meilleur ami

Le meilleur ami de l’homme ! C’est ce qu’on dit de lui. Pour autant que ce soit un compliment pour lui, disons que le chien n’a guère usurpé ce titre ! Depuis la nuit des temps, il nous accompagne. Ce n’est pas pour autant que nous lui rendons 1% de ce qu’il fait pour nous, même s’il est près de nous à tout instant : Il est notre compagnon le jour et il nous guiderait jusque dans la nuit de la mort.

Anubis

Le chien prête son apparence à bien des guides de l’âme, dans une infinité de cultures à travers le monde. La symbolique du chien est assez constante dans toutes ces cultures : il chasse et détruit les ennemis de la lumière et il garde les portes des lieux sacrés.

Hécate et ses chiens

Dans la Mythologie Grecque, Hécate est la déesse nocturne et magique des enchantements et des incantations; elle est entourée de chiens infernaux dont les aboiements jettent l’épouvante dans l’âme des meurtriers.

Garm

Plus au nord, en Germanie, c’est un chien du nom de Garm qui garde également le Royaume des Morts, un pays de glace et de ténèbres.

Xolotl

De l’autre côté de l’Atlantique, chez les Aztèques, on élevait des chiens de couleur fauve car chaque mort prestigieux devait être enterré avec un de ces chiens qui le guidait dans l’au-delà.

Ailleurs dans le monde, les Bantous du Congo et les Azanté du Soudan, ont attribué au chien des rôles d’intercession entre le visible et l’invisible et d’explication de mystères.

En Asie, les Perses et les Hindous ont fait de même !

En Amérique du Nord, les Indiens Iroquois utilisaient les services d’un chien blanc pour porter – au prix de son sacrifice- leurs doléances au ciel.

En Sibérie, les Téléoutes attribuent à certains chiens le rôle des morts, en tant que symboles de ces derniers.

En Chine, au Japon, en Mongolie, en Turquie, en Mélanésie, en Océanie, et quasiment partout ailleurs, des mythes, des légendes et des croyances attribuent au chien des rôles divers et variés, de puissance, d’ordre et de connaissance.

Sloughi

Seul peut-être, l’Islam fait du chien ce que la création comporte de plus vil à cause de sa propension à manger les cadavres. Mais attention, il faut nuancer le propos pour le saisir : selon certaines exégèses, le chien possèderait cinquante-deux caractéristiques, dont la moitié saintes et l’autre sataniques. Une race de chien a systématiquement grâce aux yeux des Musulmans, c’est le lévrier. Et pour cause, c’est le chien de la chasse !

****

Qui n’a pleuré en lisant l’histoire du chien qui s’est rendu jusqu’à sa propre mort à l’arrêt d’autobus ou il allait chercher son maître décédé depuis dix- sept ans ?

Qui n’est attendri par le spectacle d’abnégation, de douceur et de patience des chiens de malvoyants ?

chiens de guerre

Qui n’est écœuré et ulcéré par le fait que des chiens sont utilisés dans un cadre militaire, comme chiens de combat, chiens ambulancier, chiens de garde, chiens de courrier, chiens de détection ou de pistage, et comble de l’horreur, comme chiens antichar. Son usage a changé avec l’évolution des techniques de guerre et l’évolution du respect des animaux, mais le chien continue d’être utilisé de nos jours à des fins belliqueuses.

bébé et gros chien

On peut aussi parler des chiens-nurses, qui gardent les bébés préalablement confortablement installés par leur maman et qui se servent de ces grosses bêtes comme de jouets en peluche, leur agaçant les moustaches et les crocs en toute impunité alors que ces toutous déchiquetteraient un adulte -quel qu’il soit- qui s’amuserait à le faire…

****

Mais aujourd’hui, nous allons aborder un aspect tout autre des vertus du chien dans sa relation à l’homme. Nous pourrions par exemple aborder la relation des canidés et de la médecine humaine ! – Qu’en aurait-on à dire ?, demandez-vous ? – Bien plus que vous ne le pensez !

L’on peut d’abord s’interroger sur la présence du chien dans les attributs d’Esculape, le dieu grec de la médecine. Est-ce par ce que sa connexion avec l’au-delà en fait un héros qui transcende les problèmes humains ?

