la main

C’est par le toucher que Dieu, pointant et approchant son index de celui d’Adam, insuffla la vie au premier homme de la création. Les ‘’instruments’’ de cette genèse sont la main divine, pensante et agissante, et la main humaine soumise et en attente.

Pourquoi donc Michel-Ange a-t-il choisi la main pour figurer la transmission du souffle de la vie dans sa fameuse illustration du plafond de la Chapelle Sixtine, intitulée ‘’La création d’Adam’’ ? Apprenons à connaître la main, cet organe préhensile effecteur situé à l’extrémité de l’avant-bras et relié à ce dernier par le poignet.

‘’Les grandes fonctions de la main.

C’est l’association de sa sensibilité et de sa motricité, extrêmement fines, qui confère à la main sa qualité d’organe sensoriel exceptionnel.

  1. La main, organe d’information. Le tact, passif, et le toucher, actif ou volontaire. Il existe plusieurs types de sensibilité qui sont au niveau de la main extrêmement développées. Les sensibilités superficielles comprennent une sensibilité très fine et discriminative, la sensibilité épicritique, toucher très fin, et une sensibilité plus grossière dite protopathique, douleur et chaud-froid. La sensibilité profonde proprioceptive renseigne sur la position dans l’espace du squelette et de ses muscles.
  2. La main, organe d’exécution : La prise et la préhension. La préhension est l’ensemble des fonctions mises en jeu pour saisir à l’aide des mains. Elle comporte donc une intention, une mécanique de prise et une information sensorielle permanente.
  3. Autres fonctions de la main :
  • Fonction alimentaire : port de la main à la bouche.
  • Fonction expressive : mimique chez l’entendant et le voyant lors d’un discours, elle permet de lire pour l’aveugle et de parler chez le muet.
  • Soins corporels : toutes les parties du corps sont accessibles à la main si les autres parties du membre supérieur sont libres.
  • Fonction esthétique’’ … http://www.medecine.ups-tlse.fr/pcem2/semiologie/main_poignet/cours.pdf

chiromancie

Chiromancie

Est-il étonnant que compte tenu de cette importance de la main, depuis 5000 ans, l’homme s’entête à interpréter les lignes et les autres signes de la paume de la main, dans le cadre de la chiromancie ?  Chaque élément étudié – la forme des mains, les monts et les sillons, les ongles et la position des doigts- est rattaché à un aspect de la personnalité.

La chiromancie est une méthode assez codifiée qui fut importé en Europe au IIIème siècle avant Jésus-Christ, mais le premier écrit sérieux sur la question est du à un auteur arabe du nom de Razès, en fait Abû Bakr al-Râzî, 860-923, qui rédigea et publia un ouvrage intitulé Connaissance des lignes de la main.

Dans toutes les religions, dans toutes les civilisations, dans toutes les spiritualités, la main occupe une place importante. Elle y est souvent un instrument de maîtrise et un signe de domination. La main est un emblème royal chargé de la justice et de la miséricorde, de l’action et de la sagesse.

En hébreu, le mot signifiant la main : ‘’iad’’ -identique en langue arabe- signifie aussi puissance.

Dans le Coran, il y a 120 occurrences de mots ayant pour racine ‘’iad’’ et le sens de ces mots est main, aile, pied de devant d’un animal, poignée, manche, force, intensité, vigueur, secours, puissance, haute main, bienfait, engagement, manière, mode, faculté, pouvoir aide…

Selon le Canon bouddhique et dans l’Hindouisme, le symbolisme essentiel de la main est celui des mudrâ, terme relatif à une position codifiée et symbolique des mains d’une personne ou de la représentation artistique d’un personnage ou d’une divinité. L’iconographie hindoue en utilise une grande quantité, notamment pour exprimer l’absence de crainte, le don, la menace, l’apaisement spirituel, l’adoration et la prière, l’attestation de la terre, la méditation, la prédication, l’argumentation … Dans les cultures issues de ces sagesses, le chant et la danse sont également accompagnés de positions des mains codifiés et importantes.

poignées de main

Lorsqu’ils se rencontraient, certains de nos lointains ancêtres se tendaient mutuellement la paume de la main pour montrer qu’ils n’y tenaient pas d’arme et ainsi démontrer l’intention pacifique de leur approche. C’est la forme primitive de la poignée de mains. Avant eux, nos ‘’ancêtres’’ ou  »prédécesseurs », les grands singes, se sont aperçu que leurs pouces étaient opposables à leurs autres doigts et ils se sont amusés à utiliser cette particularité, ce qui leur permit de se servir de leurs mains pour saisir, prendre et utiliser les objets. Ils ont fait de leurs mains leurs organes de la préhension.

Il paraitrait que le fait de s’exprimer avec les mains pendant qu’on parle est une excellente manière de seconder notre cerveau.

Il est par contre certain que l’on peut parfaitement s’exprimer aussi bien avec des mots qu’avec des gestes. Mieux encore, alors que les mots varient d’une région du monde à l’autre, du fait de la diversité des langues, les gestes, eux, peuvent être les mêmes partout.

Une petite liste de ces gestes passés dans le langage corporel courant, loin d’être exhaustive, éclairera le propos :

fist-bump

Un fist bump – poing-à-poing- est un geste de salutation ayant un sens semblable à une poignée de main et peut être également un signe de respect. Il consiste à se saluer en se cognant légèrement poing contre poing. Il peut, ou non, être précédé ou suivi d’un ensemble d’autres gestes formant un salut plus complexe. Très répandu dans la communauté afro-américaine, il est aussi couramment utilisé dans des sports comme le hockey sur glace, le baseball ou le cricket pour saluer un adversaire à la fin d’un match ou pour célébrer une action avec un partenaire.

baisemain

Le baise main est un geste de courtoisie, de politesse, de respect, d’admiration ou encore de dévouement d’un homme envers une dame, d’un vassal envers son suzerain.

