abetissement

Comment pourrait s’y prendre un médecin qui aurait à annoncer à son patient qu’il a diagnostiqué chez lui une perte d’intelligence aigue et irréversible…

  • Monsieur, pourrait-il lui dire, vous devenez un imbécile et vous allez disparaître ! Mais à cause de votre déficience mentale, justement, vous ne pouvez pas vous en rendre compte !

Improbable ! A moins que le praticien ne soit le Docteur Knock et le patient Monsieur Ubu ! Mais lorsque ce médecin ordonnerait des analyses d’évaluation de QI et que le patient en récupèrerait lui-même les tristes résultats et les lirait avant de les porter au praticien, quelle serait sa réaction ?

Knock et Ubu

Mesurer la perte d’intelligence ? Est-ce possible ? Ben … par la force des choses, puisqu’on prétend mesurer l’intelligence, comment ne mesurerait-on pas l’inintelligence ?

Le Quotient Intellectuel ou QI est la mesure effectuée à l’aide de tests, qui permet d’évaluer le niveau intellectuel, l’intelligence. Le QI est le rapport entre l’âge mental multiplié par 100 et l’âge réel. C’est l’âge mental que l’on mesure par des tests. Le QI varie de 0 à 200. La limite inférieure de la normalité est 80, les doués ont un QI supérieur à 140, les surdoués, supérieur à 170.

Depuis le milieu des années 90 la science affirme pouvoir démontrer la baisse du Quotient Intellectuel ou QI moyen des populations d’un certain nombre de pays européens, notamment La Norvège, le Danemark, le Royaume Uni, les Pays-Bas et la Suède, et le stolon européen en Océanie, l’Australie.

Mais il y a peu de temps, un nouvel hôte vient de faire son entrée dans le club très sélect des pays en voie de fléchissement intellectuel : la France.

Les chiffres précis concernant la déperdition d’intelligence en France sont proprement ahurissants :

Le QI moyen y aurait perdu … 4 points en 10 années… !

Si l’on se rappelle que ce QI a augmenté régulièrement depuis des siècles, on peut trouver là matière à polémiques de toutes sortes, des plus acceptables aux plus ignobles, toutes, disons-le tout net, plus fausses les unes que les autres…

Pour rehausser le niveau du débat, rappelons donc d’entrée de jeu, la loi absolue et constante de la vie : Tout ce qui est, nait, vit et meurt, organismes vivants aussi bien qu’idées et civilisations.

Dans les pages ‘’sérieuses’’ du Figaro, quotidien français à grand tirage, daté du 07 février 2014, cette perle :

‘’Vie et mort des civilisations

franck ferrand

Serions-nous en train d’observer notre propre agonie? Assisterions-nous à la mort de la civilisation occidentale, comme Végèce vécut de l’intérieur le déclin de l’Empire romain? Cela me paraît probable – même si je peine à écrire cela sans trembler.

L’Europe et ses satellites marquent le pas sur tous les fronts: le centre de gravité de la planète humaine s’est déplacé vers l’Asie, et c’est à Shanghai, désormais, et à Singapour, que va s’écrire l’histoire des siècles qui viennent… Comme aux montagnes russes, quand le wagonnet amorce l’ultime virage avant la descente, la plupart des passagers ferment les yeux ; mais un petit nombre s’efforce de les garder ouverts.

Arnold Toynbee

Depuis plus de trente ans, je lis et reprends toujours la synthèse élaborée, vers le milieu du dernier siècle, par un grand historien britannique: Arnold J. Toynbee. ‘’A Study of History’’ se propose de tirer les enseignements de la vie et de la mort des civilisations connues. Selon Toynbee, ces ensembles humains progressent par une succession de réponses à de grands défis ; puis ils déclinent lorsqu’il leur devient impossible de bien réagir aux stimuli du monde.

« Je crains que notre civilisation n’échoue face à la gageure suprême : l’éclatement des modèles de production, sous les effets conjugués d’Internet et de la mondialisation ».

De ce point de vue, force est d’admettre qu’autrefois, notre civilisation a relevé plusieurs défis majeurs: notamment les invasions barbares, l’explosion démographique du XIIIe siècle, l’imprimerie et la diffusion des connaissances, la révolution industrielle… Aujourd’hui, je crains qu’elle n’échoue face à la gageure suprême: l’éclatement des modèles de production, sous les effets conjugués d’Internet et de la mondialisation.

Pour décrire le processus de nécrose à l’œuvre, tôt ou tard, dans la civilisation «grisée par le succès», Toynbee recourait à la trilogie grecque: koros – hybris – atè, que l’on pourrait traduire par «satiété – démesure – désastre». La satiété, il semble que le vieil Occident l’ait connue grâce au triomphe, voilà un bon demi-siècle, de l’Etat-providence et de ses avantages. La démesure, elle règne depuis un quart de siècle, et creuse partout des déficits abyssaux, impuissants à combler les besoins sans cesse accrus de populations couvées. Le désastre, à présent, nous guette – que nos contemporains l’acceptent ou qu’ils le refusent.

