voyage

Tel un lévrier hongrois au museau pointu, je vrille ma truffe au vent pour humer le fond de l’air par saccades profondes et bruyantes, essayant de déceler les fragrances indicielles de notre futur…

Lévrier

Des mois durant, des années même, dirai-je, je n’ai cessé de me couvrir de ridicule en identifiant, au fond de cet air, des odeurs artificielles, inconnues et bizarres, des odeurs de mauvais parfums et de rance et des odeurs de poudre et de sang … Les émetteurs de ces odeurs se sont moqué de moi et ont toujours réussi à démontrer, et scientifiquement s’il vous plait, que j’avais tort et que mon nez était simplement abusé par une subjectivité tout à fait déplacée. Selon ces censeurs, l’ordre des choses ne pouvait se départir de ces manifestations, aussi désagréables que passagères et inévitables, dommages collatéraux représentant le prix du progrès humain …

Les odeurs, elles, se cumulaient, s’agrégeaient, s’interpénétraient et créaient ensemble une supra-odeur, tellement inconnue et étrange, que je la remisai rapidement sur les rayons de mon orgue à parfums… entre le magnolia et l’odeur de vidange, le pourri et le patchouli.

Mais contredisant mes attentes, elle me devint familière, s’entêtant à me convaincre d’abandonner ma charge contre elle et d’admettre simplement que le monde pue !

Après tant de travail harassant pour un résultat si étique, je m’en fus me balader à travers monde pour étudier les travaux et connaître les trouvailles des autres fouines… Je crois que l’on pourrait appeler cela du benchmarking.

le choc du future

Il me paraissait salutaire de rencontrer des sociologues à même de m’expliquer comment et pourquoi tel ou tel évènement a pu advenir. Mais leurs explications sont autant de thèses hermétiques et pour les comprendre, il faut … n’en avoir nul besoin…

Du coté des futurologues, il faut avouer que les choses sont un peu plus accessibles et moins abstraites. L’un des plus importants futurologues du 20ème siècle, Alvin TOFFLER a écrit un ouvrage capital en la matière, intitulé Le Choc du Futur, phénomène qu’il définit comme « le stress et la désorientation provoqués chez les individus auxquels on fait vivre trop de changements dans un trop petit intervalle de temps. »

Il explique que ces changements qui nous dépassent sont de trois types :

  • Premièrement, la transience ou brièveté des choses,   des endroits,  des gens,  des organisations, de l’information ;
  • Deuxièmement, la nouveauté. La nouveauté des sciences et des relations sociales, dans des structures familiales en remaniement permanent ;
  • Troisièmement, la diversité des choix, des sous-cultures et des spécialités et la diversité des modes de vie, ce qui permet aux individus de se trouver, de s’individualiser au sein d’une société dans laquelle ils ne se sont jamais reconnus.Mais ma quête n’a rien à voir avec cela ! Je tiens assez bien sur les toboggans les plus vertigineux et la sensation de la vitesse pure ne m’est pas étrangère…

Moi, je suis bien plus désorienté par le changement des grands principes moraux que par les changements scientifiques ou technologiques, grosso modo les Commandements faits aux Chefs de mes Tribus, ces dispositions obligataires qui, bien lues, sont pleines de sagesse et de raison. Je ne suis tout de même pas le seul dans pareil cas !

siège ONU

Je finis par aller au siège du gouvernement mondial pour essayer d’appréhender la vérité au plus haut niveau. J’y suis reçu par une accorte jeune femme qui se présenta comme la représentante du responsable de la communication. Elle tient à la main une pile de brochures aux quadrichromies éclatantes et aux images anesthésiantes. Le contraire de ce que je suis venu chercher. Alors, lisant sa carte de visite, je feins de m’écarter et la plante carrément là pour poursuivre ma quête comme je l’entends.

Ne sachant à qui m’adresser et avant que de quitter les lieux ou la forme écrase et oblitère le fond, je fais les cent pas dans les dédales de marbre gris ou circulent des théories humaines affairées à aller … ailleurs que là où elles sont. Une fourmilière savamment organisée ou il faut rapidement comprendre qu’il ne faut guère y perdre son temps à moins d’y être venu précisément pour cela…

Bibliothèque ONU

Mes pas perdus me conduisent à la porte d’un austère bâtiment, la Bibliothèque Dag Hammarskjöld. Cette bibliothèque héberge la production documentaire de l’institution internationale à disposition des délégations membres de l’ONU.