On peut en préalable rappeler leur formidable capacité à secourir les montagnards, à rechercher les disparus en mer, à localiser des personnes sous les décombres lors de tremblements de terre, à détecter la présence de drogues ou d’explosifs dans des valises à l’aéroport…

Mise à part l’assistance, l’infirmerie et l’aide évoquées ci-dessus, le chien semble promis à l’accession à un rang infiniment plus valorisant en matière médicale : celui du diagnostic des pires maux …

Ecoutez les merveilleuses histoires de Daisy, de Bowie, de Frankie, de Thor, de Nykios rapportées par Gaëlle Piton, journaliste médicale. http://www.gaellepiton.org/accueil.html :

Daisy labrador

Le Dr Claire Guest, propriétaire d’un labrador fauve nommé Daisy, témoigne : ‘’Daisy a commencé à gratter ma poitrine avec sa patte, elle a même heurté mon corps à plusieurs reprises. Je l’ai repoussée mais elle est revenue, clairement contrariée par la rebuffade, pour poser sa truffe contre ma poitrine. Elle me poussait si fort que j’ai fini par avoir un bleu. Ce comportement ne lui ressemblait pas du tout – elle est si heureuse d’habitude’’.

Quelques jours plus tard, lorsqu’elle s’est palpée le sein à l’endroit que désignait son chien, le docteur a senti « une petite bosse ». Heureusement découverte et signalée à temps, la ‘’petite bosse’’ était une tumeur…

shaneen doherty

Début août 2016, l’actrice américaine Shaneen Doherty, l’héroïne de la  série Beverly Hills, a ému ses fans sur les réseaux sociaux en partageant son combat contre le cancer et affirme que c’est sa chienne Bowie qui a été la première à détecter la maladie en reniflant avec insistance sa maîtresse au niveau de sa tumeur au sein.

Frankie urologue

Lors d’une expérience menée sous contrôle de témoins, Frankie, un berger allemand renifleur, a été capable de détecter des composants spécifiques du cancer de la thyroïde d’un groupe de patients, avec 88 % de réussite. Pour cette étude, l’urine de 34 participants a été recueillie. 15 d’entre eux avaient un cancer et 19 présentaient des nodules bénins. Frankie a été capable de discerner l’urine de ceux qui avaient un cancer de ceux qui n’en avaient pas  !

thor et nykios

Thor et Nykios sont des bergers malinois entraînés à détecter la présence de stupéfiants dans des bagages. Mais ils ont changé de métier : c’est désormais l’odeur de tumeurs cancéreuses qu’ils essaient de capter, et ce, dans le cadre d’une immense étude diligentée en Autriche, ils font merveille et impressionnent les chercheurs encadrants. Ils arrivent à déterminer, presque sans erreur et en tous cas bien mieux que les biopsies, les tumeurs cancéreuses…

D’autres chiens sont spécialisés dans la détection des cancers de la prostate par l’odeur de l’urine des patients.

Ailleurs des études sont menées avec autant de succès pour la détection des cancers des poumons à partir de la sueur des patients…

****

Une tentative d’explication : le flair des chiens est connu pour être très performant. Mais pour savoir ce que veut dire performant en l’occurrence, sachons simplement que si notre ‘’sens de l’odorat’’ est soutenu par une muqueuse constituée de 5 millions de récepteurs olfactifs, l’odorat du chien, lui est basé sur une muqueuse qui en compte … 200 millions, soit 20 fois plus que nous…

Et comment les chiens sont-ils dressés – formés serait plus correct – pour devenir des professionnels du dépistage du cancer ? Ils sont entrainés avec des tissus imprégnés d’urines, de sueurs et autres excrétions humaines de toutes sortes. La base du travail est la mémorisation, car un chien peut emmagasiner un catalogue d’odeurs presque infini, et la mécanisation, qui consiste à répéter pour obtenir toujours les mêmes résultats. Rien donc de mystérieux, leurs capacités naturelles sont exploitées judicieusement et développées même, jusqu’à devenir infiniment plus fiables et puissantes que tous les appareils du monde et même toutes les analyses anatomo-pathologiques…

Déjà, en divers lieux de recherche, on essaie en secret de reproduire scientifiquement l’odorat du chien, de fabriquer donc une sorte de nez canin électronique, capable de dépister ainsi tous les cancers …

Bien sincèrement, ne mériterait-il pas une toute autre considération que celle que nous lui témoignons aujourd’hui ?…

L’aventure continue donc, et nous devons cela au meilleur ami de l’homme, le chien. Et quel ami!…

mo’