série de vidéos dont chacune, passant d’un concept, d’un mot à un chiffre, une date, un symbole visuel, en posant ces blocs apparemment sans lien entre eux, tente de révéler ce que nous ne percevons pas ou plus !

Cette petite bibliothèque ’’géniale’’ traite en capsules audiovisuelles, de manière condensée et très brève, d’un sujet ou d’un thème important.

Pour commencer cette dégustation, pourquoi ne pas visionner la capsule intitulée Aux FRONTEX de l’Europe, qui traite justement de l’immigration vers le vieux continent. Ajustez vos bésicles, vos dentiers et vos sonotones, car vous allez avoir de la peine à croire ce que vous allez voir et entendre.

  • Prêts ?
  • Allons-y !

Aux FRONTEX de l’Europe

Donc l’Immigration, n’en déplaise aux droitistes, extrêmes ou non, aux inhospitaliers, aux nationalistes frileux et autres égoïstes, la peur de l’invasion est, elle aussi, une affaire de gros sous, dissimulée sous les oripeaux de la pire démagogie, celle de l’exclusion, celle qui dresse  des remparts entre les humains.

Non contents de tenter de confisquer la terre et les territoires, les égoïsmes veulent s’en approprier les produits, mais ayant épuisé ceux qu’ils se sont attribués au départ, ils font main basse sur les sols, sachant que ce sont eux qui permettent la vie, par le biais de l’alimentation. Affolantes de cynisme et en toute impunité, voici, l’une à la suite de l’autre, deux ’’capsules’’ ayant trait à ce besoin primaire, sans la satisfaction duquel la vie est impossible ! Plus précisément, il s’agit de la mainmise de grainetiers sur les semences et de l’accoutumance criminelle au sucre scientifiquement provoquée par les sucriers.

Désherbant, Sucre …

Et Thalassa – la mer, son exploitation est-elle plus sage que celle de Gaïa – la terre ?  A vous de juger :

La pêche

Il eut été naïf de le croire. Peut-être est-ce encore pire, car si sur terre les crimes peuvent être suivis à la trace car immédiatement révélés, en mer, ils tardent à apparaître au grand jour… Il n’y a cependant aucun doute sur le fait que malheureusement dans bien peu de temps – moins de 50 ans – tout le poisson consommé par les humains proviendra de l’aquaculture… et l’on trouvera probablement les moyens technologiques et chimiques pour nous le faire aimer… et nous refaire là, le coup du tabac…

Le tabac ! Ce produit psychoactif élaboré à partir d’une solanacée –même famille que la tomate, l’aubergine et le poivron – génère une forte dépendance et sa consommation est responsable de 6 millions de décès par an dans le monde, ainsi que de nombreuses maladies, cardiovasculaires et cancers entre autres.

La culture du tabac nécessite 5,3 millions d’hectares (53 000 km²) dans le monde et contribue significativement à la déforestation dans nombre de pays, elle est ainsi responsable de 5 % de la déforestation dans les pays en développement.

Mais ce qu’il faut savoir pour comprendre, c’est que le chiffre d’affaires des quatre principaux industriels du tabac en 2008 fut de 326 milliards de Dollars par an. Les bénéfices eux, se sont élevés à 14 milliards de Dollars …

Le tabac

A ajouter à ces chiffres, cette nouvelle qui fait froid dans le dos et donne une idée de la puissance des producteurs : Le groupe leader du secteur, Philip Morris vient d’oser demander, par voie de justice, l’abrogation pure et simple  de plusieurs articles d’une loi anti-tabac décidée et votée par les instances démocratiques de l’ Uruguay, pays indépendant et souverain !…

Ahurissant ! S’il devient possible à des entreprises privées de faire condamner des États pour des politiques qui les dérangent, ce n’est ni plus ni moins que la mort de la démocratie, qui est en principe inséparable de la souveraineté nationale.

Mais en fait, de quoi parle-t-on ? Des vilains marchands qui prennent des marges abusives sur le fruit du labeur de pauvres paysans miséreux ? Que nenni, ces produits pourraient même ne pas exister, cela ne changerait rien à leur prix…

  • Mais c’est une histoire de fous, ce truc-là ! Peut-on surpayer des produits qui n’existent pas ?
  • Bien sûr que oui. Pour comprendre comment, regardons cette courte vidéo :

La bourse des matières premières

La gangrène de l’intérêt se joue des politiques et des lois et va bien plus loin que le simple domaine agroalimentaire !

Faire de l’argent. L’obsession de la majorité des hommes. Faire de l’argent à tout prix ! Avec la vie, la mort, la pluie, le beau temps, le bonheur, le malheur, le chaud, le froid, le blanc, le noir, le sacré, le profane, le petit, le grand, la santé, la maladie, les nouvelles, les rumeurs, faire de l’argent et rien que de l’argent, faire de l’argent avec tout. Même avec de l’argent ! Faire de l’argent avec l’argent ? La martingale stochastique, la combinaison parfaite.