J’y suis accueilli par autorisation spéciale, comme si j’étais un VIP, car le lieu est fermé au public. Subodorant que cette production est un Himalaya de textes plus ennuyeux les uns que les autres, je réponds pour plaisanter que j’aimerais lire le ‘’best-seller’’ actuel… Mais la préposée, teutonne plus vraie que nature et donc peu encline à la plaisanterie me dévisage et va m’apporter l’ouvrage au titre le plus recherché de l’année 2015.

Il s’agit d’une thèse de Ramona Pedretti intitulée L’immunité des chefs d’État et des représentants de l’État face aux crimes de guerre. L’ouvrage a-t-il été uniquement parcouru pour échapper à la Cour internationale de justice de La Haye? Si oui, sont-ils à ce point nombreux qu’ils aient fait de cet ouvrage le plus consulté de tous ? Mon bagout et ma faconde méditerranéenne ont raison des réticences de la blonde walkyrie qui finit par me confier que j’ai bien fait de venir le consulter maintenant car la bibliothèque va être fermée pour une durée indéterminée parce que trop exposé à des risques d’attentats.

http://www.huffingtonpost.fr/2016/01/07/bibliotheque-nations-unie-livre-plus-emprunte_n_8929844.html

Je prends place et lis d’une traite l’opuscule.

Mais ?

Je ne comprends pas bien !

L’Organisation des Nations Unies n’est-elle pas une assemblée vertueuse ?

Je retourne au comptoir d’accueil pour rendre l’opus emprunté et demande alors à lire le Préambule de la Charte des Nations Unies. C’est presque un ’’flyer’’ publicitaire. On me donne un exemplaire et me précise que je puis le garder.

Je quitte les lieux en marmonnant à l’attention d’un interlocuteur anonyme quelques paroles empruntes de révolte et d’agacement. Tout en déambulant sur l’esplanade d’accès je lis ledit Préambule :

’’Nous, peuples des Nations Unies,

Résolus

  • à préserver les générations futures du fléau de la guerre qui deux fois en l’espace d’une vie humaine a infligé à l’humanité d’indicibles souffrances,
  • à proclamer à nouveau notre foi dans les droits fondamentaux de l’homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l’égalité de droits des hommes et des femmes, ainsi que des nations, grandes et petites,
  • à créer les conditions nécessaires au maintien de la justice et du respect des obligations nées des traités et autres sources du droit international,
  • à favoriser le progrès social et instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande

Et à ces fins

  • à pratiquer la tolérance, à vivre en paix l’un avec l’autre dans un esprit de bon voisinage,
  • à unir nos forces pour maintenir la paix et la sécurité internationales,
  • à accepter des principes et instituer des méthodes garantissant qu’il ne sera pas fait usage de la force des armes, sauf dans l’intérêt commun,
  • à recourir aux institutions internationales pour favoriser le progrès économique et social de tous les peuples

Avons décidé d’associer nos efforts pour réaliser ces desseins

  •  en conséquence, nos gouvernements respectifs, par l’intermédiaire de leurs représentants, réunis en la ville de San Francisco, et munis de pleins pouvoirs reconnus en bonne et due forme, ont adopté la présente Charte des Nations Unies et établissent par les présentes une organisation internationale qui prendra le nom de Nations Unies.’’

Je prends alors un taxi et regagne l’hôtel ou le diable m’a réservé une chambre et ce faisant, je me sers une salve d’une demi-douzaine de phrases incendiaires sur la politique, comme un bachelier révolté :

  •  Le mot de vertu politique est un non-sens. Napoléon Bonaparte, 1769-1815, empereur des Français.
  • La politique se moque de la mystique, mais c’est encore la mystique qui nourrit la politique même. Charles Péguy, 1873-1914, poète.
  • La politique est une guerre sans effusion de sang et la guerre, une politique sanglante. Mao Tsé Toung, 1893-1976, 1er Président de la République Populaire de Chine.
  • La science politique contemporaine est une machine à désespérer les hommes. Albert Camus, 1913-1960, écrivain, philosophe, romancier, dramaturge, essayiste et nouvelliste français
  • Tout chef politique doit avoir l’instinct du tueur. Françoise Giroud, 1916-2003, journaliste, écrivaine et femme politique française.
  • La politique est le dernier refuge des aventuriers. Georges Wolinski, 1034-2015, dessinateur de presse français.

