You are currently browsing the category archive for the ‘Fondamento’ category.

nos lendemains chanteront

Des devins de tous poils se disputent âprement, depuis toujours, le juteux marché de la prédiction, car celui qui est le plus convaincant dans l’art de la divination est certainement le plus avantagé pour diriger les hommes.

achillée millefeuille

La spéculation à propos de notre futur a toujours revêtu toutes sortes de formes qui essaient de se déguiser en sciences ou tout au moins en savoirs initiatiques : de l’achilléomancie qui est l’art de la divination par l’observation d’une plante nommée ’’achillée’’, à la zoomancie qui est l’art de la divination par l’observation du comportement des animaux, il n’existe pas moins de 150 méthodes d’art de la divination… des plus farfelus aux plus intrigants, de l’observation des écailles de tortue à celle l’ouverture au hasard d’un livre…

zoomancie

On s’amusera à parcourir cette curieuse galerie de l’imagination humaine dans une de ses formes les plus débridées et les plus pitoyables peut-être aussi, à cette adresse :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Art_divinatoire#cite_note-1

Mais l’appréhension du futur se recherche également par des méthodes plus orthodoxes de recherche de la vérité.

La futurologie est cette discipline qui a pour but la prévision à long terme des besoins sociaux et leur planification.

Cette prévision est même l’objet social d’un certain nombre d’organismes privés, dont, par exemple :

– Le Hawaii Research Center for Futures Studies, un laboratoire qui s’est intéressé entre autres à la cyclicité de la mentalité occidentale sur plusieurs générations.

– L’association l’Arbre des Possibles qui se propose de gérer les possibilités pour voir comment elles interagissent les unes avec les autres dans le court, le moyen, et le long terme.

Mais il existe également, dans tous les pays du monde, des officines d’état qui elles, conjecturent à longueur de journée, sur la base de conjonctures, offrant ainsi à leurs mandants, les gouvernants, des éléments desquels ils peuvent prendre des options de gouvernement…

CIA

Aux USA, ce rôle est dévolu à la CIA ou ’’Central Intelligence Agency’’, dont le site https://www.cia.gov/fr/about-cia/todays-cia/what-we-do informe en détails et sans complexe sur les buts poursuivis, les méthodes utilisées et les utilisations diverses des résultats des travaux :

’’ Notre mission est d’acquérir, d’analyser, d’évaluer et de diffuser des renseignements provenant de l’étranger dans le but d’aider le Président des États-Unis et les hauts dirigeants politiques du gouvernement américain à prendre les décisions qui s’imposent dans le domaine de la sécurité du territoire. Le processus lié à notre mission est très complexe et comprend un certain nombre d’étapes…

… Il est important de noter que le rôle des analystes n’est pas de faire des recommandations sur la politique gouvernementale à suivre, mais plutôt, de rapporter des informations d’importance, avec objectivité’’…

Plusieurs documents produits par la CIA sont rendus publics. Parmi eux, des notes de conjoncture, extrêmement riches et précises telles celles qui suivent :

rapports CIA

Parlant très concrètement de notre futur immédiat, la première note de conjoncture ci-dessus, remise à Barack Obama après son élection et parlant de l’état probable du monde en 2030 – dans 12 petites années, nous informe que :

– Nous serons de plus en plus nombreux sur la planète,
– Nous manquerons de plus en plus d’alimentation, d’énergie et d’eau,
– Nous connaîtrons de nouvelles pandémies,
– Nous connaîtrons de nouvelles menaces et insécurités, difficiles à prévoir et à anticiper.
– Il y aura de plus en plus de catastrophes naturelles et de phénomènes extrêmes : inondations, sécheresses, incendies de forêts et pollutions de toute nature.
– Le monde va connaître aussi la montée du pouvoir des individus, avec un accroissement de l’autonomie de leurs comportements du fait de la révolution numérique et des possibilités énormes qu’elle va offrir aux citoyens en termes de réseautage collaboratif, de connectivité et de progression du génie individuel dans le sens de la destruction comme dans celui de la créativité.
– Le monde va également voir se développer une densité et une complexité des réseaux informatiques, dont le fonctionnement, la maintenance et la gestion des défaillances et des réparations en temps réels produiront des impacts en termes des coûts écologiques, économiques et humains sur des populations entières, voire même des civilisations entières, qu’il sera difficile à évaluer, à contrôler et à réguler.

