cloud

oratoire-st-joseph

Durant mon récent séjour au Canada, à Montréal, comme je l’ai relaté, j’ai été sur le Mont Royal qui a donné son nom à cette ville… Sur conseil d’amis, j’ai visité l’Oratoire Saint-Joseph, une imposante église érigée au siècle dernier et devenue un lieu de tourisme incontournable. Effectivement le site et la façade sont de toute beauté. J’en ai admiré l’architecture, l’escalier et le chemin de croix.

Il était tard dans la nuit et la semi obscurité et le silence augmentaient la majesté du lieu. Après notre visite, nous avions, mes compagnons et moi, regagné notre véhicule garé sur l’esplanade arrière de l’Oratoire.

la-quete

Et là, je vis que cette esplanade avait été envahie, durant notre visite, par un monde étrange et silencieux : des humanoïdes y zigzaguaient lentement, têtes baissées…

Nous sommes passés devant un énorme escalier et avons constaté que les marches en étaient toutes occupées par des jeunes-gens, également têtes baissées et silencieux. De temps à autre, cependant, s’échappait du groupe une interjection monosyllabique et soliloquée … donc réservée à l’usage de l’émetteur et non des autres.

– Tabarnak, hostie de calice, crisse, maudit, tannes-moi pas, etc., etc. tous jurons qui traduisent en général le mécontentement…

Je frôlai un de ces zombis qui allait me percuter puisqu’il ne releva même pas la tête en venant vers moi avec détermination. Cela me permit de voir qu’il tenait à deux mains un téléphone portable qu’il ne quittait pas des yeux. Après l’avoir croisé et évité, je regardai les autres jeunes-gens avec insistance. Tous pareils. Téléphone en mains, fiévreux, ils avaient l’air de s’en servir comme d’un Compteur Geiger. Comme je ne suis pas un des Bogdanov, je ne compris rien à ce qu’ils faisaient, mais cela ne semblait pas méchant.

Mon ami et guide me regarda en souriant et finit par s’étonner que je ne connusse pas le phénomène. Il m’interrogea et je répondis très honnêtement que je n’avais jamais vu ni entendu parler de ces scientifiques qui cherchaient, compteur en main, je ne sais quelle chose rare. Et là, il me révéla avec un grand et cérémonial sérieux la réponse :

– Ils jouent à Pokemon Go !

– Bigre, répondis-je ! Qu’est-ce donc que cela, Messire, éclairez-moi, mon ami, de grâce que je ne meurs point ignorant ! Qu’espèrent ces braves gens ? Que poursuivent-ils ? Qu’espèrent-ils gagner ?

Et mon docte ami d’étriller vigoureusement mon ignorance crasse:

Pokémon Go est un jeu exprimé en ’’réalité augmentée’’ – système informatique qui rend possible la superposition d’un modèle virtuel à la perception que nous avons naturellement de la réalité et ceci en temps réel. Il permet d’incruster de façon réaliste des objets virtuels dans une séquence d’images. Elle s’applique aussi bien à la perception visuelle – superposition d’images virtuelles aux images réelles qu’aux perceptions tactiles ou auditives.

pokemon-et-dresseurs

Le joueur dirige son avatar de ‘’dresseur de Pokemons’’, dont il peut personnaliser l’apparence et la tenue à la création de son compte, sur une carte du monde. Cette carte du monde est liée à la position du joueur sur terre et celui-ci doit ainsi se déplacer avec son téléphone pour se déplacer dans le jeu.

climax-pokemon

Et voici le climax de ce jeu : le joueur est armé d’une boule, il a découvert le Pokémon recherché et il va le ’’capturer’’ en jetant la balle sur lui !

Ce jeu vidéo utilise donc, à part la réalité augmentée, la géolocalisation. Concrètement, l’écran du téléphone affiche une carte des rues et des alentours, enrichie de petites bestioles virtuelles qu’il faut capturer : les Pokémon. Il en existe presque 500.

Et que gagne-t-on concrètement ?

  • Strictement rien ! Tout juste atteint-on des ’’niveaux’’, accède-t-on à des ’’arènes’’ et autres concepts puérils, fumeux et vides.