Four Seasons

J’arrive à mon hôtel … Le Four Seasons de New York – 24 500 € par nuit …

Je n’ai pas sommeil mais j’ai faim. J’ai envie de manger bon et léger, selon mes indications, on me choisit le MASA, 3 étoiles au guide Michelin, un des meilleurs restaurants japonais au monde, que je paie 400 € pour le menu de base. A la hauteur de sa réputation. Parfait en tous points !

MASA

L’avion de retour est programmé tôt, alors je résiste aux multiples tentations du lobby, de sa faune et de sa flore et vais me coucher.

Mais, avant de m’endormir, faisant face à la vue splendide que j’ai depuis mon lit, je prends l’une des publications sur le guéridon et la feuillette distraitement, pour courtiser le sommeil qui s’annonce récalcitrant en cette douce nuit de septembre finissant…

Il s’agit d’une publication tout à fait adaptée à la somnolence, du moins le crois-je.

The daily beast

http://www.thedailybeast.com/

Un article attire mon attention : un fait divers ayant trait à l’épineuse question de la GPA ou Gestation par Autrui. La question des mères porteuses si vous préférerez… :

a louer

  1. Une mère porteuse américaine, enceinte de triplés, a entamé des poursuites contre le père biologique afin d’obtenir le droit de garder l’un des bébés. (Elle) a pris cette décision après que le futur papa lui aurait demandé d’avorter de l’un des fœtus, rapporte le journal Daily Beast du vendredi 1er janvier.
  2. La mère porteuse n’a aucun lien génétique avec les triplés, issus de la fécondation d’ovules d’une donneuse par les spermatozoïdes du futur père. Mais elle estime que cet élément ne l’empêche pas d’obtenir la garde d’au moins un des bébés, selon la plainte qu’elle a déposée.
  3. « La mère s’attache aux enfants qu’elle porte pendant neuf mois, qu’elle soit ou non liée génétiquement aux enfants, explique Melissa Cook, déjà mère de quatre enfants, dans la plainte. Le processus d’attachement est à la fois psychologique et physique. Il ne peut être (…) diminué par l’existence d’un contrat écrit de gestation par autrui (GPA). »
  4. Le contrat signé par la plaignante pour accepter de porter les fœtus prévoit qu’elle recevra 33 000 dollars pour son rôle de mère porteuse, plus 6 000 dollars par enfant. Une clause précise toutefois que le père peut demander l’avortement de l’un des fœtus en cas de grossesse multiple. Ce type de clause serait courant dans les contrats de GPA, aux Etats-Unis. Parution du Vendredi 1er Janvier 2016…

Un contrat parfait. Tout y est… Il y a même quelques critères non négociables dont celui-ci : la candidate au ’’portage’’ doit déjà être mère.

Les deux partis sont souvent représentés par deux avocats et un contrat d’une quarantaine de pages couvre tous les angles: compensation financière, régime alimentaire, voyages en dehors de l’Etat et même les clauses d’avortement en cas de problème génétique ou d’embryons surnuméraires, par exemple…

Je me demande si je rêve. Mais non, je ne rêve pas, là non plus …

Maudit magazine ! Comment trouver le sommeil ?

J’allume la télé mais me perds dans l’incroyable fouillis des chaînes proposées … Je choisis un canal généraliste car je n’ai aucune envie de réfléchir, j’ai eu ma part de casse-tête pour la journée et ne veux qu’une chose : dormir …

Je tombe sur cette image :

Trump

Donald Trump possède une fortune bâtie dans l’immobilier. Le magazine Forbes estime en 2015 sa fortune à 4,5 milliards de dollars.

Il est également présentateur de l’émission de téléréalité The Apprentice de 2004 à la dernière année, ce qui contribue largement à sa célébrité.