Du moins la seconde note de conjoncture, celle parlant de notre probable futur en 2035, est-elle plus optimiste ? N’y pensez même pas ! Lisons cette note adressée au président Donald Trump. Elle évoque quant à elle trois scénarios :

la 3eme guerre mondiale

1. Une guerre généralisée probable qui surviendrait sur fond d’un monde éclaté, fragmenté et incertain et qui verra l’exacerbation de la compétition entre les anciennes et les nouvelles puissances économiques et militaires : Iran, Turquie, Chine, Inde et Russie, en vue de consacrer leur leadership régional et mondial.

2. Des replis identitaires et la balkanisation de l’espace géographique. Ce phénomène sera dû à l’aggravation de la crise de défiance des citoyens vis-à-vis de leurs institutions et des élites politiques. Ces replis auront pour conséquence le développement du populisme, du patriotisme économique et la tentation affirmée d’un retour aux sources du champ religieux. Cette faillite de la démocratie va évidemment engendrer des formes nouvelles et atypiques d’extrémisme et de totalitarisme.

démondialisation

3. La dé-mondialisation sur un fond d’émergence et de développement d’ilots de sécurité, de stabilité et de prospérité dans un océan de misère, de pandémies, de mal-être, de violence en tous genres, d’insécurité, d’instabilité politique et de désordre économique, financier, politique et social. Ce contexte verra la progression et la prolifération de par le monde :

a. des activités illicites,
b. de l’économie du crime,
c. de l’extension et de la diversification des champs des activités informelles,
d. l’aggravation des pressions migratoires et
e. le développement de nouvelles vulnérabilités liées aux impacts multiples des changements climatiques.

guerre civile

4. La guerre civile : le contexte mondial verra l’avènement d’une nouvelle génération de guerres :

a. la guerre de l’information,
b. la guerre de l’image,
c. la guerre des ressources naturelles,
d. la guerre du numérique,
e. la guerre du génie génétique végétal et animal,
f. la guerre de l’espace et des valeurs.

Ces guerres seront l’œuvre d’acteurs étatiques qui useront de la robotisation des moyens de faire la guerre, de l’intelligence artificielle et des formes nouvelles de renseignement pour accroître leur influence dans le monde et exercer leur pouvoir de domination et de dépendance. Elles s’appuieront de plus en plus sur des acteurs non étatiques d’un genre nouveau comme les pirates et les rançonneurs informatiques, les mercenaires, les espions d’un genre nouveau portés et aidés par les moyens technologiques digitalisés de plus en plus sophistiqués.

Un tel contexte profitera aux terrorismes et aux radicalismes de tout genre que les puissances économiques, financières, technologiques et militaires tenteront d’instrumentaliser en fonction de leurs objectifs géostratégiques, économiques, politiques et civilisationnels.

Cet idyllique tableau étant dressé, que peut-on faire devant de telles perspectives de désastres ?

On pourrait à la rigueur essayer de changer radicalement notre façon de penser les sociétés et les économies du XXIe siècle : Etats, institutions régionales et internationales doivent produire des politiques publiques dédiées à la gouvernance de ces nouvelles menaces et à la conduite du changement dans un système mondial éclaté, fragmenté et incertain.

Ces rapports incitent, enfin, à la coopération internationale pour le développement, la défense et la sécurité en phase avec les risques majeurs de ces lourdes menaces sur la paix, la stabilité et la sécurité humaine globale.

Peut-on raisonnablement y croire tant soit peu ? Dire cela, c’est déjà en douter lourdement. Mais sincèrement, a-t-on seulement le choix ?

guerriers maoris

– Alors, nos lendemains chanteront-ils ?
– Oui !
– Quels seront les péans de ces lendemains qui chantent ?
– Dans un premier temps, on entendra les :

o Hoowah, de l’armée américaine,
o Hourrah, de l’armée russe,
o Sha sha sha, de l’armée chinoise,
o Banzaï, de l’armée japonaise,
o Ila el Houjoum, des armées arabes,
o Alala, de l’armée grecque,
o Tohu, des guerriers maoris…
o Etc.…

En écho, notre quotidien sera ponctué d’invitations privées diverses, à nous effacer, à laisser place, à céder la voie, à lever haut les mains, à nous mettre à genoux, à donner notre bourse, à tendre le cou etc.

– Et ensuite ?

– Des aigrefins de tous acabits nous proposeront de nous protéger moyennant rétribution et le cirque recommencera…

mo’

Nota :

Ce ’’post’’ est très largement inspiré, dans sa partie documentaire, par l’article du quotidien

L’Economiste
N°:5286 Le 04/06/2018 |
’’Les terribles prévisions de la CIA : Guerres, pénuries & pirates’’

de Driss GUERRAOUI
Professeur à l’Université Mohammed V
Agdal de Rabat

Publicités

Catégories

Bibliothèque

Contact

mosalyo@gmail.com
Publicités