Ce geste consiste pour l’homme à s’incliner profondément, voire à plier humblement le genou et la nuque devant la dame, et à saisir délicatement la main de cette dernière afin de porter celle-ci à ses lèvres pour y porter silencieusement et le plus respectueusement possible ses lèvres en signe d’hommage.

pouce levé ou baissé

Le pouce levé ou baissé est un geste de la main dans lequel le poing est tenu fermé et le pouce pointé vers le haut ou le bas. Dans le langage familier contemporain, il exprime une appréciation positive ou négative.

Ce geste est utilisé par les auto-stoppeurs pour demander à être pris à bord d’un véhicule roulant dans une direction supposée.

En plongée subaquatique, il signe signifie « remonter ».

Dans la Rome Antique on a longtemps cru à tort que dans les combats de gladiateurs, le pouce baissé signifiait que la foule demandait la condamnation à mort d’un gladiateur en cas de défaite, le pouce levé exprimant le souhait inverse.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les pilotes d’avions américains ont adopté le pouce levé pour avertir l’équipage du sol ou du pont des porte-avions qu’ils étaient prêts à partir.

Au plan anthropologique, le pouce levé se traduit traditionnellement comme la plus vulgaire des insultes gestuelles dans certains pays du Moyen-Orient, en Iran et en Sardaigne. Ce geste aurait les mêmes connotations péjoratives dans certaines contrées d’Afrique de l’ouest et d’Amérique du sud.

claquer des doigts

On utilise le claquement de doigts pour marquer un rythme ou un tempo, pour prévenir, attirer l’attention, exprimer un regret ou se faire obéir.

tourner son index tempe

Ce geste est utilisé pour inviter à réfléchir. On pourrait traduire par Sers-toi de ton cerveau. Si le geste est répété, il veut indiquer que la personne est folle.

Mes mains sur tes hanches, Salvatore Adamo

oreilles d'âne

Ce geste est une moquerie enfantine. Le majeur et l’index sont dépliés et tendus pour évoquer les grandes oreilles d’un âne,  injustement supposé symbole de la bêtise.

croiser les doigts

On croise l’index et le majeur pour accompagner et intensifier un souhait, un vœu. Ce geste est un signe de conjuration des forces hostiles. Ils remplacent le signe de croix.

la main sur le coeur

Frapper son cœur avec le plat de la main est un signe d’affection, ou de sincérité.

Mes mains, Gilbert Bécaud

le coeur sur la main

Avoir le cœur sur la main c’est être prêt à offrir ce que l’on a sans hésitation, être d’une grande générosité.

se frotter les mains

Geste de satisfaction des manipulateurs et des calculateurs. On se frotte les mains lorsqu’on se félicite à l’avance d’une réussite.

Nos mains, Jean-Jacques Goldman

poing tendu

Ce geste est selon les circonstances signe d’incitation au courage, de victoire, ou de colère, de réclamation de la justice.

mains jointes

Joindre les mains paume contre paume sert à unifier le corps dans la prière. Ce geste peut aussi être utilisé dans un contexte profane, pour accompagner une prière, quand on implore quelqu’un de satisfaire une demande

Applaudir

Battre des mains plus ou moins rapidement et vigoureusement, généralement paume contre paume, d’un individu, d’un groupe ou de toute une foule pour exprimer son approbation, son admiration ou son enthousiasme, et dans certaines contrées, ses condoléances.

Dans l’Ancien Monde, on applaudissait pour acclamer, mais aussi pour communiquer. C’était une certaine manifestation de pouvoir, une façon pour les hommes de recréer, par le tonnerre de leurs mains, les grondements de la nature. http://www.internetactu.net/2013/06/24/une-breve-histoire-des-applaudissements-le-big-data-de-lancien-monde/

face-palm

Le face-palm consiste à se couvrir le visage ou les yeux avec la paume de la main pendant un bref instant, pour exprimer divers sentiments : honte, embarras, exaspération, consternation ou malheur.

doigt d'honneur

La culture populaire a retenu l’origine de ce geste dans les guerres moyenâgeuse entre les Français et les Anglais. A cette époque, les anglais avaient inventé l’arc droit long. Cet arc avait une telle puissance que les troupes anglaises possédaient là un avantage de taille contre la cavalerie française.

Pour contrer cet avantage, les français avaient pris l’habitude de couper systématiquement l’index et le majeur des prisonniers anglais afin que ceux-ci ne puissent plus tirer à l’arc. Les techniques de tir utilisaient en effet ces deux doigts; index et majeur.

En signe de défiance, les archers anglais prirent donc l’habitude de commencer les batailles en exhibant leurs deux doigts index et majeur.

Ce serait là l’origine du doigt d’honneur qui continu d’être fait ainsi en Angleterre. Son nom dit ‘d’honneur’ se réfère alors à la provocation des anglais agitant leur doigt devant les Français.

Parallèlement à ces faits historiques, il semblerait que le doigt d’honneur soit cependant apparu bien plus tôt, comme représentation phallique dans le cadre de l’allusion obscène que l’on devine.

si tous les gars du monde

(Refrain)

Si tous les gars du monde

Décidaient d’être copains

Et partageaient un beau matin

Leurs espoirs et leurs chagrins

Si tous les gars du monde

Devenaient de bons copains

Et marchaient la main dans la main

Le bonheur serait pour demain…

mo’

 

Publicités