Je parle des joueurs bien sûr qui eux, effectivement ne gagnent rien.

 john-hanke

Mais les créateurs et les animateurs du jeu, eux, sont devenus milliardaires en dollars en … quelques jours et battent tous les records d’audience, d’inscriptions et d’impact … nous allons voir cela …

Résumons : Pokemon Go est un jeu vidéo qui connaît un succès planétaire. Il parvient parfaitement à provoquer l’addiction et il est conçu pour cela.

dont-pokemon-and-drive

  • Mais il ne s’agit pas d’un jeu de réflexion.
  • Il ne fait appel à aucune habileté particulière.
  • Il est prenant et a captivé tous ceux qui peuvent se contenter de tapoter sur un clavier pour avoir l’impression de vivre une vie palpitante.
  • Il capte et détourne complètement l’attention du joueur et peut, à ce titre, devenir dangereux.
  • On n’y gagne rien.
  • Et pourtant …

lempire-de-pokemon

’’Le 10 août 2016, le Livre Guinness des records annonce que le jeu a battu le record du nombre de téléchargements en un mois pour un jeu sur mobile avec 130 millions de téléchargements, a battu le record de revenu généré en un mois par un jeu sur mobile avec 206,5 millions de dollars de revenus, a été le jeu sur mobile le plus téléchargé simultanément dans 70 pays, a été le jeu sur mobile ayant généré le plus de revenus simultanément dans 55 pays et a été le jeu sur mobile ayant atteint le plus rapidement les 100 millions de dollars de revenus, lesquels ont été générés en seulement 20 jours.

Le 7 septembre 2016, soit tout juste deux mois après son lancement, le développeur du jeu, annonce que le jeu a été téléchargé 500 millions de fois dans le monde et qu’il est disponible dans plus de 100 pays.’’ https://fr.wikipedia.org/wiki/Pok%C3%A9mon_Go

Pokemon Go commença à prendre une ampleur démesurée et cela engendra tout naturellement une série d’anecdotes et de gags pas toujours du meilleur goût.

  • Le Pokemon ’’Koffing’’ – qui jette du gaz empoisonné, a été logé au Musée de l’Holocauste de Washington. Quel tact et quel goût exquis !
  • ’’Golbat Chan’’, une jeune-fille se prétendant dresseuse ’’professionnelle’’ propose par voie de presse ses services pour former les joueurs à devenir de bons dresseurs de Pokemon pour… 20$ de l’heure.
  • Un soldat américain combattant en Irak a provoqué Daesh sur Pokemon Go en publiant l’image d’un ’’Carapuce’’, ajoutant que les mortiers, ’’c’était pour les mauviettes’’.
  • Un Pokestop, point d’intérêt présent un peu partout dans la carte du jeu, a été découvert dans un sexshop de Plymouth !
  • Un ado se fait poignarder mais préfère continuer de jouer à Pokemon Go plutôt que de se faire soigner.
  • Deux hommes chutent d’une falaise en chassant des Pokemon.
  • Une église tente d’attirer les jeunes en utilisant Pokemon Go
  • Un chasseur de Pokemon jouait dans un parc public. Il était recherché activement par la police pour meurtre. Trahi par la géolocalisation, il a été arrêté.
  • Et enfin, le plus fort de Roquefort de cette liste bien évidemment non-exhaustive, une enquête menée auprès des jeunes d’Amérique du Nord (de 15 à 30 ans), indique qu’ils préfèrent jouer à Pokemon Go que faire l’amour ! …

Tout ceci pour dire que le jeu est entré dans la vie courante et y participe…

Voilà. L’essentiel est dit, mais en parallèle, je relève les commentaires suivants :

  • Le journal Le Figaro a joliment titré ’’l’Empire du Rien contrattaque’’ l’article d’un de ses chroniqueurs sur le phénomène, imitant le titre d’un pamphlet célèbre – ’’l’Empire du Bien’’.
  • Le Plus de l’Obs a publié un bon article à cette adresse, à la fois ludique et sans apriori ou l’auteur a fait l’effort de comprendre en jouant lui-même à Pokemon Go. http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1539314-pokemon-go-un-phenomene-inquietant-je-ne-dissociais-plus-le-virtuel-de-la-realite.html . L’intérêt majeur de l’analyse est qu’elle rend évident le mélange du réel et du virtuel dans le jeu en question…
  • Le site d’information 20minutes.fr publie quant à lui un bon article faisant abondamment intervenir Vanessa Lalo, psychologue des univers numériques et Yann Leroux, psychanalyste auteur du livre ’’Les jeux vidéo, ça rend pas idiot’’.   http://www.20minutes.fr/societe/1894955-20160721-collection-incarnation-realite-hybride-pourquoi-pokemon-go-jeu-different
  • Dans une interview à Europe1-Le Journal du Dimanche, le philosophe Eric Sadin affirme à propos du succès de Pokémon Go que « toutes les conditions étaient réunies pour que le jeu soit un succès planétaire » car ’’ D’un coup, la dure réalité revêt une apparence à la fois inoffensive et ludique’’. Plus grave, ’’L’économie numérique postule que le monde est fait de quantité de défauts et les technologies vont les racheter’’. ’’Tout est appelé à être « augmenté », la réalité, l’enseignement, même les livres qui doivent être « enrichis » de vidéos. Jusqu’au corps qu’on veut augmenter de prothèses ou même éradiquer, selon la délirante idéologie transhumaniste qui voudrait télécharger nos consciences sur des robots.’’http://www.lejdd.fr/Societe/Les-Pokemon-donnent-de-la-couleur-a-la-paleur-du-reel-800293  