Quelle forme va prendre cette chute annoncée? Crispation ou dilution? Décadence des élites? Déferlements barbares, désordres sociaux, affrontements religieux? Un peu de tout cela, peut-être.

mont saint wall street

Ce qui est vraisemblable, c’est qu’il restera peu de chose, au final, après l’écroulement – sinon l’intense nostalgie d’un monde où la technique la plus pointue se sera longtemps accommodée d’un haut niveau philosophique et spirituel. De notre Occident, resteront sans doute les images imbriquées de manufactures, d’usines et de marchés, certes – mais jamais éloignées vraiment des salons, des théâtres et des monastères… Ou le transcendant composé de Wall Street et du Mont Saint-Michel.’’ Franck Ferrand.

Les polluants

D’après les conclusions d’une étude relatée par le journaliste Stéphane Foucart dans Le Monde et qui a été publiée par deux chercheurs britanniques dans la revue Intelligence – étude passée bien évidemment inaperçue, ce fléchissement serait dû à toutes ces substances présentes dans notre atmosphère et dans nos assiettes et que l’on nomme ‘’polluants’’.

Concernant la France, sait-on que l’on y compte chaque année :

  • 48.000 décès dus à la pollution de l’air,
  • 49.000 décès dus à l’alcool,
  • 78.000 décès dus au tabac ?

A ces décès il faut ajouter les dégâts – en général irréversibles, de ces substances. Par ailleurs, si l’on sait depuis longtemps que les principaux organes attaqués sont les poumons et le foie, on ne doute plus maintenant que les dommages créés au cerveau sont également considérables. Or, pour les sempiternelles raisons de prudence socio-économique, l’Etat se contente d’édicter des mesures de prudence en place et lieu de mesures volontaristes d’urgence.

La qualité de l’enseignement

Seconde raison de la dégringolade du QI : L’enseignement de moins en moins en adéquation avec les besoins. Ses théoriciens continuent leurs yoyos entre les éthers les plus farfelus et les formations expresses sans le moindre intérêt. Un exemple qui vaut son pesant d’or : il est constitué par cette fiche officielle d’accompagnement de l’enseignement du français en classe de 5ème. J’attends quant à moi fiévreusement, que l’on me présente l’enseignant de classe de 5ème qui m’expliquera le sens du conseil qui y est contenu :

Parlant de certains couples de mots, ladite fiche précise que ce sont « des couples dynamiques, témoins d’une tension ontologique exacerbée à l’adolescence, âge où les possibles s’esquissent tandis que les premiers choix font naitre la crainte d’un avenir dilué dans les sables ou, à l’inverse pétrifié ».

Assurément…‘’pétrifiant’’.

référentiel bondissant

Un petit coucou au passage au ‘’référentiel bondissant’’, sensé désigner un ballon, expression qui avait tant plu à Claude Allègre, alors ministre français de l’éducation qui en fit le parfait exemple de langage aussi stupide qu’ésotérique de ceux que l’on appela par la suite les ‘’pédagogistes’’.

Les nourritures de l’esprit

Les gens lisent de moins en moins et les journaux et autres publications sont de plus en plus chers, le théâtre est hors de prix, les récitals de musique également, sans parler de l’Opéra ou de l’entrée dans les musées. Seule reste accessible à un très grand nombre, la télévision. Ce média tout puissant formate l’esprit au point d’avoir donné naissance à une référence imbécile, se voulant gage de qualité :’’ Vu à la télé ! ’’… En connait-on les effets ?

D’innombrables études scientifiques ont été réalisées pour ce faire – mais aucune publicité n’a jamais été faite sur leurs résultats, bien sûr… Ces divers travaux ne laissent aucun doute sur les effets suivants :

  • La télévision incite à fumer,
  • La télévision fait grossir les enfants,
  • La télévision augmente le risque cardiovasculaire,
  • La télévision augmente la consommation d’alcool,
  • La télévision augmente les risques liés à la sexualité,
  • La télévision détruit le sommeil,
  • La télévision cultive la violence.

Et maintenant la meilleure :

–   La télévision rend moins intelligent ! Statistiquement, plus un enfant regarde la télévision, moins il a de chances de faire des études supérieures !