  • Comment ?
  • Voici :  

La monnaie

Intéressons-nous quelques minutes à notre liberté et au respect de notre vie privée dans le cadre de l’utilisation permanente de l’informatique. L’esprit simple s’imagine que la seule menace vient de la possibilité que nous donnons à beaucoup de personnes et d’organismes de savoir sur nous des choses que nous n’aimerions pas forcément partager, en tout cas, sans nous en demander l’autorisation ! Quoi que nous fassions, ou que nous allions, nous laissons des traces informatiques indélébiles. Que deviennent-elles ? Regardez !

BIG DATA

Si l’utilisateur postérieur et éventuel de ces données est un marchand de soupe ou un candidat à une élection, cela ne pose pas trop de problèmes, mais imaginez que puissent mettre la main dessus des recruteurs, des maîtres chanteurs, des malfaisants ! Qu’adviendrait-il ?

Cela revient à poser la question de la discrétion d’Internet. N’ont-ils pas raison, tous ceux qui s’inquiètent de voir leurs goûts, leurs tendances, leurs croyances et leur intimité potentiellement étalés sans pudeur sur la place publique ?

Bien sûr que si, mais cela n’est rien, comparé au véritable danger encouru lorsqu’on utilise Internet – restriction de pure forme, car sérieusement, peut-on s’en passer aujourd’hui ? Regardez maintenant ce court film et … tremblez, braves gens !

Internet

Ce monstre, tel une chenille processionnaire qui n’épargne rien, ni humains, ni animaux, ni végétaux, engloutit peu à peu tous les aspects de notre vie.

Vous voulez, pour vous évadez de son empire, lire et retrouver les joies de la liberté de l’esprit ? Essayez-donc, et très vite, vous vous apercevrez que cette liberté est aussi improbable que du beurre en broche…

La lecture

L’on peut continuer ainsi la litanie pendant des heures jusqu’à épuisement des innombrables sujets traitant de chacun des aspects de nos vies. On cherchera en vain un domaine, physique ou mental, concret ou abstrait dont on puisse dire qu’il n’est pas soumis au dieu ARGENT et à son prophète, le POUVOIR, toujours en grande querelle avec son frère ennemi, le SAVOIR

Un blogueur inspiré, Lionel Dricot, conférencier et futurologue, raconte que de nombreux lecteurs lui ont demandé ce qu’ils devaient faire pour ’’changer le monde’’. Sa réponse est savoureuse avant de devenir très sérieuse :

…’’ Comme si j’en avais la moindre idée, moi qui ai déjà du mal à me changer moi-même !

Comme les demandes se sont faites plus nombreuses, j’ai décidé d’y réfléchir sérieusement. Et je suis arrivé à 10 conseils concrets et applicables directement que je vais m’efforcer moi-même de suivre. 10 manières simples et claires de changer le monde maintenant, tout de suite.

  1. Il est important de vous convaincre que ce n’est pas le monde qui doit changer. C’est vous. Le monde n’est pas une entité qu’on change. Il est composé d’humains donc en partie de vous. Pour changer le monde, il faut accepter de se changer soi-même…
  2.  Vous avez toujours le choix. Vous êtes le seul aux commandes de votre vie et des millions de choix s’offrent à vous. Combien d’horreurs dans le monde existent car les humains arrivent à se convaincre qu’ils n’ont pas le choix ?…
  3. Arrêtez de fumer ! Je le dis sérieusement. En fumant, vous donnez une grande partie de votre argent à une des pires industries que la planète aie jamais connu, vous polluez le monde, vous détruisez votre corps et vous empoisonnez vos propres enfants…
  4. Débarrassez-vous de votre télé… outil qui vous pervertit le plus l’esprit, qui vous endort et vous hypnotise…
  5. Diminuez l’usage de la voiture ! La voiture est non seulement chère et grande pollueuse, c’est également un gouffre temporel et un symbole de la société actuelle…
  6. Évitez la publicité… ne regardez plus la télé et remplacez la radio par des podcasts… Libérez votre cerveau ! L’indépendance de votre esprit est votre bien le plus précieux…
  7. Faites en sorte que votre portefeuille suive vos convictions. Évitez les grandes marques ! À chaque achat, réfléchissez à qui l’argent va vraiment aller, pas à qui on vous fait croire qu’il va…
  8. Lisez. Apprenez. Apprenez à lire et lisez beaucoup, énormément…
  9. Soyez tolérant, avec les autres comme avec vous-même. Le monde n’est pas blanc ou noir, apprenez à apprécier la nuance…
  10.  Ne faites pas confiance aux articles qui vous promettent « 10 astuces pour… » ou « 10 conseils pour… ». Ils sont une perte de temps

Vous voulez changer le monde ? Et bien commencez par ces 10 conseils ! »

https://ploum.net/10-conseils-pour-changer-le-monde/

Je précise pour ma part que motivé par le refus de ’’tout ce qui ne va pas’’ l’on peut se jeter à corps perdu dans une lutte contre des moulins à vent avec des chances de succès égales à zéro et aggraver de ce fait le ’’tout’’ plus haut honni, ou alors, en esprit logique et moral, on peut plus sagement commencer par acquérir la connaissance et seulement après, AGIR.

mo’

Publicités