Pour remuer le monde à ce point, il ne fait aucun doute que ce jeu doit avoir de profondes racines ancrées dans les méandres les plus secrets de notre âme,  comme il doit répondre à des besoins inconscients ou occultés… Toutes les hypothèses sont permises… et en voici une qui, à défaut de s’appuyer sur de puissants ressorts psychologiques, sociologiques ou ethnologiques n’en est pas point sérieuse pour autant…

ancetre-pokemon

La chasse aux Œufs de Pâques dans les jardins est un rituel satisfait chaque année par des milliers d’enfants à travers le monde chrétien, après les Pâques durant lesquelles la consommation en était avant interdite. Dans certains pays de l’Est c’était un Lièvre de Pâques qui apportait les œufs et les déposait dans le jardin. Ailleurs ce sont soit les Cloches de Pâques, soit le Lapin de Pâques qui les disposent un peu partout. Certaines régions n’hésitent pas à transformer cette chasse en réel parcours d’orientation.

oeufs-de-paques

Cette chasse est donc une fête qui symbolise la résurrection, le retour dans le monde de l’œuf primordial. Sur son thème, partout dans le monde judéo-chrétien et de tous temps, l’imagination humaine a déliré tant et plus, et ce, du plus modeste logis rural aux cours impériales.

oeufs-de-faberge

Mais là, les œufs ne sortaient plus des poules mais des mains de joaillers exceptionnels, tels le fameux Fabergé, joailler de la Cour Impériale de Russie.

Maintenant, pour mesurer le progrès de la pensée humaine, amusons-nous à juxtaposer des situations d’hier et d’aujourd’hui :

chasses

oeufs-et-pokemon

Cette juxtaposition a-t-elle besoin de commentaire ?

Pourquoi alors s’étonner de l’incroyable succès, parallèle à celui dont on parle et qui est le phénomène d’embrigadement de légions de jeunes dans des organisations pour le moins néfastes et asociales. Dans les deux cas, on retrouve les maux de notre temps : la jeunesse démobilisée, la vacuité de la pensée, la morosité intellectuelle, la pauvreté mentale et l’acculturation générale… Ces maux ont pris le monde dans des tenailles dont ils ont parfaitement identifié les mâchoires. Entendons par là, que, dans ces conditions, ledit jeu satisfait aux exigences du succès. Elles seraient au nombre de 6 :

1) Collectionner : une pulsion humaine

De tous temps, les hommes ont la manie de collectionner, manie qui apparaît comme une véritable pulsion. Pokémon Go se base entièrement sur ce principe en encourageant cette invitation à ’’tout attraper’’…

2) La carte de la nostalgie

Avec 250 millions de jeux vendus dans les années 2000, des dessins animés, des cartes et de nombreux dérivés, Pokémon est une marque forte qui a véritablement marqué une décennie. 20 ans après la sortie des premiers jeux, les joueurs ayant 10 ans à l’époque en ont désormais 30… La curiosité de se replonger dans cet univers régressif est un véritable moteur à l’inscription des jeunes nés entre les années 1980 et 2000.

3) La mode de la ’’réalité augmentée’’

Cette technologie a permis de créer de la curiosité pour Pokémon Go et de lui apporter une image résolument moderne.

4) L’essor de l’urban gaming

Pokémon Go a démocratise l’urban gaming grâce à une mécanique simple à prendre en main, et gratuitement. Il a, par exemple, été lancé juste après le démarrage de l’été, soit la période où tous les prétextes sont bons pour sortir, le timing de lancement est tout sauf un hasard…

5) Un terrain bien préparé

Même si le « buzz » semble être le fruit du hasard, il n’en est rien et il y a en fait, derrière ce phénoménal succès, une stratégie marketing de haut niveau.

6) Le buzz

Au-delà des très nombreux contenus, les médias ont pu relater de très nombreux faits divers cocasses et ainsi profiter d’un sujet léger en ce contexte international mouvementé…

http://www.webmarketing-com.com/2016/08/09/50098-pokemon-go-6-raisons-succes

creatures-stupides

Allez, cessons de ronchonner … porque … todo pasa, todo pasara… Cette petite fièvre comme toutes les autres … de cheval ou de Pokemon Go

Selon une étude américaine, le nombre d’utilisateurs de l’application Pokemon Go est passé de 45 millions le 20 juillet à environ 30 millions un mois après.

15 millions d’utilisateurs en moins en seulement un mois. Après avoir affolé le monde entier, Pokemon Go, le jeu phénomène de l’été, serait déjà sur le déclin. Une partie des dresseurs à la recherche de créatures rares serait visiblement en train d’abandonner leur quête …

Au suivant !

mo’

Publicités