En juin 2015, Donald Trump annonce sa candidature aux primaires du Parti républicain pour l’élection présidentielle de 2016. Dès le mois suivant, il se trouve de manière presque systématique en tête des sondages d’opinion pour l’investiture républicaine.

Fervent partisan du président Ronald Reagan, il débute son engagement en politique en 1987. Initialement démocrate, il envisage ensuite de se présenter à la primaire républicaine de 1988

Donald Trump quitte le Parti républicain en 1999 et rejoint le Parti de la réforme des États-Unis d’Amérique. Il cherche à obtenir l’investiture de ce parti en vue de l’élection présidentielle de 2000, mais il renonce à présenter sa candidature alors qu’il était crédité de 7 % d’intentions de vote face notamment à George Bush et Al Gore.

Entre 2001 et 2009, Il est à nouveau enregistré comme électeur démocrate. En 2009, il s’inscrit au Parti républicain, et s’y réinscrit en 2012 après un interlude indépendant, sans affiliation.

Après avoir envisagé une candidature en tant qu’indépendant à l’élection présidentielle de 2012, il apporte son soutien au candidat républicain, Mitt Romney.

Il annonce sa nouvelle candidature aux primaires républicaines en juin 2015, avec le slogan « Make America Great Again! ».

Quel est le crédo et quel est le programme de cet hurluberlu dont la grotesque candidature avait été prédite dans un épisode de la série absurdo-comique des Simpsons, quinze ans plus tôt.

Trump makes america great again

  1. Le changement climatique : Donald TRUMP remet en cause l’idée du changement climatique, et déclare que c’est « un canular total »
  2. L’égalité des genres : Voici un de ses jugements d’une rare misogynie et d’une tout aussi rare stupidité sur sa probable adversaire démocrate, Hillary Clinton : ’’Comment peut-elle satisfaire son pays si elle ne satisfait pas son mari ?’’
  3. Son épouse actuelle – il a un faible pour les ’’mannequins de l’Europe de l’Est’’- témoigne en sa faveur, et sans rire, s’il vous plait : ’’Je peux prendre un bain ou me faire masser sans que cela lui pose problème.’’
  4. La santé : Dans le domaine de la santé, étant un adversaire farouche des vaccins combinés, il est persuadé qu’il y a un lien entre la vaccination et l’autisme.
  5. L’honnêteté : Donald Trump traîne bien des casseroles derrière lui  dont le lancement en 2004 d’une école de management via laquelle il aurait arnaqué des milliers de personnes en leur permettant d’acheter très cher des cours pour apprendre à devenir milliardaires.
  6. Le racisme : à des dizaines de reprises, il a estimé que :
    • Les Noirs,
    • Les Hispaniques,
    • Les Musulmans,

… sont la source de problèmes et que des mesures doivent être prises pour contrer leurs actions néfastes, jusques et y compris la construction d’un mur pour isoler le Mexique et le renvoi de tout nouvel arrivant musulman …

7. L’égo surdimensionné :

  • ’’Je suis très riche’’
  • ’’Je suis fier de ma fortune. J’ai fait un boulot incroyable’’
  • ’’Je suis très fier de ma réussite. Je le suis vraiment.’’

A la fin de l’émission, ma mâchoire inférieure pendouille lamentablement et je n’arrive pas à la refermer car je n’en reviens positivement pas !

Quoi ? Cà peut devenir le président du pays le plus puissant de la terre, ça ? Donc, par la force des choses, cela influera sur ma vie, cela me dira comment penser, comment vivre, comment agir et … comment être ?

Je reste ainsi prostré entre sommeil et éveil, assistant impuissant au carambolage inouï de toutes les ’’choses qui se sont passées au cours de la journée’’…

Un certain temps après, l’on m’appelle avec douceur pour me dire qu’il est l’heure… Comme un automate, je me prépare, boucle ma valise et les yeux hagards, gagne l’aéroport ou m’attend le grand oiseau qui me ramènera à mon gourbi, dans mon douar tout là-bas, sur les Hauts Plateaux au pied du Bou Iblane. J’essaie de me concentrer totalement sur mon pharaonique projet de consolidation de la margelle de mon puits : coût estimé du projet : presque 150 dollars…

mo’

 

 

Publicités