Rappelons ici la fameuse phrase de Louis Ferdinand Céline : ‘’La télé est dangereuse pour les hommes. L’alcoolisme, le bavardage et la politique en font déjà des abrutis. Était-il nécessaire d’ajouter encore quelque chose ?…’’

http://www.passeportsante.net/fr/Communaute/Blogue/Fiche.aspx?doc=television-ennemi-sante# div Liste Commentaire

Le Poète latin Juvénal n’avait-il donc tant raison de dire que le secret des démagogues était d’offrir au peuple ‘’Panem et circenses’’ ou, en français, ‘’du pain et des jeux’’ ? … Il employa l’expression dans un sens satirique et péjoratif et elle demeure jusqu’à nos jours utilisée pour signifier la relation biaisée qui peut s’établir entre :

  • une population qui peut se laisser aller, se satisfaire de pain et de jeux, c’est-à-dire se contenter de se nourrir et de se divertir et ne plus se soucier d’enjeux plus exigeants ou à plus long terme concernant le destin de la vie individuelle ou collective.
  • un pouvoir politique qui peut être tenté d’exploiter ces tendances « à la vie facile et heureuse » par la promotion de discours et de programmes d’action populistes ou court-termistes.

On peut donc conclure, sans grand risque de se tromper que notre Quotient Intellectuel diminue à cause de notre mode de vie.’’

Mais l’assertion est assez grave pour exiger une plus grande précision :

En voici :

Le fléchissement de l’intelligence n’affecte pas la seule France, tant s’en faut. C’est toute l’Europe Occidentale qui en souffre, et le Quotient Intellectuel, QI, y aurait baissé de 14 points depuis la fin du XIXème siècle, ce qui est énorme.

Toujours dans la revue Intelligence, une équipe internationale a en effet publié, il y a quelques semaines, un article affirmant que les Européens occidentaux étaient plus intelligents à l’époque victorienne (1830-1900).

chronoscope

La particularité de cette nouvelle étude est que ses auteurs étaient (du verbe étayer) leurs conclusions par des chiffres d’une grande précision. Ainsi, ils affirment qu’ils ont établi que le temps de réaction moyen d’un homme en 1889 était de 183 millisecondes, alors qu’il était de 253 millisecondes en 2004. Or, le temps de réaction est jugé par les chercheurs comme un bon indicateur du QI et des capacités cognitives.

Vérité scientifique et même mathématique, donc indéniable !

Mais là où commence l’aspect polémique, voire carrément eugéniste, c’est que l’un des auteurs de l’étude affirme que ce qui a été appelé de manière provocante, plus haut,  »l’abêtissement’’ et qui est en vérité un tassement du ‘’progrès intellectuel’’ serait que la tendance à la fécondité est le fait des femmes, des sociétés et des milieux les plus modestes intellectuellement !

‘’Puisque les femmes les plus intelligentes et les plus aisées ont moins d’enfants en moyenne, la reproduction des générations favoriserait une baisse du niveau général’’…

Ne fuyons pas le débat pour autant et examinons d’autres arguments :

Le système qui a régi la société humaine à ce jour était basé sur un indiscutable patriarcat, lequel dit des hommes qu’ils sont plus forts et plus intelligents que les femmes. Des affirmations naturellement faites par des hommes, qui ne sont pas scientifiquement établies, ne serait-ce que parce que les premières recherches évaluant le quotient intellectuel datent de 1900.

palanche

Ces évaluations ne se référaient qu’à l’observance de la logique rationnelle, qui n’est qu’un aspect de la capacité de comprendre. Les femmes prenaient alors en charge l’essentiel de la subjectivité et du sensualisme, pendant que les hommes assumaient … en principe … l’objectivité et le portage de la somme.

Autre révélation des études les plus récentes sur les changements de Quotient Intellectuel, QI : les femmes sont en train de dépasser les hommes dans les tests de QI pour la première fois depuis l’apparition de ces exercices d’évaluation !

Pourquoi ? Parce que les femmes ont généralement une vie bien plus remplie que celle des hommes et contrairement à eux, elles développent une ‘’intelligence multitâches’’ ce qui favorise le développement du QI.

Mais qu’en est-il pour l’être humain considéré sans différenciation générique ?

C’est très simple :

  • Les hommes fléchissent intellectuellement pendant que les femmes progressent.
  • Le sex-ratio pour le genre humain, qui est le rapport du nombre d’hommes et de femmes, est actuellement de 1 pour 1, grosso-modo.
  • Ainsi, la femme est en train de rattraper le grand retard accumulé depuis de nombreux siècles, tout en améliorant le QI de l’être humain.
  • De savantes études estiment qu’une véritable égalité entre les sexes ne peut intervenir sur terre avant 100 ans !… Attention, là, nous parlons du niveau mondial global et non plus du seul Occident !

femme avenir homme

Ce qui précède permet donc de conclure que pour ne pas disparaître, et peut-être même continuer à progresser, la dernière carte de l’humanité est sa composante féminine. Plus que jamais, la femme est l’avenir de l’homme !

mo’

 

 

Publicités